Francos de Montréal (festival)
Critique Publié le

Francos 2018 | Daniel Bélanger, Matmatah et Amadou & Mariam égaient les festivaliers

L’aura de Daniel Bélanger est incommensurable auprès du peuple québécois. Ce mardi soir, il aura ravi la Place des Festivals dans un concert magique, après que les festivaliers aient vibré au son rock du groupe breton Matmatah et de la gaieté des Maliens Amadou & Mariam.


La nuit tombe et les lumières s’éteignent. La Place des Festivals est submergée de monde qui attend l’arrivée d’une idole, l’un des plus talentueux chansonniers québécois de ces dernières années. L’aura de Daniel Bélanger ne s’estompe pas sous cette chevelure scintillante. Le quinquagénaire dégage ce soir-là une forme resplendissante sur scène, sûrement nourrie par ce succès qui le suit depuis ses débuts. Des premières années de carrière qu’il n’oubliera pas d’ailleurs malgré que ce concert soit l’aboutissement de sa tournée Paloma, du nom de son dernier disque.

 

L’aboutissement de la tournée de Daniel Bélanger

Pendant deux heures, le Montréalais d’origine aura servi le meilleur de son répertoire avec des chansons récentes comme Métamorphose issue de Paloma (2016). Il y aura aussi des plus anciennes tirées notamment de deux albums marquants, Les Insomniaques S’amusent (1992) ou encore les Quatre Saisons Dans Le Désordre (1996) dont l’enchaînement de Sortez-moi de moi (quelle communion avec le public sur le refrain !) puis Les temps fous ont des allures d’un stadium rock transfiguré par un contexte urbain qui fait résonner les notes jusqu’au firmament nuageux de Montréal.

Et que dire des arrangements de l’auteur-compositeur-interprète et sa complicité avec ses quatre talentueux musiciens! Les magnifiques solos sur delay du guitariste Guillaume Doiron ou les expérimentations rythmiques du percussionniste Alain Quirion (Zébulon) auront magnifié la prestation notamment sur sur Intouchable et immortel.

Quoiqu’il en soit, la fête était belle. Pour la marée de fidèles et de curieux présent ce mardi soir, l’occasion était rêvée de suivre Daniel Bélanger sur les paroles de titres phares. Il y eu ce second rappel (!) où se suivirent La folie en quatre et Sèche tes pleurs mais aussi, plus tôt, la lunaire Dans un Spoutnik. Car oui, « Six milliards/ Six milliards de solitudes / Six milliards ça fait beaucoup » chanté en chœur par milliers, ça fait beaucoup dans le cœur des gens…

Le Mali et la Bretagne représentés aux Francos

Tandis que Daniel Bélanger jouait les premières notes de son beau concert sur la scène Bell, Amadou & Mariam chantaient toujours avec joie devant une foule pleine à craquer sur la scène Loto-Québec. Malgré leur déficience visuelle totale, le couple habillé d’habits traditionnels colorés prend un malin plaisir à faire danser son monde et sentir l’énergie humaine au son des rythmées C’est chaud mais aussi le succès Dimanche à Bamako.

 

Plus tôt, même endroit, c’était aux Bretons de Matmatah de remplir une nouvelle fois (n’est pas coutume) le parterre de cette scène Loto-Québec souvent habituée aux ambiances musicales plus tranquilles. Ceux qui ont repris du service en 2016 (après une pause d’une décennie) auront inévitablement fait sauter une partie du public sur le génial riff de Lambé An Dro  et la flute de L’apologie. 

Peu avant 19h, notre équipe aura recensé un pic de 90% de Français devant Matmatah, dont 70% de Bretons et 5 de leurs drapeaux agités en tous temps. Un classique pour chacune et chacun qui aurait vécu un festival en France une fois dans sa vie!

 

Daran ou encore Catherine Leduc sur les autres scènes extérieures

La soirée de mardi s’est aussi animée sur les autres scènes extérieures. Catherine Leduc a présenté sur la scène Hydro-Québec les mélodies profondes de son album Un bras de distance avec le soleil avant que le vénérable Daran prenne de belle manière le relais en ouverture du spectacle de Daniel Bélanger.

Événements à venir

Vos commentaires