Candlemass
Critique Publié le

Heavy Montréal 2016 – Jour 2 | Candlemass envoûtant, Blind Guardian frustrant, Mantar hallucinant

Même la météo ne savait plus trop dans quelle direction chercher dans cette deuxième journée du Heavy Montréal, plus achalandée mais avec un je-ne-sais-quoi de moins excitant, comme s’il était dur du trouver quelque chose de vraiment consistant à se mettre sous la dent. Alors que Volbeat a bien assuré malgré les longueurs, Blind Guardian aurait du jouer plus tard et plus longtemps. Candlemass a réussi à rapporter une certaine magie, alors que Mantar a été la surprise de la journée.

* Photos par Thomas Mazerolles et Corentin Hignoul


I Prevail

Les Américains ouvrent le bal à 13h sur la Scène Molson devant une foule étonnement importante pour un début de journée. A quelques centaines près, il y aurait autant de monde que pour Five Finger Death Punch…

I Prevail est un énième produit copie conforme de la scène metalcore, fraîchement élaboré en 2013, utilisant tous les clichés du genre. Mais ils le font très bien, et avec une superbe énergie. Et ça se donne à fond sur scène, avec notamment deux chanteurs, ça en jette. Le combo est très efficace et bien en place, et peut être satisfait d’un public aussi nombreux qui bouge autant en jouant si tôt.

Mantar

La claque de la journée ? Le duo allemand Mantar débarque sur la Scène Blabbermouth.net à 14h et livre une prestation simplement incroyable.

Avec seulement un batteur et un chanteur/guitariste possédé, Mantar nous assène son sludge metal plutôt sombre avec une lourdeur et une intensité impressionnantes. Dans une disposition un peu atypique puisque le duo se fait face sur scène, nous regardant de côté.

Mantar - Heavy Montreal 2016-3

Le guitariste est branché à la fois dans un ampli guitare et un ampli basse, usant habilement de plusieurs pédales. Il livre une performance monstrueuse, notamment au chant, se donnant à 100%.

Côté batterie la performance est aussi remarquable, notamment dans ces passages très lents, mais frappés avec une puissance claquante. « C’est peut-être juste un concert de début d’après-midi pour vous, mais pour nous c’est tout, on a pris l’avion pour venir ici, c’est génial d’être là, merci. »

Humbles et reconnaissants, Mantar nous démontent avec des tueries comme Spit ou Cross The Cross. La surprise du Festival, et encore un artiste qui méritait une meilleure place, dans le noir et dans la fumée…

Mantar - Heavy Montreal 2016-4

Hatebreed

Invité de dernière minute et pas les moindres, les légendes du hardcore américain sont fidèles à eux-mêmes et dégagent beaucoup de puissance. Le concert est ouvert comme d’habitude par le classique « Destroy Everything » qui voit la foule exploser et commencer à brasser sérieusement.

On aime ou on n’aime pas, n’empêche que leur style se promène aux limites du métal, notamment du thrash, sur certains morceaux, et surtout les plus récents.  Peut-être que Hatebreed se repose un peu trop sur ses lauriers, comme si les gars n’avaient plus rien à prouver après toutes ces années. Rien d’exceptionnel au final, la marchandise est livrée avec puissance maîtrisée, mais si on a déjà vu Hatebreed dans le passé, rien de bien nouveau, et c’est peut-être l’occasion d’en profiter pour aller faire les 30 minutes d’attente pour accéder aux toilettes…

Hatebreed-Heavy Mtl-2016-1

Blind Guardian

Beaucoup de monde se presse devant la grande Scène Heavy pour voir une des légendes du power-metal, Blind Guardian. Formés en 1987, les Allemands sont toujours en activité, pour le bonheur des fans qui auront à droit à plusieurs classiques, dont le très épique Into The Storm qui vient d’emblée conquérir la foule, les poings dans les airs.

Certes le chanteur Hansi Kürsch a pris un petit coup de vieux et a laissé les cheveux longs, mais quelle voix ! Un peu dommage d’ailleurs qu’elle ne soit pas assez forte par moment, tout comme les guitares, on en aurait bien pris plus, parce que ça envoie aussi du lourd niveau solos.

Les guitares acoustiques sont sorties pour l’inévitable et magnifique Bard’s Song, chanté à l’unisson du début à la fin par un public de passionnés. Mais ça passe trop vite : Mirror Mirror et Valhalla viennent conclure une prestation beaucoup trop courte. Blind Guardian aurait pu se faire offrir une meilleure place avec plus de temps.

