I Prevail
Critique Publié le

I Prevail au MTELUS | De l’énergie à revendre

Dans le cadre de leur tournée Rage on the Stage, les membres du groupe I Prevail étaient de retour sur les planches montréalaises, enflammant cette fois-ci le MTELUS. C’est le mardi 17 octobre que le band, accompagné de We Came As Romans, The Word Alive et Escape The Fate, s’est arrêté dans la métropole pour y donner un spectacle intense et débordant d’énergie.


C’est vers 21h30 que le rideau est tombé, laissant place à un ring de boxe et à un band qui était visiblement heureux d’être là. Ne perdant pas une seconde avant de commencer, c’est avec Come And Get It que I Prevail a ouvert le bal. Après quelques chansons, c’est avec regrets qu’Eric Vanlerberghe, principalement responsable des screams, a expliqué qu’un de leurs chanteurs, Brian Burkheiser, avait récemment été hospitalisé en raison de ses cordes vocales endommagées et qu’il ne pouvait donc pas performer ce soir-là. C’est Dylan Bowman, guitariste et chanteur du band, qui l’a remplacé. Certains moments venaient rappeler l’absence de Brian, mais en général, les fans n’ont pas semblé trop importunés.

C’est avec la troisième chanson, Stuck In Your Head, que le spectacle a atteint un niveau d’enthousiasme et de participation mémorable. La foule, sautant à l’unisson, chantait à tue-tête les paroles de la chanson. Il était également impossible de ne pas remarquer les nombreuses personnes montées sur les épaules de leur voisin. Tout au long du spectacle, même pendant les premières parties, rares ont été les moments où l’énergie des spectateurs a semblé diminuer.

À plusieurs reprises, Eric s’est adressé au public afin de le remercier et de souligner sa participation et son intensité. Le groupe ne s’est également pas gêné pour jouer quelques reprises bien placées de chansons populaires telles que Shots de LMFAO ou Get Low de Lil Jon, en version plus hardcore, évidemment. Un extrait de Eye Of The Tiger s’est également fait entendre avant de laisser place à quelques lignes de Blank Space de Taylor Swift, cover qui les avait fait connaître en 2014.

Seule déception de la soirée pour certains fans : le manque de chansons acoustiques dans la setlist. Habituellement, Alone est jouée, mais étant donné que Brian ne pouvait être là, le groupe a décidé de la laisser tomber. D’un autre côté, peut-être que le public montréalais a eu droit à un spectacle plus constant et, du même coup, plus intense ?

C’est avec une mise en scène de bataille légèrement absurde et la chanson Scars que le groupe a conclu la soirée. Avant le dernier breakdown, la foule a eu droit à un « Lose your f**king minds » avant de se lancer dans l’un des plus gros mosh pit de la soirée, question de la terminer en beauté.

Également, mention spéciale aux trois autres groupes qui ont su faire beaucoup plus que réchauffer le public. Exigeant au moins un circle pit et un wall of death chacun, il est évident que We Came As Romans, The Word Alive et Escape The Fate avaient les Montréalais dans leur poche. Une soirée avec ces quatre groupes était prometteuse et inutile de dire que le défi de charmer la foule du MTELUS a été relevé haut la main.


 

Vos commentaires