Critique Publié le

Île Soniq 2019 – Jour 1 | Une météo capricieuse pour Marshmello, Alan Walker et plus

La première journée de la sixième édition d’Île Soniq fut toute une aventure. Malgré les orages qui ont retardé la programmation, les festivaliers ont eu beaucoup de plaisir vendredi. 

Pour la première fois depuis 3 ans, le festival est retourné à son site original au Parc Jean Drapeau qui se faisait rénover depuis ce temps. Le terrain comporte 3 scènes différentes où les artistes jouaient des styles de musique électronique variés. À la scène principale (Oasis), on entendait beaucoup de house,à la scène Bud Light c’était plutôt du rap ou du trap, et la scène Neon était la place pour le dubstep.

Problèmes de son et météo capricieuse

Une amélioration notable que les organisateurs ont fait pour le festival est que la scène néon a pris la place de l’ancienne scène Bud Light, ce qui lui permet d’être un peu plus grande. À son tour, la scène Bud Light à pris la place de la scène principale de Heavy MTL, ce qui lui permet d’être plus grande aussi. Malheureusement, cette grandeur de scène n’avait pas de corrélation avec le volume du son.

C’est un cliché de dire qu’aux festivals de musique le son n’est jamais assez fort, mais c’est le cas de le dire quand les festivaliers au milieu de la foule peuvent facilement avoir une conversation pendant les derniers actes de la soirée. Encore plus triste, c’est que les nouvelles installations de haut-parleurs en face de la scène Oasis n’ont même pas été utilisées.

Une autre difficulté que le festival a vécu, c’était les orages. L’organisation a dû arrêter la programmation deux fois pendant la journée pour des raisons de sécurité, même qu’une des fois c’était 30 minutes pendant le temps alloué à la fin de Kaskade et le début de Marshmello. Avec le vent et la pluie, beaucoup de gens ont décidé de quitter à l’avance car il faisait beaucoup trop froid.

Marshmello, Alan Walker et Kaskade mettent l’ambiance

Pour ce qui est des spectacles, la majorité ont été d’excellente qualité, si on met de côté le fait qu’il fallait être en avant de scène pour que le son soit plus fort que la conversation des gens à côté. Des mentions spéciales vont à Sullivan King, Midnight Tyrannosaurus, Alan Walker et Kaskade.

Sullivan King, qui aime beaucoup fusionner ses origines dans la musique métal avec sa musique dubstep, a complètement brassé la foule en jouant un set qui comportait beaucoup de chansons inédites. Midnight Tyrannosaurus a fait de même avec son style de dubstep très unique et violent. Alan Walker et Kaskade avaient toute la foule en train de chanter les paroles de leurs chansons et ont bien varié les genres musicaux qu’ils jouaient sur la scène.

Pour parler de Marshmello, il faut se dire que les gens auraient davantage apprécié son spectacle s’il n’y avait pas eu de pluie. Seulement, ceux qui tenaient vraiment à le voir sont restés car c’était décourageant d’avoir froid et de ne pas bien entendre la musique. D’un autre point de vue, les effets visuels pendant son set étaient incroyables, parmi les meilleurs qu’on ait déjà vu à Île Soniq.

En somme, les festivaliers ont eu du plaisir pendant la première journée du festival, mais ils espèrent tous qu’il y aura de la belle température et que les organisateurs vont oser monter le son pendant le samedi car c’est tout ce qui manquait au festival.

Vos commentaires