Blind Guardian-Heavy Mtl-2016-6

Alter Bridge

Alter Bridge - Heavy Montreal 2016-12Il y a encore du monde au balcon, surtout des filles, pour aller voir le beau gosse Miles Kennedy. Après que Slash soit finalement reparti en tournée avec la reformation des Guns’N’Roses, Miles s’est dit qu’après tout, pour s’occuper, lui aussi pouvait reformer Alter Bridge, avec notamment Mark Tremonti (Creed) à la guitare.

Le répertoire est étonnement « heavy », avec du gros riff groovy à souhait et du bon solo de guitare, laissant un peu de côté les chansons plus calmes du groupe, un bon choix de set-list vu le public. La voix de Miles Kennedy est toujours excellente, et le niveau général des musiciens est quand même remarquable. Cependant, il y a quelques longueurs dans l’ensemble, comme si c’était un peu trop la routine pour Alter Bridge. Il aura manqué quelque chose de plus pour en faire une prestation qui sort du lot.

Breaking Benjamin

Si il y avait un Heavy Montréal pour les enfants et les adolescents, alors peut-être que Breaking Benjamin aurait eut sa place, et encore.

On ne sait pas ce que casse Benjamin, mais en tout cas c’est loin de casser des briques. Avec leur rock alternatif tout propre et bien rangé, arrondi dans les coins avec des mélodies radiophoniques, les Américains arrivent pourtant à embarquer une foule tristement nombreuse, sûrement des nostalgiques de leur adolescence.

Les musiciens manquent cruellement de charisme et de présence scénique, et l’énergie est difficile à dégager malgré les influences plus punk ou métal de certains morceaux. Ça reste bien fait et exécuté, on voit que les gars ont de l’expérience, mais ce chanteur ne devrait pas être autorisé à utiliser le signe du diable avec sa main (dont il abuse), sous peine d’être brûlé au milieu d’un pentagramme.

Breaking Benjamin - Heavy Montreal 2016-2

Volbeat

Des fans de rockabilly qui font du metal ?

Et voici un gros concert de la journée avec Volbeat, qui voit une des plus grosses foules de la soirée se presser devant la Scène Molson. Il y a du monde jusqu’à l’autre bord de la petite plaine, beaucoup plus qu’hier soir.

Avec un très bon son, et des riffs groovy assez inspirés, les Danois envoient du lourd. Mais si leurs refrains ont parfois l’air d’être tous les mêmes, l’intensité s’essouffle au bout de quelques morceaux. Même la reprise de Johnny Cash n’est franchement pas formidable. Il faut attendre le milieu du concert et une belle surprise pour remonter la température : Barney de Napalm Death est invité à chanter sur un vieux morceau, qui envoie beaucoup plus. Quelle voix intense et si reconnaissable, de la part du chanteur du groupe culte de grindcore.

La suite du concert est plus variée et appréciable puisque Volbeat va chercher dans ses morceaux beaucoup plus rock’n’roll et rapides.

Volbeat-Heavy Mtl-2016-6

Candlemass

Finalement, voici enfin un vrai groupe de heavy metal. Et pas des moindres, puisque c’est les Suédois de Candlemass, qui fêtent leur 30 ans, et n’ont pas joué au Québec depuis très, très longtemps (à tel point que certains fans fauchés ont grimpé dans des arbres à l’extérieur du site pour écouter ce concert).

La foule se presse donc dans la forêt où la nuit est tombée sur la petite scène, que les Scandinaves investissent avec un son absolument énorme. Les riffs infernaux du groupe sont pesants à souhait, les morceaux sont vraiment mis en valeur par la qualité du son.

Certes, pour le chant, on est loin du Messiah Marcolin possédé dans son habit de moine, l’image de Candlemass dans les années 80. Cependant, Mats Levén livre une très bonne performance. « Tonight you have to choose. The Sound of Silence (habile référence à Disturbed qui joue en même temps) or the sound of doom… » Et c’est le son du doom metal de Candlemass qui clôturera en force cette journée, avec des vieux titres comme « Solitude », même si on n’aura pas droit au classique « Bewitched ».

Les légions de fans headbanguent à l’unisson devant les Scandinaves, qui arrivent enfin à envoûter, dégager cette aura, ce pouvoir transcendant de la musique heavy metal, qui va nous chercher à l’intérieur, chose qu’on aura malheureusement eut beaucoup, beaucoup de mal à trouver durant cette édition du Heavy Montréal 2016.

Candelmass-Heavy Mtl-2016-4

Vos commentaires