Heavy Montréal
Nouvelle Publié le

Heavy Montréal 2015 | La programmation vue par un métalleux, un punk rockeur et un indie rockeur

Comme on l’apprenait lundi dernier, Heavy Montréal poursuit l’élargissement de son public avec une programmation qui pige autant dans les diverses formes de métal que dans le punk rock et même le rock lourd au sens large du terme. Mais Heavy réussit-il à satisfaire les attentes de publics aussi distincts ? Tout le monde y trouve-t-il son compte ?

Sors-tu.ca a sondé un métalleux, un punk rockeur et un indie rockeur afin de savoir ce qu’ils retirent de cette programmation 2015 pour le moins variée.  Analyse en 5 points (par intervenant).

Poster_Heavy2105_lineup


Le punk rockeur
Sébastien Lavoie
Collaborateur de Sors-tu.ca, Saguenay

La présence du punk-rock au Heavy Montréal est-elle vraiment une bonne chose? En accueillant des groupes comme The Offspring, Pennywise, Bad Religion et Dropkick Murphys l’an dernier, le Heavy a peut-être perdu de vue ses racines… Ceux qui ne sont peut-être pas contents de la nouvelle tournure du festival peuvent dire que la scène punk est représentée par des groupes déjà vus un peu partout au Québec.

D’autres seront tout de même heureux de profiter des incontournables au passage. Pas nécessairement de nouveau coup de coeur, pas de nouveau son à découvrir cette année, que des gros noms bien établis.

Cinq faits saillants :

  1. Le punk des années 1990 est bien représenté, mais par des groupes qui passent à chaque année au Québec. Et parfois même, comme c’est le cas pour Lagwagon, quatre fois en 2014. Est-ce abusif de les ramener au Québec cet été?  Dans le cas de NOFX, un des groupes punk les plus aimés au Québec, il vient souvent, mais remplit toujours ses salles. Donc, deux valeurs sûres au Heavy Montréal.
  2. The Flatliners : groupe originaire de Brampton en Ontario, qui compte quatre albums studio à son actif. Influencés par Operation Ivy pour la composition, ils créent la nouvelle ère punk des années 2000.
  3. Small Brown Bike : natif du Michigan. La dernière fois qu’on a pu les voir dans la province, c’était en 2003. Depuis ce temps, ils roulent leur bosse dans les spectacles aux États-Unis, mais étaient en pause de la scène depuis 2011.
  4. Rocket From The Crypt : formation catégorisée punk-rock, à tort ou à raison… Bonne musique, mais c’est comme si on vous disait que Planet Smashers était un groupe punk avec leur section cuivre. Où est leur place dans ce genre de festival ?
  5. Marky Ramone’s Blitzkrieg (avec la voix de Andrew W.K) vont jouer des classiques des Ramones, mais chantés par un ancien métalleux, Andrew W.K.  Pour se remémorer de bons souvenirs, un show à voir en plein après-midi au Parc Jean-Drapeau.


Le métalleux
Simon Girard
Animateur de Bourreau Métallique sur CIBL 101,5 Montréal
Facebook | Site web

