Hubert Lenoir
Critique Publié le

Francos 2018 | Hubert Lenoir cristallise son succès au Club Soda

Il y a quelque chose de franchement grisant lorsqu’on assiste à la concrétisation d’un buzz. Comme mardi soir, aux Francos, alors que Hubert Lenoir prenait d’assaut le Club Soda pour une prestation électrisante, prouvant que son très bon album « Darlène » et tout l’engouement autour de sa personnalité fascinante n’étaient pas qu’un hasard ni un feu de paille.


Depuis des semaines, le nom de Hubert Lenoir est sur toutes les lèvres. Pour des bonnes et des mauvaises raisons…

Il fait un peu freaker les matantes, le Hubert, avec son attitude désinvolte d’artiste insoumis. Son émancipation touche visiblement une corde sensible, tant chez ceux et celles qu’il horripile, que celles et ceux qui l’adulent. Dans le Club Soda bien bondé, mardi soir, vous devinerez qu’on n’y trouvait que la deuxième catégorie.

De son propre aveu, Hubert Lenoir ne comptait pas donner des spectacles si rapidement après la sortie de son album Darlène cet hiver. Mais l’engouement est tel que la demande a suivi, si bien qu’il a décidé de monter un show sur un dix cennes, comme on dit. Même que son spectacle originalement prévu à L’Astral a finalement été déplacé au Club Soda pour répondre à la demande, et que ledit Club Soda affichait complet. Mais genre… ULTRA-complet. Il aurait pu en faire 5 d’affilée qu’on aurait manqué de billets.

Le risque avec un tel coup de vent, c’est que le show soit présenté trop vite, et que l’artiste peu préparé se casse la gueule. Or, Hubert Lenoir n’est pas tombé dans le panneau. Au contraire. Son public est gonflé à bloc avant même qu’il mette les pieds sur scène, mais son cran et son aplomb nourrit la foule, et vice versa, jusqu’à l’apothéose. Il y avait longtemps qu’on avait vécu une heure de spectacle aussi exaltante, sans temps mort.

Premièrement, il s’est bien entouré. La crème des musiciens de Québec est à ses côtés. PE Beaudoin bat la cadence à la batterie, les frères Cédric et Alexandre Martel (tous deux du groupe Mauves, alors qu’Alexandre est aussi connu pour son projet excentrique Anatole en plus d’avoir co-réalisé l’album avec Hubert) assurent respectivement la basse et la guitare, l’illustre Vincent Gagnon joue les partitions de piano, André Larue souffle le sax, et Lou-Adriane Cassidy (finaliste des Francouvertes et du Festival International de la chanson de Granby) harmonise sa jolie voix à celle de Hubert. Un duo qui fonctionne à merveille, surtout sur la sulfureuse Wild and Free.

Avec un pareil band, ça ne pouvait pas tomber à plat. Sans compter que Hubert Lenoir est une bête de scène, expressif, incarné, investi dans ses chansons, et en parfait contrôle de son rapport au public.

 

Déjà du nouveau matériel…

Si son attitude est plus punk que les chansons qu’on retrouve sur Darlène, ce sera peut-être pas le cas encore longtemps… En spectacle, en plus de jouer toutes les chansons du disque, Hubert propose également deux nouvelles chansons, Sucre et sel et Quatre quarts, qui abordent de front toutes deux à leur façon l’émancipation, la fluidité des genres, l’affirmation de soi. « À moitié garçon, à moitié fille », souligne-t-il dans Sucre et sel, avant d’envoyer paître ceux et celles que cette dualité offusque.

C’est ce qu’il représente. C’est ce que son public apprécie de lui. Pas de bullshit, pas de bienséance, juste du vrai.

Question de laisser son public sur un high, il grimpe au balcon, par les speakers du côté, visite ses fans en haut au balcon, avant de redescendre et de « naviguer » la foule en bodysurfant la moitié du Club Soda sous la clameur de la foule, pendant Fille de personne III au rappel.

De retour sur scène, il ne se gêne pas pour inciter les jeunes à s’affirmer en déclamant : « Pensez librement! Laissez-vous pas avoir par des vieux concepts. Tout est à refaire. Le monde est à nous. »

Un bon gros coup de pied dans le guêpier, nécessaire et enivrant.

Francos 2018 | Hubert Lenoir au Club Soda (fin de show) – Sors-tu.ca from Sors-tu.ca on Vimeo.

 

Angèle en première partie

La chanteuse belge Angèle assurait la première partie avec brio. Sa pop vive et décalée séduit à première écoute, surtout avec sa présence de scène engagée. Pétillante, la jeune chanteuse de 22 ans bondit sur scène, va chercher son public, danse de manière décomplexée.

Une très bonne prestation, amusante et divertissante, sans faire dans la pop gnagnan.

Grille de chansons

  1. Noémie
  2. Fille de personne I
  3. Fille de personne II
  4. J-C
  5. Si on s’y mettait
  6. Sucre et sel (nouvelle chanson)
  7. Quatre quarts (nouvelle chanson)
  8. Momo
  9. Darlène/Darling
  10. Wild and Free
  11. Ton Hôtel

Rappel

  1. Recommencer
  2. Cent-treizième rue
  3. Fille de personne III

Événements à venir

Vos commentaires