Hofesh Shechter Company
Critique Publié le

Grand Finale de Hofesh Shechter au Théâtre Maisonneuve | Le nouvel opus du chorégraphe

C’est la quatrième fois qu’Hohesh Shechter vient présenter l’une de ces créations à la Place des Arts. Spectaculaire, audacieuse, Grand Finale est une fête populaire au goût de fin du monde qui a mis le feu à la scène du Théâtre Maisonneuve ce mercredi 1er novembre.

Présentée pour la première fois à Paris en juin 2017, Grand Finale est une création de 1h45 (incluant entracte) mettant en scène 10 danseurs et danseuses ainsi qu’un sextet de musiciens qui évoluent sur un mélange énergisant de musique électronique, classique, traditionnelle juive.

Tel qu’il l’a mentionné lors de son entretien avec le public ce mercredi, le style créatif d’Hofesh est très inclusif. Tant en musique qu’en danse, il laisse s’exprimer la personnalité des artistes avec qui il collabore. Pour la danse, en apportant quelques mots clefs, une définition de qualité de mouvement ou même l’énergie qu’il souhaite faire transparaître, il laisse ensuite les danseurs présenter leur vécu, leurs idées, leurs mouvements. Ce processus créatif, a priori désordonné, a donné naissance à une création qui est, sans hésitation, l’un des plus beaux spectacles auquel nous ayons assisté cette année.

Peu enclin à divulguer les thèmes précis qui ont mené à Grand Finale, Hofesh Shechter souhaite laisser au public vivre le spectacle plutôt que de l’interpréter pour lui. La mort, l’apocalypse, l’amour, le chaos, quelques thèmes parmi tant d’autres abordés dans la pièce. Face à ce chaos, les superbes danseurs se rebellent, avant de s’effondrer, pour se rebeller à nouveau. Tantôt inertes, tantôt en extase, en transe ou figés, les danseurs font vibrer le Théâtre Maisonneuve. La thématique, sombre à première vue, nous laisse pourtant empli d’espoir. Après tout, à tout cataclysme succède une renaissance…

Sur scène, des murs se déplacent, rassemblant ou séparant les danseurs et les musiciens faisant partie intégrante de la chorégraphie. L’ambiance sonore créée est enveloppante et parfaitement en symbiose avec la chorégraphie. Les jeux de lumière et de fumées participent à la création d’une expérience immersive. Les danseurs sont charismatiques, semblant tirer leur énergie d’une source intarissable, capables de passer de la frénésie au corps sans vie en quelques secondes.

Hofesh Shechter, un artiste complet

Né en 1974 à Jérusalem, Hofesh Shechter a commencé sa carrière de danseur à la Batsheva Dance Company. Au cours des années passées au sein de la compagnie d’Ohad Naharin, Hofesh Shechter développera une compréhension du mouvement qui sera le fondement de son style propre. Le public montréalais, habitué du style de la Batsheva y retrouvera des similitudes, tout en découvrant l’identité propre du chorégraphe.

Établi à Londres depuis 2002, le danseur a commencé à chorégraphier dès 2004. Directeur de sa propre compagnie depuis 2008, le chorégraphe maitrise à la perfection les grands mouvements d’ensemble qui nous manquent parfois sur la scène contemporaine actuelle. Créant sur commande pour de grandes institutions telle que le Royal Ballet de Londres, le chorégraphe a su imposer son style puissant sur les grandes scènes internationales.

Percussionniste, Hofesh signe la musique de sa première chorégraphie Fragments. Dans Grand Finale, il signera à nouveau chorégraphie et trame sonore, faisant évoluer la troupe de danseurs au travers de vagues puissantes de percussions.

Amateurs de danse, de musique, de théâtre, beaucoup trouveront leur compte dans ce superbe spectacle que nous recommandons vivement. Au Théâtre Maisonneuve à 20h du 1er au 4 novembre.

Vos commentaires