Francouvertes
Critique Publié le

Francouvertes 2019 – Soir 5 | Le rap a la cote… ou pas tant

Grosse soirée rap aux Francouvertes, alors que Kirouac & Kodakludo, O.G.B. et Suprême Sans Plomb se succédaient sur la scène, dans un Lion d’or archi-bondé. On se disait que ça allait chambouler le classement, cette soirée-là… Finalement, pas tant.

La veillée a commencé, comme d’habitude, avec une courte prestation d’un ancien des Francouvertes. La série J’aime mes ex.  Cette semaine : le slacker-folkeux Jérôme 50. Qui nous annonce que ce sera un numéro à saveur « hip-hop ». On croyait que c’était une blague, mais non. Bien au contraire. Accompagné d’un boombox à séquences, il nous a servi quelques versions un peu « slacker-rap » à la vieux-Beck de ses chansons, dont une inspiration libre du P.I.M.P. de 50 Cent, et une nouvelle chanson qui pervertit joyeusement le classique Trois petits chats. Très très sympathique.

Kirouac & Kodakludo

Les deux gentils jeunes hommes se sont pointés sur scène avec une certaine nervosité visible, mais le coeur à la bonne place. Ça bounçait moyen d’entrée de jeu. On ressentait rapidement que l’expérience n’est pas encore rentrée. Pas grave. La foule est totalement derrière eux, et plus la performance avançait, plus on les sentait à l’aise.

C’est plutôt propret comme rap, et les hooks semblent moins évidents sur scène qu’à l’écoute du EP paru récemment.

Techniquement le DJ des deux, Kodakludo a pratiquement l’air plus à l’aise pour animer la foule que Kirouac, ce qui crée tout de même une drôle de chimie. Les chansons Bixi et Back demeurent deux très bons hits en devenir, qui font lever la foule.

C’était probablement un peu tôt dans l’évolution de Kirouac et Kodakludo pour se présenter aux Francouvertes, tout compte fait.

O.G.B.

Un détail qu’il faut comprendre ici : tout ce qu’on vient de dire au sujet de Kirouac & Kodakludo, ça a été écrit à la fin de la soirée. Peut-être que séparément, le manque d’expérience de K&K aurait moins paru… mais lorsque O.G.B. est monté sur scène en deuxième, la comparaison était plutôt brutale. On a beau dire que les Francouvertes est plus une vitrine qu’une compétition et qu’on compare des pommes avec des oranges, ça reste qu’à côté du belle pomme bien mûre, l’orange pas prête a encore plus l’air pas prête.

Voyez-vous, O.G.B., c’est un collectif de 5 musiciens, un DJ, un MC et 3 plantes. Blague botanique à part, c’est un full band qui fait du jazz-rap funky, puisant ses inspirations autant dans les classiques du jazz (dont un clin d’oeil apprécié à Ornette Coleman puisque leur album s’intitule Fruit Jazz), qu’à la culture pop québécoise rétro (plusieurs clins d’z’yeux à Patrick Zabbé sur la très divertissante Pousse l’ananas).

C’est mené de mains de maître par des musiciens visiblement chevronnés, qui forment un ensemble soudé et rodé, sans rien perdre du groove qui est de mise pour ce genre d’approche. Et sans tomber dans le piège #1 des musiciens à la technique irréprochable : en mettre trop. Oui, il y avait des solos, mais en doses modérées. D’ailleurs, c’est probablement la première fois qu’on entend un solo de saxophone soprano (merci à un certain sbire du Devoir pour nous avoir expliqué la différence entre une clarinette et un sax soprano) aux Francouvertes, et il y aurait fort à faire pour donner un meilleur résultat avec cet instrument dans un contexte rap.

Pour sa part, le MC, Franky Fade, est un très bon frontman, charismatique et en pleine maîtrise de son débit. On n’a pas tout pigé du texte, mais c’est normal sans les paroles à l’écrit devant les yeux. Les bouts de phrases qu’on pouvait capter faisaient le travail, et la fluidité de l’ensemble fonctionnait à merveille. Ça coulait de source, comme on dit.

De loin la prestation la plus aboutie des Francous à date. Très impressionnant. On se voit en demi-finale, messieurs.

Suprême Sans Plomb

Formé de membres du groupe rap L’Amalgame et des musiciens de Of Course, Suprême Sans Plomb vient terminer la fête en beauté avec un set qu’on pourrait qualifier de « gros party disco-funk ». Énergique à souhait, les gars ont embarqué la foule dans leur bateau pour une demi-heure passablement plaisante.

Le matériel offert par Suprême Sans Plomb manque toutefois un peu de punch sur le plan mélodique, et de profondeur dans les textes. Mais puisque c’est très axé sur l’énergie, la danse, la bonne humeur, force est d’admettre que c’est diablement efficace.

Verdict

Alors qu’on pensait la foule gagnée d’avance et confirmée à postériori par Suprême Sans Plomb, semblerait que le jury n’ait pas autant apprécié… Le collectif a manqué de gaz et n’a guère su se tailler une place parmi les 9 premières positions donnant accès aux demi-finales. Sans doute une déception, eux qui semblaient croire (avec raison) qu’ils avaient atteint leur cible.

Même sort pour Kirouac & Kodakludo, pour qui ce n’est probablement que partie remise. On se réessaie en 2020, les gars?

Au moins, un des groupes s’est taillé une place… et toute une!  On a un nouveau numéro 1, Mesdames et Messieurs, et c’est O.G.B. !

À ce point-ci, cinq des sept soirées de préliminaires sont passées, et on peut donc affirmer que O.G.B., Thierry Larose et P’tit Belliveau pi les Grosses Coques sont assurés d’une place en demi-finale.

Du côté des évincés, Olivier Lessard débarque du Top 9 et rejoint vice E Roy, Simon Daniel et Miles Barnes, en plus de Kirouac & Kodakludo et Suprême Sans Plomb. Ça se corse pour la controversée Marie-Gold qui s’accroche à la 9e place. Anaïs Constantin et Alex Burger peuvent encore espérer, respectivement au 6e et 7e rang, avec encore 6 autres artistes à se produire.

La semaine prochaine : 6e soir des préliminaires avec Cosmophone, Titelaine et Dear Denizen.

 

Photos en vrac


Palmarès après 5 soirs

  1. O.G.B.
  2. Thierry Larose
  3. P’tit Belliveau pis les Grosses Coques
  4. Ce7te Life
  5. Comment Debord
  6. Anaïs Constantin
  7. Alex Burger
  8. Foisy.
  9. Marie-Gold

Événements à venir

Vos commentaires