Festival îleSoniq
Critique Publié le

Île Soniq 2019 – Jour 2 | Après la pluie, le beau temps

Si la première journée d’Île Soniq a été marquée par une température instable et de nombreuses plaintes quant au son jugé trop faible, le soleil était heureusement au rendez-vous lors de la journée du samedi. Malgré le beau temps, les festivaliers sont tout de même restés sur leur faim quant au volume des systèmes de son, que certains internautes n’ont pas hésité à critiquer sur les réseaux sociaux, même si plusieurs s’entendent pour dire que c’était beaucoup mieux que la veille.

La nouvelle était déjà sortie quant aux nouvelles restrictions de son auxquelles les festivals du Parc Jean-Drapeau devaient se conformer, il y a quelques mois. Le niveau de son maximal autorisé était de 75 dBA pour la saison estivale. Malgré le mécontentement de certains, plusieurs autres festivaliers étaient au rendez-vous pour les performances de DJ de renommée.

L’apparition de JOYRYDE vers 16:55 a soulevé les cris des enthousiastes de basshouse à la scène Oasis. Le DJ, qui était également de la programmation l’an dernier, n’a pas déçu les festivaliers en offrant une performance entraînante et variée, sans omettre de jouer ses classiques.

La meilleure performance de la fin de semaine pourrait certainement être attribuée à KSHMR, qui suivait JOYRYDE sur la scène Oasis. Il ne s’agissait pas là d’une prestation ordinaire, alors que le DJ était accompagné d’un orchestre, dans le cadre du  « KSHMR Orchestral Live Experience ». Dans un concept très peu vu dans ce genre de festival, le producteur d’électro house a réinventé l’expérience de ses fans à sa manière, avec ses musiciens au clavier, violon, alto, violoncelle, flûte, trombone et tambour taiko. L’expérience en valait certainement le coup.

Les performances du duo de DJ montréalais Adventure Club et du DJ américain Seven Lions ont également été mémorables, avec une ambiance festive et des jeux de lumière qui ajoutaient une touche spéciale à l’heure du coucher du soleil.

À la fin de soirée, nul autre que le DJ Excision a clôturé le festival avec une performance mémorable, même si le son était effectivement un peu bas pour les amateurs de dubstep qui apprécient généralement le son dans le tapis. Les effets visuels de la performance étaient, comme toujours, à couper le souffle.

En bref, cette sixième édition d’Île Soniq en aura déçu plus d’un à la suite des circonstances de son et de température, en plus de l’annulation un peu controversée du DJ Nicky Romero. Malgré tout, le talent des artistes, les petits recoins du site original et le bon vibe ont tous été des éléments gagnants de la fin de semaine.

 

Retrouvez dès demain sur Sors-tu.ca une galerie exclusive de nos photographes Marie-Emmanuelle Laurin et Loïc Fortin qui étaient présents durant les deux journées de festival!

Vos commentaires