Francos de Montréal (festival)
Critique Publié le

Francos 2018 | Belle première pour les scènes extérieures avec La Famille Ouellette, Dave Chose, Maude Audet et plus !

On peut le dire, c’est une première soirée réussie pour les Francos avec du soleil au rendez-vous pour accompagner les artistes qui se produisaient sur les petites scènes extérieures. Le rock de Dave Chose a fait forte impression à l’instar de La Famille Ouellette et son dynamisme contagieux. Retour sur quelques spectacles donnés au Quartier des Spectacles pour l’ouverture du festival.

Les structures sont montées tout comme les stands de nourriture destinés aux gourmands, ceux-là même qui délaissent parfois quelques concerts donnés sur les scènes extérieures pour une bouchée de hot-dog vendu sur la Place des Festivals. On ne leur en voudra pas, le programme de la 30ème édition des Francos est gigantesque et ce n’est pas prêt de s’estomper. Les conflits d’horaires sont sûrement source de contraintes pour certains, mais pour d’autres, c’est aussi l’occasion de passer d’une scène à une autre, d’un style à un autre, pour y (re)découvrir des artistes de talent.


Un Dave Chose fascinant

Sur la scène Hydro-Quebec, placée au pied du pavillon Président-Kennedy de l’UQÀM, c’est Dave Chose qui ouvre les hostilités du festival dès 18 heures. Pas facile d’être l’un des premiers artistes programmé mais pourtant, le chanteur originaire du Lac St-Jean s’en tire à merveille.

Malgré ses discours drôles et un peu maladroits entre les chansons, il apporte la spontanéité d’un jam auquel on participerait avec ses amis. Accompagné de musiciens investis, l’homme à la chevelure longue et soyeuse intrigue tout autant qu’il fascine. À mesure que le concert se poursuit, on veut en savoir plus sur son premier album (on avait d’ailleurs jasé avec lui lors du lancement de ceci) et son univers musical aux arrangements extrêmement bien menés. Les variations émotionnelles allient avec justesse des instants énergiques et calmes comme sur Lacteur Rose. Un titre qui prend le public par surprise dans une dimension particulière avec ce timbre sec mais qui se mue parfois en une réverbération infinie.

Maude Audet apaise son monde

Cette voix caractéristique fait écho à celle de Maude Audet et son quatuor de batteur, bassiste, guitariste et pianiste. La chanteuse à la Gretsch rouge écarlate joue au même instant que Dave Chose sur la Scène Loto-Québec, à l’angle des rues Clark et De Montigny. Au-delà de la silhouette fine de l’auteure-compositrice-interprète se cache une voix douce et apaisante.

Elle présente sur scène des titres notamment issus de son dernier album Comme une odeur de déclin dans une ambiance champêtre qui sent bon l’été. Le public est assis sagement sur la pelouse du Parterre du Quartier des Spectacles à écouter les douces ballades à l’image de cette reprise particulière en français de Smells Like Teen Spirit des mythiques Nirvana. Alors oui, ce n’est évidemment pas au concert de Maude Audet qu’il faut s’attendre à transpirer mais ce moment particulier, apprécié du public, offre néanmoins un instant de répit évasif avant la débauche d’énergie déployée par La Famille Ouellette quelques mètres plus loin sur la scène SiriusXM !

* Photo de courtoisie par Frédérique Ménard-Aubin.

Une énergie folle chez La Famille Ouellette

« Belles ambiances » ou encore « Esti, c’est bon ! ». Voilà le genre de commentaires réjouissants que l’on peut entendre dans la foule compacte qui s’est amassé au concert de La Famille Ouellette.

Car oui, dès 19h, la bande de colocataires tous habillés d’un jacket blanc a offert au public une heure de concert tout en progression aux sonorités parfois proches d’un Half Moon Run francophone. Dans une jovialité contagieuse, le chanteur et multi-instrumentiste Jean-Sébastien Houle fait rire l’assistance depuis le début du spectacle. Des petites phrases bien pensées avant que démarrent les premières notes de titres aux phases rythmiques fascinantes et aux harmonies décapantes.

Il faut dire que les six musiciens sont fortement aidés par trois choristes de qualité, trois cuivres qui amplifient les sonorités mais aussi des invités comme Snail Kid du collectif Dead Obies qui apporte son flow sur la très belle Satin.

Mais au final, ce sera évidemment le titre Tout ce vacarme et ses percussions mémorables qui élève le concert dans une dimension particulière. On constate qu’à mesure où La Famille Ouellette se frotte à un public, le groupe prend toujours plus d’assurance avec sa pop riche et sucrée. Et c’est tant mieux pour la musique francophone.

En vrac : Alfa Rococo, Monk.E et Loïc April

Retour à 20h sur la scène Loto-Québec où Alfa Rococo se démène sur une électro-pop joyeuse qui fait malgré elle difficilement élever l’ambiance. Le guitariste et membre fondateur David Bussières joue des riffs efficaces qui résonnent entre les murs des bâtisses ceinturant le parterre de gazon tandis que sa comparse Justine Laberge tente en vain d’haranguer une partie de la foule davantage disposée à rester assis que de se lever pour danser sur leur musique.

Un peu plus loin, c’est Monk.E qui essaye lui aussi d’interagir avec son public de la scène Desjardins. Peu nombreux mais compacts devant le rappeur québécois, la foule est toutefois un peu amorphe face aux invectives de Monk.E contre les injustices et incohérences de ce monde ou sure la condition de la femme à améliorer.

Cette figure du paysage hip-hop au Québec est engagée et cohérente dans son propos sur scène, qu’il appuie sur une production efficace en compagnie de son acolyte beatboxer qui aura eu le mérite de surprendre beaucoup de gens dans une démonstration hors-norme peu après la moitié du concert.

Enfin, au même moment où se poursuivait le concert d’Alaclair Ensemble en ouverture du festival (consultez le compte-rendu du collègue Marc-André Mongrain), c’est Loïc April qui investissait à 22h la scène SiriusXM pour un concert rock énergique tout en progression, lui qui présentait sur le stage son premier album homonyme. Un beau potentiel chez ce jeune Montréalais au son caractéristique d’un mélange mi-shoegaze mi-garage très accessible et qui a fait inévitablement bouger les corps sur des titres comme Mes ruines sur tes décombres ou la puissante Fleur de violence. 

Une première soirée réussite pour les scènes extérieures où le public a pu profiter d’un temps parfait et des performances de talentueux artistes, et ce gratuitement. Vivement la suite!

CONSULTEZ LA PROGRAMMATION EXTÉRIEURE GRATUITE DES FRANCOS 2018 !

Événements à venir

Vos commentaires