Francouvertes
Critique Publié le

Francouvertes 2016 – Soir 4 | Dans l’Shed, La Famille Ouellette et Caltâr-Bateau

Les Francouvertes accueillaient beaucoup de monde lundi soir. Pas juste dans la salle (qui affichait complet pour une première fois cette année), mais aussi sur scène : le duo Dans l’Shed, la Famille Ouellette et la troupe Caltâr-Bateau s’y succédaient.

La soirée a débuté avec un trio d’anciens participants aux Francouvertes. Francis Faubert, Dany Placard et Antoine Corriveau (accompagnés de Mat Vézio à la batterie) ont chacun offert une chanson de leur crû, toutes lentes et posées mais buzzées au fuzz. Ça tonitruait dans les brancards !

C’était lancé avec Môman, de Faubert, dont le son de guit’ fait écho aux textes déchirants, suivie de Printemps, Printemps de l’écorché Corriveau, et finalement de Parce qu’i’ m’fallait, de Placard.

L’animateur de la soirée les a présentés comme « Les Gentlemen Sales ». Tiens donc, un petit sobriquet pour un one-night stand… Ce serait franchement intéressant de les revoir à l’oeuvre à l’occasion d’une soirée complète réunissant les 3 talents qui se côtoient déjà de moultes formes.

Depuis la parution de Maniwaki, à l’automne dernier, Francis Faubert a les armes nécessaires pour tenir son bout aux côtés de Corriveau (dont le successeur aux génialissimes Ombres Longues devrait paraître en 2016) et du vétéran Placard.

On a le rock « coké » de Galaxie, ce serait chouette d’avoir le rock « stone » de ces 3 gentlemen-là sur une base régulière… Une petite tournée messieurs ?  Ou à tout le moins, une soirée spéciale lors des FrancoFolies et/ou de Coup de coeur francophone ?

Francouvertes-faubert-placard-corriveau

Dans l’shed

La table bien mise par les trois barbus ci-haut encensés, on tombait ensuite dans le vif du sujet avec le duo Dans l’Shed, composé d’André Lavergne et d’Éric Dion, deux Gaspésiens qui en ont vu d’autres. Ils proposent un folk-blues parfois parfumé au country-folk, assez classique dans la forme. Les quatre mains se font aller avec aisance sur les cordes des guitares acoustiques, dobro et lapsteel, et les deux complices démontrent une belle synergie, un sens de l’humour juste assez appuyé pour les rendre attachants.

Le tout donne un peu une impression de groupe-à-boîtes-à-chansons, mais dans le genre, ça rentre bien.

On sentait les tempos un peu précipités, mais les deux comparses demeurent soudés, et les jeux de guitare demeurent leur principal atout.

La minimaliste Barre à Clous et le sympathique Grilled Cheese Blues représentaient les meilleurs moments de ce set sympathique.

Dans_Shed_070316_10

 

La famille Ouellette

Il y a une joke ici. L’ennui, c’est qu’on ne la comprend pas trop…

Ils sont six, se pointent sur scène avec des K-way de Slomos agencés, et quelques calottes à palettes, agissent comme des adulescents et multiplient les p’tits jeux de mots entre les chansons. On a d’abord l’impression d’avoir affaire à un mélange entre Misteur Valaire d’il y a 10 ans – oh, il y a des synthés et des trompettes aussi! – et Les Appendices.

Mais musicalement… rien de tout ça ne transparaît. On est dans de la chanson indie-pop qui se prend plutôt au sérieux, et comporte des moments franchement bien foutus, tant sur le plan de la composition que de l’interprétation.

On ferme les yeux, c’est du sérieux. On les ouvre, c’est cabotin (comme le nom).

Il y a du gros ménage à faire dans la direction artistique de ce jeune projet, qui compte pourtant sur quelques noms assez expérimentés : David Lagacé oeuvre au sein du très assumé Fire/Works, alors que Jean-Sébastien Houle avait attiré l’attention en 2013 avec son projet Une Toune par jour.

Soit que les chansons embarquent dans le trip comique de la sympathique bande sur le 220, ou que le concept un peu nono-on-saute-partout prend le bord. À commencer par un changement de nom.

Ce qui est étrange, c’est qu’ils seraient sans doute capables de tirer leur épingle du jeu dans un champ comme dans l’autre, mais pour l’instant, les deux approches semblent bâclées, et ne s’assemblent pas si bien.

Mais il en sortira surement quelque chose de très bon un de ces quatre. On gardera l’oeil (et l’oreille) ouvert.

Francouvertes-Famille_Ouellette_070316_15

 

Caltâr-Bateau

On l’avait dit dès le départ : Caltâr-Bateau part presque favori pour l’emporter. C’est du moins le nom que nous avons le plus vu circuler dans les différentes programmations de petites salles à Montréal ces derniers mois, et ils prennent du galon d’une fois à l’autre. Ils remplissent leurs salles aussi. Comme ce fut le cas pour le Lion d’Or hier, qui était bondé de fans du groupe.

On sent qu’ils affinent leur signature : l’aspect « vieux-québ' » qui nous rappelait un peu Harmonium il y a un an a pris le bord un peu, à la faveur d’un jam-rock plus mordant et varié.

À l’écoute des trois premières chansons du set, Les Beaux PrisonniersRouge maladie et La bavure des possessions, ce sont les textes qui représentent leur plus grande faiblesse. Pas tant leur signification mais plutôt leur (manque de) musicalité.

Musicalement, ça assure. Le groupe est solide, le chant est juste, les musiciens sont possédés par leur art, animés, à l’unisson.

Puis vient Moins puissant que Brel, chansonnette beaucoup plus légère, présentée avec le leader Alexandre Beauregard à la guitare, alors que les 6 autres membres font les choeurs et tapent des mains. C’est léger, sympathique, entraînant, touchant même, et les textes cette fois-ci coulent avec aise.

Le set se termine sur Subo Subo, genre de chanson incantatoire défendue avec brio par Alex Guimond (la voix féminine), qui se termine en crescendo intense.

La foule applaudit bruyamment, et on sent que le parcours du groupe aux 20e Francouvertes est loin d’être terminé…

Francouvertes-Caltar_Bateau_070316_01

Verdict

Comme prévu, Caltâr-Bateau fait bonne figure et se classe au 3e rang, alors que La Famille Ouellette s’installe juste derrière, au quatrième échelon. Moins de chance pour Dans l’Shed, qui s’accroche au 8e rang, ce qui laisse peu de chance de passer aux demi-finales avec encore 3 soirs (donc 9 artistes) à passer sur scène au cours des 3 prochains lundis.

Pour la première semaine des préliminaires, les 9 positions sont occupées et trois artistes se voient d’ores et déjà disqualifiés, soit Vincent Appelby, Eric Charland et Mclean.

Classement provisoire (après 4 soirs)

  1. Les Passagers
  2. Édwar 7
  3. Caltâr-Bateau
  4. La Famille Ouellette
  5. Sarahmée
  6. Nicolet
  7. Miss Sassoeur & Les Sassys
  8. Dans l’Shed
  9. Guillaume Mansour Expérience

Éliminés : Vincent Appelby, Eric Charland, McLean.

Événements à venir

Vos commentaires