Hozier
Critique Publié le

Hozier à l’Olympia | Une voix dont on s’ennuyait

Quatre ans après la parution de son premier album, l’Irlandais Hozier était enfin de retour au Québec. Moins de deux semaines après la sortie de son EP Nina Cried Power, le chanteur foulait les planches de l’Olympia afin d’y jouer ses nouvelles chansons et ses plus anciennes. Sa performance d’une heure et demi a été ponctuée de plusieurs moments forts et a grandement charmé la foule qui s’est époumonée en ce mardi soir.


 

Un départ instable

Vers 21h, Andrew Hozier-Byrne dit Hozier s’est avancé sur scène en tournant un peu en rond. Quand Nina Cried Power a débutée, le chanteur ne semblait pas tout à fait prêt et manquait le début de quelques lignes, étant toujours trop loin du micro quand son temps de chanter venait. La première chanson terminée, les techniciens de scène ayant réglé le quelconque problème, Hozier s’est resaisi et a enchaîné avec Jackie and Wilson qui s’est déroulée sans embûche, tout comme le reste du spectacle.

Des chansons puissantes

Le premier album de l’artiste était indéniablement rempli de chansons plus grandes, puissantes ou entraînantes les unes que les autres. Il suffit de penser à From EdenAngel of Small Death and the Codeine Scene, To Be Alone ou encore Someone New. Tous ces titres ont été joués et ont enchanté les fans. Dès les premières notes des chansons, le public manifeste son enthousiasme, surtout au début de From Eden.

Parlant de titres enchanteurs, le nouvel EP a également rapidement fait son effet. Les quatre titres tirés de Nina Cried Power ont pu être entendus et ont tous apporté quelque chose de différent. NFWMB a su amener les spectateurs dans un mode d’écoute plus contemplatif et enivrant. Moment’s Silence a su faire bouger avec ses airs plus rock ‘n’ roll. Pour ce qui est de Shrike, il est évident qu’elle est la favorite de bien des gens. Cette dernière a su créer une atmosphère planante et émotive assez particulière. Les acclamations la suivant étaient également mémorables.

Un autre moment fort du spectacle a été l’excellente et si douce Cherry Wine. Les musiciens ont quitté la scène afin de laisser place au chanteur,  seul à la guitare. Au milieu de la chanson, après une interruption de la foule, Hozier s’est arrêté et a demandé à ce qu’on allume les lumières et qu’on laisse de la place à une personne ayant un malaise dans la foule. Le chanteur s’est retiré, a laissé la personne reprendre ses esprits et est revenu sur scène en s’assurant que tout le monde allait bien. Il a ensuite recommencé la chanson, au plus grand bonheur des fans qui ont semblé oublier l’incident bien rapidement. La chanson en solo mettait en valeur la voix chaleureuse et apaisante de l’Irlandais ainsi que ses talents de guitariste.

Une finale saisissante

Inévitablement, une des dernières chansons a été la déjà classique Take Me To Church. Le hit, malgré ses nombreuses répétitions à la radio, reste l’un des préférés du public. Chantant en coeur jusqu’à la toute fin, la foule n’a cessé de crier que lorsque le chanteur et ses musiciens sont revenus sur scène pour un rappel. Ensuite, c’est tout en douceur qu’ils ont joué Like Real People Do. La dernière et non la moindre a été la mémorable Work Song. Terminant le tout en beauté, Hozier a encore une fois épaté une salle comble qui l’a accueilli à bras ouverts.

 

Hudson Taylor en première partie

Le duo Hudson Taylor composé des frères Harry et Alfie Hudson-Taylor accompagnait Hozier mardi soir dernier. Également Irlandais, c’est un son beaucoup plus folk que ces derniers offraient. Leurs arrangements de voix et d’instruments donnaient un effet très optimiste et entraînant. Ils ont joué entre autres leurs titres Old SoulDon’t Know Why ou encore Feel It Again. Ils ont fait participer la foule et laissé une bonne impression sur les Montréalais.

 

Grille de chansons (Hozier)

  1. Nina Cried Power
  2. Jackie and Wilson
  3. From Eden
  4. Angel of Small Death and the Codeine Scene
  5. To Be Alone
  6. NFWMB
  7. Cherry Wine
  8. Shrike
  9. Arsonist’s Lullaby
  10. Moment’s Silence (Common Tongue)
  11. Someone New
  12. Movement
  13. Take Me To Church
  14. Like Real People Do
  15. Work Song
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires