Francouvertes
Critique Publié le

Francouvertes 2017 – Soir 4 | Au tour de Kyra Shaughnessy, Les Louanges et Van Carton !

Quatrième soirée des préliminaires des Francouvertes, et ça commence à se corser au classement. Avec le tour de Kyra Shaughnessy, Les Louanges et Van Carton, c’était à prévoir : le précieux Top 9 des artistes qui passeront en demi-finales prend des airs de course aux séries !

francouvertes-soir4-Joelle_Saint_Pierre

Photo par Jean-François LeBlanc.

L’ex : Joëlle Saint-Pierre

Comme c’est maintenant coutume, on commence la soirée par une ex, en l’occurence Joëlle Saint-Pierre, qui vient briser la glace avec 4 chansons, dont une toute nouvelle / pas vraiment nouvelle, à casser / pas vraiment casser devant public.

On en reviendra probablement jamais : c’est carrément fascinant de constater à quel point Joëlle excelle dans l’art d’imposer le silence dans une salle à délicats coups de mailloches sur les lattes du vibraphone. La finesse de sa voix, son aura de douceur et l’aspect intrigant de son instrument imposent l’attention. Et bien qu’elle soit manifestement timide, on la sent dans son élément sur une scène, même lors de ses interventions pleines d’humour et d’esprit entre les chansons.

« Soyez sympathiques », suggère-t-elle au public voteur, qui devra formuler des commentaires écrits aux trois participants de la soirée. « Pas besoin de faire comme les trolls sur Internet ; ce sont des êtres humains et ils sont gentils », rajoute-t-elle, laissant sous-entendre que son passage aux Francouvertes 2014 fut certes ponctué d’un certain succès  (elle avait terminé au tout premier rang des préliminaires cette année-là), mais les commentaires du public n’ont peut-être pas toujours été d’un discernement exemplaire… Cruel public.

 

Kyra Shaughnessy

Photo par Jean-François LeBlanc.

Photo par Jean-François LeBlanc.

La première participante cadrait parfaitement avec la douceur de l’ex. Kyra Shaughnessy est auteure-compositrice-interprète du petit village d’Audet, en Estrie, qui fait dans un folk roots, teinté d’influences de musiques irlandaises et africaines.

Ce qui intrigue d’emblée, c’est l’agencement des cordes : une musicienne à sa droite joue de la kora, une autre à sa gauche ajoute du violoncelle et elle-même joue de la guitare. Le batteur Mat Vézio complète le tout.  Les arrangements proposent donc des sonorités variées mais pas assez pour conquérir la foule des Francouvertes, qui s’est faite discrète tout au long de la prestation.

La chanteuse semblait très à l’aise, solide et en plein contrôle sur scène. Elle n’a pas encore 30 ans, mais on sent chez elle une grande maturité et une sérénité. Elle a même tenté le coup avec une nouvelle chanson écrite la semaine dernière ; un genre de blues a cappella, accompagné des doux tapements aux tambours de Vézio. On a pu y apprécier le délicat tremolo de sa voix, comme une Betty Bonifassi moins féroce, qui évoquerait subtilement des airs de Dobacaracol.


 

Les Louanges

francouvertes-soir4-Les_Louanges

Photo par Jean-François LeBlanc.

Suivait Les Louanges, projet moustachu de Vincent Roberge, un jeune homme de Québec. La première chanson, Le Mercure, rappelle immanquablement Mac DeMarco avec sa petite guitare clean, sa charmante nonchalence adulescente et son sens mélodique dérobé.

Pas du tout désagréable, mais on craignait un peu, après cette première chanson, que l’effet de comparaison ne nous lâcherait pas des 30 minutes. Sauf que d’une chanson à l’autre, ça varie suffisamment pour qu’on y retrouve d’autres saveurs complètement, si bien qu’on a soudainement l’impression d’être en présence d’un Philémon avec du groove, et toutes sortes d’autres influences remontent à la surface.

Son charisme opère à fond entre les chansons, alors qu’il s’adresse au public avec humour, spontanéité et un petit brin de vulnérabilité qui le rend totalement attachant.

Décidément l’une des belles découvertes de cette édition des Francouvertes à date.


Van Carton

Photo par Jean-François LeBlanc.

Photo par Jean-François LeBlanc.

On avait de grandes attentes envers Van Carton, le projet de Guillaume Monette, connu comme auteur-compositeur de 3 gars su’l sofa. Il faut dire que le EP lancé à l’automne dernier regorge de sonorités bien choisies, d’arrangements créatifs, d’ambiances envoûtantes.

C’est d’ailleurs le grand défi, nous disions-nous : arriver à « accoter » le mini-album en terme d’instrumentation.

Pourtant, à ce niveau, c’était grandement réussi. Là où le bât blesse, c’est plutôt sur le plan de l’interprétation vocale lors des deux premières chansons. Parce qu’avec une instrumentation aussi riche et varié, avec des couleurs musicales aussi spectaculaires, il faut que les voix fonctionnent. Et ce n’était pas vraiment à point au départ.

Heureusement, ça s’est replacé, et la finale a démontré à quel point ce projet a de l’avenir.


Verdict

Il n’y a pas qu’à nous que Les Louanges a plu : le projet de Québec se hisse au deuxième rang du palmarès, tout juste derrière Vulvets. Van Carton fait aussi bonne figure, se positionnant au quatrième échelon. Kyra Shaughnessy repart toutefois bredouille : elle est d’emblée exclue du palmarès.

 

Palmarès après 4 soirs

  1. Vulvets
  2. Les Louanges
  3. Valery Vaughn
  4. Van Carton
  5. Shawn Jobin
  6. Antoine Lachance
  7. Mélanie Venditti
  8. Juste Robert
  9. Projet Coyote

Artistes évincés du palmarès : Kyra Shaughnessy, Bermudes, Maxime Auguste

Vos commentaires