Hubert Lenoir
Nouvelle Publié le

Francos 2018 | Hubert Lenoir remporte le prix Félix-Leclerc

Ce jeudi après-midi, les lauréats de l’édition 2018 du Prix Félix-Leclerc de la chanson étaient annoncés et c’est Hubert Lenoir, éblouissant mardi soir au Club Soda, qui remporte cette récompense prestigieuse. Cette victoire confirme son début de carrière tonitruant tandis que du côté français, c’est Foé qui se distingue cette année.

Tous deux iront défendre leur musique sur les scènes des festivals majeurs dédiés à la musique francophone. Foé se produira l’an prochain aux Francos de Montréal tandis qu’Hubert Lenoir fera le chemin inverse pour rallier le département de la Charente-Maritime et se produire aux Francofolies de la Rochelle.

Hubert Lenoir bouscule les grandes institutions

Au moment de recevoir diverses bourses totalisant près de 15 000$, Hubert Lenoir s’exprima de façon hésitante devant la presse avec son franc-parler désormais connu de tous. Cette année, l’artiste québécois en a surpris plus d’un avec cette griffe si particulière que l’on a pu découvrir sur son album Darlène :

Je pense que c’est un prix qui est associé avec la création, une relation amour-haine avec elle, dit-il sans détour. J’ai fait cet album dans des conditions difficiles parce que je ne l’ai pas fait avec beaucoup [de moyens]. Je suis très fier que ce soit une œuvre qui soit reconnue aujourd’hui.

Durant cet instant devant la presse, la Révélation Radio-Canada en chanson 2018-2019 en profita pour égratigner le style de la chanson québécoise « extrêmement restreignant » qui agit selon l’artiste comme « un poids sur les épaules de beaucoup de jeunes artistes, des jeunes de ma génération [et] qui ne comprennent pas cette étiquette-là, ce genre-là. » Cette tribune lui offre ainsi une occasion d’exprimer une remise en question qui doit se faire chez les grandes institutions au sujet de la tradition de la chanson québécoise :

« On ne devrait pas nier les nouveaux courants, le rap, la musique électronique. J’aimerais que la musique d’ici puisse grandir et évoluer… enfin que ce soit de la musique, point final. Pas de la chanson québécoise. »

Pour conclure, il évoquera la mémoire de celui qui porte le nom du prix qu’il vient de remporter. « Vous pouvez dire ce que vous voulez, mais je sais que Félix aurait été d’accord avec moi ». C’est dit.

Un prix qui ouvre des portes

Récompensant chaque année des artistes émergents, le Prix Félix-Leclerc de la chanson offre depuis 1996 une tribune immense aux lauréats qui voient en cette distinction un tremplin de carrière important grâce notamment au lien tissé depuis neuf années entre les Francos de Montréal et les Francofolies de la Rochelle. Ce partenariat entre les deux rives de l’Atlantique permet de soutenir le développement d’artistes québécois et français dont la carrière est en plein essor, tout en contribuant à maintenir des liens privilégiés entre ceux-ci.

Le Prix vise ainsi à stimuler la création chez les jeunes auteurs-compositeurs-interprètes et à encourager la production et la diffusion de la chanson francophone. Pour cette 30ème édition des Francos de Montréal, c’est par exemple Juliette Armanet, vainqueur de l’édition précédente en France, qui jouera son concert à guichets fermés à l’Astral ce soir.

Côté québécois, le Prix révéla de nombreux artistes désormais confirmés comme Klô Pelgag, Karim Ouellet ou encore Safia Nolin. Quant à cette année, la concurrence était rude pour Hubert Lenoir avec les nominations de AMÉ, Andréanne A. Malette, Claude Bégin, Corridor, FouKi, Pierre-Hervé Goulet, Roxane Bruneau et Sara Dufour.

Événements à venir

Vos commentaires