  1. Nuclear Assault : Le vénérable groupe américain est venu visiter Montréal à quelques reprises de 1986 à 1990, et puis… plus rien par la suite. 25 ans plus tard, ils annoncent leur tournée d’adieu, et se décident ENFIN à revenir nous voir. Ce sera mon baptême d’assaut nucléaire, et ma dernière chance en même temps; un des rares groupes avec lequel j’ai grandi qui n’est pas coché sur ma liste « À voir ». L’anticipation est grande. Très grande.
  2. Faith No More : Un autre groupe qui n’a pas refoulé notre sol insulaire depuis beaucoup trop longtemps – depuis le fameux « Show de l’émeute au Stade » en 1992 dans leur cas – et ce malgré que leur chanteur Mike Patton est revenu nous voir à plusieurs reprises avec, entre autres, Mr. Bungle et Fantômas. Comme j’ai raté l’émeute (à l’époque par choix, aujourd’hui avec regret), ce sera aussi ma première expérience FNM. Des légendes qui combleront beaucoup de fans!
  3. Pentagram : Malgré leur notoriété musicale, et (semi-)actifs depuis une quarantaine d’années, ce nom est malgré tout apparu aux yeux de plusieurs en 2011 avec le film LAST DAYS HERE, relatant l’histoire de leur chanteur Bobby Liebling, pas mieux que mort dans le sous-sol de ses parents, et de son « comeback ». Une rare chance de voir ce phénomène en personne, et de découvrir leur musique si ce n’est pas déjà fait.
  4. « LES GROUPES NON-ANNONCÉS » : Ouais, je sais, drôle de choix, mais… c’est vrai quand même. La programmation telle que vue à ce jour est fort bien remplie, certes, mais y’a toujours des ajouts, et souvent de très belles surprises (ex. : Twisted Sister l’an dernier). Avec la tournée Summer Slaughter qui se greffera au festival, certains groupes officieux, et autres ajouts, les oreilles seront satisfaites.
  5. « L’EXPÉRIENCE HEAVY » : Peu importe les têtes d’affiche, peu importe les bands (ceux qu’on aime et ceux qu’on n’aime pas), pour moi, ce weekend-là, je le passerais nulle part ailleurs. En un motton : IhsahnPigDestroyerMeshuggahTestamentInsomniumGorgutsOmniumGatherumBarf… (et beaucoup plus)
  6. (66) LA LUTTE : Oui, on a dit 5 points. Le ‘yââble en veut un 6e. De la lutte pis de la musique heavy, ça va bien ensemble. En plus, on aura un lutteur de la WWE (Chris Jericho) avec son band FOZZY cette année. Chances de voir une promotion croisée? On le souhaite!


L’indie rockeur
Marc-André Mongrain
Rédacteur en chef de Sors-tu.ca

En s’ouvrant à diverses formes de rock, Heavy Montréal devient encore plus invitant pour ceux qui fréquentent davantage le Mile-End que les Katacombes. Et au passage – tant qu’à avoir sa passe, tsé… – on ne manquera pas l’occasion de se taper quelques combats de lutte, mais aussi de zieuter tous ces bands dont on connaît le nom et la réputation sans avoir trop osé aller plus loin. Ce sera l’occasion de mesurer la valeur des Pentagram, IHSAHN et Nuclear Assault de ce monde, sans compter les valeurs sûres qui transcendent le genre métal : Mastodon, Meshuggah, Gojira…

Mais les attraits principaux, ce qui convaincra le alt-rockeur trentenaire de se joindre aux « pouèles » pour un week-end :

  1. Faith No More. Tout ce qui concerne Mike Patton est digne de mention, mais Faith No More, c’est un peu l’origine de tout ce culte (même s’il faisait déjà partie de Mr. Bungle au moment de se joindre à FNM). Le rock alternatif des années 1990 n’aurait pas été ce qu’il a été sans l’apport majeur de ce band séparé depuis 17 ans et récemment réuni. De la rare visite. Faut le prendre quand ça passe. Et le nouvel album s’annonce prometteur en plus…
  2. Iggy Fucking Pop. Pas besoin d’en dire plus. Quand ce légendaire Iggy est en ville, faut le voir, c’est tout.
  3. Slipknot donne tout un show. Qu’on soit adepte de nu metal ou pas, c’est divertissant en siouplait. À condition que le pauvre guitariste se remette de ses blessures à coups de couteau dans le coco subies récemment…
  4. Il y a longtemps qu’on ne s’intéresse plus vraiment à ce que fait Korn, mais soyons francs : le premier album, c’était de la bombe. Alors quand Jonathan Davis, Fieldy et toute la bande promettent de jouer ce disque mythique de 1994, de A à Z, avec ClownShoots and Ladders et Blind, ça donne soudainement envie d’être au rendez-vous.  « Aaaaaarrrre Youuuuu Rrreaddyyyyyyyy? »
  5. Les succès des Ramones, chantés par Andrew W.K. et joués par un ancien batteur du groupe. Ça s’appelle Marky Ramone’s Blitzkrieg et ça pourrait être extraordinaire ou vraiment très mauvais. Mais ça vaudra le détour.


HEAVY MONTRÉAL se tiendra du 7 au 9 août 2015 au Parc Jean-Drapeau à Montréal. Passes 3-jours en vente le vendredi 13 mars à 13h, au www.heavymontreal.com.

Vos commentaires

Sors-tu.ca vous recommande...