Garfunkel & Oates
Critique Publié le

Garfunkel & Oates – Secretions (***½)

Garfunkel & Oates - Secretions Garfunkel & Oates Secretions

Garfunkel & Oates, le duo humoristique formé de Kate Micucci et Riki Lindhome, est de retour avec Secretions, un album qui reprend la formule des précédents, c’est-à-dire une série de courtes chansons folk portant sur le sexe, les pseudo amis Facebook, le sexe, la fécondation in vitro, le sexe, les amateurs de sports, et le sexe. Et c’est hilarant!

Suite à l’aventure de sa désopilante – et trop brève! – série télévisée de huit épisodes, qui fut diffusée sur IFC, le duo nous revient avec un disque qui semble familier, car plusieurs de ses chansons ont été entendues au fil des épisodes de la série.

On est donc en terrain connu avec l’entraînante Sports Go Sports (l’une des meilleures chansons de l’album), pastiche des années 1980 dont le texte rend compte du pathétisme de certains amateurs de sports. Le vidéoclip de la chanson est rapidement devenue populaire sur le web l’an dernier, parodiant une scène célèbre de la série Saved By The Bell.

29/31 est construite comme un dialogue entre deux femmes, celle de 29 ans comblée, confiante en son avenir et celle de 31 ans qui est convaincue que sa vie est terminée, soulignant de manière très caricaturale certaines angoisses reliées au tournant de la trentaine (non exclusives aux femmes). Musicalement, c’est du Garfunkel & Oates classique, les deux chanteuses accompagnées principalement d’un ukulélé joué par Micucci.

The Loophole est l’une des chansons les plus crues du duo, faisant l’apologie du sexe anal (oreilles chastes s’abstenir), adoptant dans le texte le point de vue d’une personne ultra religieuse qui a trouvé une façon de s’amuser tout en gardant sa virginité. Garfunkel and Oates, c’est souvent très politically incorrect.

Deux voix qui ne font qu’une

Les voix de Micucci et Lindhome se marient toujours aussi bien qu’à l’habitude, chantant presque tous les textes en même temps et formant ainsi pratiquement qu’une seule voix. Le style du duo est bien établi, et les filles semblent tout à fait en confiance avec leur matériel.

Les impressions de la narratrice dans The BJ Song sont hilarantes (avons-nous besoin d’expliquer le sujet de la chanson?). C’est volontairement naïf, mais également sarcastique, et surtout très drôle.

De même pour The College Try, à propos d’une première expérience lesbienne. Il s’agit probablement là du texte le plus juvénile sur l’album (précisons que les chanteuses sont dans la trentaine), et ça ne dépasse jamais le premier degré (la réaction dégoûtée d’une fille hétéro qui se retrouve nez à nez avec un vagin), mais si l’on est enclin à ce genre d’humour, c’est bidonnant.

Happy Birthday to My Loose Acquaintance traite de ces connaissances sur Facebook à qui on ne sait trop quoi écrire pour souhaiter un joyeux anniversaire, The Fadeaway adopte le point de vue d’une personne qui ne sait comment rompre une relation autrement qu’en disparaissant, et Sad Montage, comme l’indique le titre, s’amuse des montages tristes dans les films.

Habituellement, la dernière chanson sur un album de Garfunkel & Oates est moins irrévérencieuse et davantage mignonne. C’est le cas encore une fois ici avec I Get To Do It To You, une adorable chanson d’amour remplie de références culturelles diverses et comiques (ça va de Star Wars à Richard Marx).

Secretions devrait plaire grandement aux gens qui sont déjà amateurs de Garfunkel & Oates, et a le potentiel d’attirer de futurs adeptes. Les sujets sont diversifiés, la durée est courte, c’est léger et rafraîchissant. Par contre, il ne faut pas avoir l’épiderme sensible pour apprécier cet humour cru et parfois carrément vulgaire.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires