Les Trois Accords
Critique Publié le

FrancoFolies de Montréal 2017 | Les Trois Accords, Dumas, Pierre Kwenders et Lydia Képinski lancent l’été

C’est un cliché, mais il ne se fait pas vraiment mieux en terme de « lancement officiel de l’été » que la soirée d’ouverture des FrancoFolies de Montréal. Traditionnellement maussade, la météo a décidé d’être clémente cette année, donnant lieu à une soirée des plus réussies, alors que la foule s’est faite progressivement de plus en plus dense, et l’ambiance douce et rassembleuse.


 

C’est la gagnante des plus récentes Francouvertes qui a lancé le bal. « Vous allez tombé en amour avec elle », a promis le vice-président à la programmation Laurent Saulnier en la présentant. Gageons que pour plusieurs curieux, qui traînaient sur les lieux plus par curiosité qu’autre chose, ce fut effectivement le cas.

Fait intéressant : on pourra dire que la toute première chanson interprétée pour cette édition 2017 des Francofolies fut une reprise. De la chanson thème des Cités d’or. Pourquoi pas.

Lydia Képinski a ensuite enchaîné avec une quarantaine de minutes de ses propres chansons, dont l’excellente Apprendre à mentir, très convaincante, et Andromaque, qui prend un certain temps à s’apprécier. Les passants n’ont peut-être pas saisi tous les détails intéressants de sa composition, mais il n’en demeure pas moins que la chanteuse et bassiste avait l’air pas mal à sa place sur une grosse scène, avec ses musiciens Blaise Borboën-Léonard (au violon et au synthé) et Stéphane Lemieux à la batterie. Oh, et cette relecture des Temps fous de Daniel Bélanger passée au tordeur ?  Délicieuse et inspirée.

Suivait Pierre Kwenders qui n’a pas tardé à mettre le public dans sa petite poche arrière avec Mardi gras en duo avec Jacobus d’entrée de jeu. C’est sur que quand on livre son plus gros hit en début de prestation, tout le reste peut paraître moins entraînant. Mais ce n’était pas trop le cas. Pierre Kwenders est en grande forme, danse allègrement, invite le public dans son petit jeu. On a pu entendre plusieurs nouvelles chansons, en vue de son album à venir à l’automne. Ça augure bien.

Dumas avait visiblement attiré une bonne partie de son public pour ce spectacle, comme on pouvait le constater à partir de l’enclos des photographes, à l’avant de la scène. Il est toujours très populaire, l’ami Steve. Et pour cause, son répertoire regorge de chansons bien connues et appréciées, et même si celles-ci commencent à dater un peu (ses albums plus récents ont été moins productifs en terme de hits), Dumas sait comment donner un show et embarquer la foule dans son univers.

Finalement, Les Trois Accords ont conclu la soirée avec un set de 90 minutes. Que. Des. Hits. C’est épatant de voir à quel point le petit groupe de Drummondville qui avait pris le Québec par surprise en faisant de Hawaienne un succès fulgurant il y a 15 ans, jouit maintenant d’un statut de groupe culte, qui peut faire chanter une vaste foule à l’unisson pour presque toutes ses chansons.

Une véritable grand’ messe de chansons pop, rock, à la sauce punk californienne faible en gras.

C’est bien parti pour des Francos bien réussies.

Événements à venir

Vos commentaires