Francouvertes
Critique Publié le

Francouvertes 2018 | Cinq points à retenir des demi-finales

C’est en plein rush de fin de session qu’avaient lieu, durant trois soirs consécutifs, les demi-finales de cette 22e édition des Francouvertes. Hip-hop, rock, folk et autres ovnis étaient à l’honneur au Lion d’Or et les surprises auront été nombreuses, tant sur scène que dans le palmarès. Retour en cinq points pour comprendre comment on en est arrivés à ce résultat.

L’intensité augmente

Même si on aurait aimé voir des participants comme Barrdo passer au second tour, il était clair que tous les artistes présents lors des demi-finales méritaient amplement leur place. Les neuf demi-finalistes ont d’ailleurs donné de grosses performances tous les soirs, certains démontrant d’ailleurs beaucoup plus de vivacité et de contrôle que lors de leur premier tour de scène.

On pense entre autres au gars de Mort Rose, qui semblaient avoir baissé le niveau de cabotinage d’un cran pour se concentrer sur leur musique accrocheuse qui en a gagné en efficacité. Entouré des gars de Gazoline, Gabriel Bouchard a lui aussi mis toute la gomme. Sa dernière chanson, Roberval l’a d’ailleurs vu jouer avec toute la fougue et la hargne d’une équipe qui retire son gardien à la fin d’un match. Il n’y aura pas de prolongation pour le gars du Lac, mais il a au moins prouvé qu’il restera un nom à surveiller. Enfin, Lou-Adriane Cassidy, qu’on avait trouvée un peu tiède le mois dernier, a été beaucoup plus convaincante. On la sentait plus féroce, plus prête à montrer ses dents.

Le cas de Laura Babin

La performance de Laura Babin en préliminaire était excellente, si bien qu’on la voyait déjà comme une prétendante sérieuse pour remporter les grands honneurs cette année. Toutefois, son premier passage impeccable au Lion d’Or aura peut-être été un boulet plus qu’autre chose pour elle. C’est qu’au lieu de brasser les cartes, comme l’ont fait presque tous ses collègues, Laura a fait un copié-collé de celui-ci pour sa demi-finale. Si elle avait réussi à décrocher quelques sourires en demandant s’il y avait des fans d’insomnie dans la salle enintroduisant sa chanson Sans sommeil en mars, il y a semblé y avoir un froid lorsqu’elle a utilisé exactement le même préambule lundi.

Soyons clairs : Laura Babin est excellente sur scène et elle a le potentiel d’aller très, très loin. Mais on aurait aimé la voir jouer avec le feu un peu plus.

Les rappeurs savent (parfois) danser

Les trois groupes de rap de cette édition auront réussi à se rendre en demi-finale, ce qui illustre bien l’engouement pour le hip-hop qui s’est emparé de la scène musicale québécoise ces dernières années. Chaque soir, le public a donc pu voir défiler une formation. Comme l’instrumentation complète de ces groupes se retrouvait dans des ordinateurs, toute la pression reposait sur les rappeurs pour donner un bon spectacle. Ceux-ci ne peuvent pas se contenter de rester statiques, et c’est pourquoi la danse était à l’honneur durant leurs performances.

Chaque groupe avait son propre style : Jay Scøtt X Smitty Bacalley bougeaient de façon moins fluide, mais auront multiplié cascades et lancers de Twix pour divertir la foule. LaF semblait plus organisé: environ 0.3 seconde après être entrés sur scène, les trois MC ont pris d’assaut tout l’espace auquel ils avaient droit.

C’est toutefois au duo de Sam Faye et D-Track que revient la palme des meilleures chorégraphies. Chaque pièce avait droit à son pas de danse synchronisé. C’est ironiquement J’sais pas danser qui aura donné droit aux mouvements les plus inspirés. Avec leur énergie contagieuse, les deux gentils garçons, accompagnés de leur compagnon Eazy El Dee, ont compris qu’il est toujours bon d’en donner un peu plus au public.

zouz méritait mieux

On avait l’impression, mercredi, que la moitié de la foule était venue pour Mort Rose et que l’autre était venue pour LaF. Prise à jouer le même soir, la formation zouz n’a pas attiré autant de fanatiques dans un Lion d’Or plein à craquer. Comme le vote du public compte pour la moitié de la note finale de chaque artiste, on peut croire que cela aura joué contre elle, qui ne sera finalement pas de la finale.

Ou est-ce que c’est parce que zouz a offert une prestation mièvre et décevante?

Ça, non.

Tous ceux qui ne connaissaient pas le groupe en sont probablement venus au même constat : zouz, ça varge. Viscéral, puissant, complexe et constamment dans une valse entre lourd et frénétique, le groupe a montré ses couleurs dès la première chanson. Les compositions sont originales et complexes, sans jamais sonner forcées. On savait déjà qu’il y avait beaucoup de talent dans le trio mais voilà qu’il a montré qu’il avait aussi beaucoup de plaisir pur à offrir. Dommage que ce qui a probablement été la performance la plus solide des demi-finales n’ait pas permis au groupe de se rendre plus loin.

CRABE sème le chaos sur scène… et dans le palmarès

Le nom de CRABE était sur toutes les lèvres. On ne savait pas à quoi s’attendre d’eux au premier tour, mais personne ne croyait les voir aller en finale. C’est pourtant bel et bien le sort que réservent les Francouvertes à ce duo de punk normal. Encore une fois, les mises en scène impossibles et le défoulement étaient à l’honneur, au grand plaisir de la foule déjà conquise, lors de leur passage à la toute fin de la première soirée. Pas de doute, les deux gars ont fait un travail remarquable, loin dans le champ gauche.

Autant CRABE a donné tout un spectacle, autant personne ou à peu près ne semblait croire que le groupe puisse convaincre assez de spectateurs et de membres du jury d’aller plus loin. C’est pourquoi l’annonce de leur première place provisoire, devant Laura Babin, aura créé un mélange de confusion et d’excitation dans la foule. Le duo a aussi gardé sa pole position après le deuxième soir, ce qui confirmait à toutes fins pratiques sa place en grande finale.

Cette surprise aura d’ailleurs été chaudement accueillie par plusieurs, dont Étienne de zouz qui ne s’est pas gêné de lancer plusieurs fleurs au groupe lors d’une intervention inspirée sur scène. On le comprend : on espère que la présence d’un groupe aussi original que CRABE en finale saura ouvrir la porte à d’autres extra-terrestres aux Francouvertes, comme ailleurs, dans le futur.

Palmarès des demi-finales

  1. LaF
  2. CRABE
  3. Lou-Adriane Cassidy

Ces trois artistes ont donc rendez-vous au Club Soda le lundi 7 mai pour la grande finale. Monteront également sur scène les deux porte-paroles de cette 22e édition, Klô Plegag et Tire le coyote.

Les billets pour la finale sont en vente par ici!

Événements à venir

Vos commentaires