Francouvertes
Critique Publié le

Francouvertes 2019 | O.G.B. remporte la grande finale !

Sans grande surprise, O.G.B. a remporté la 23e édition des Francouvertes. Grâce à leur performance sans tache et l’appui considérable de la foule, la troupe jazz-rap est repartie avec un beau gros chèque surdimensionné de 10 000 piastres, et une pléiade de prix de divers commanditaires.

Au final, O.G.B. auront été premiers du début à la fin. Premiers en préliminaires. Premiers aux demi-finales. Et grands gagnants au fil d’arrivée. Usain Bolt n’aurait pas fait mieux. (Surtout qu’il ne chante pas en français)

Original Gros Bonnet a confirmé tout le bien qu’on dit d’eux depuis le début du processus avec ses compositions funk, soul et jazzées, soutenues par une bande de six musiciens doués et visiblement au diapason, et enrichies de MC Franky Fade qui déploie avec panache et belle diction des textes plutôt bon enfant.

Ils étaient en milieu de soirée, juste après P’tit Belliveau et ses grosses coques, qui ont une fois de plus fait le plein de nouveaux fans québécois avec leur country bluegrass acadien, et leur sens de l’humour un peu tacky. Ils avaient même laissé des p’tits drapeaux acadiens à agiter lors de l’excellente Mon drapeau Acadjonne vient d’Taiwan, chantée à tue-tête par une foule qui embarquait volontiers dans le petit jeu.

Si la finale ne contenait aucune musicienne, Alex Burger a pris soin de souligner l’apport des quelques femmes qui ont fait partie des 21 participants qui n’ont pas atteint la finale parce que “le hasard”. Vrai que les Anais Constantin, Valérie Poulin, Cosmophone et autres Marie Gold auraient très bien pu (certains diront dû) trouver leur chemin jusqu’à la finale. Très élégant de la part du rockeur de le souligner.

Par ailleurs, Alex Burger a conclu la soirée avec une version idéale de ce qu’il a à proposer : du rock pop, parfois country, très bien exécuté, avec tout ce qu’il faut de cool et de décontracté pour séduire.

C’était donc une finale comme on s’y attendait : les trois groupes ont donné leur meilleur, mais l’époque étant ce qu’elle est, le bon rap va l’emporter sur le bon rock ou le bon country, ne serait-ce que par leur faculté de susciter l’intérêt du public davantage friand de cette branche que des autres. Et c’est très bien ainsi.

 

Événements à venir

Vos commentaires