Excision
Critique Publié le

ÎleSoniq 2017 – Jour 2 | Apprendre à danser sous la pluie

De nombreuses files d’attente, de la bière en canettes à 9$, des madames très légèrement vêtues et (surtout) une deuxième journée réussie pour îleSoniq encore cette année.

Parmi les nouveautés cette année, la scène Neon était entouré d’une piste de danse faite de tuiles en plastique flottantes sur l’eau. Cet ajout a été grandement apprécié des festivaliers qui ont pu danser tout en se rafraîchissant en sautant sur les dalles surprenamment antidérapantes.

La seconde journée était beaucoup plus mouvementée que la veille, c’est le moins qu’on puisse dire. De la musique bass et trance étaient au rendez-vous, invitant les headbangers à se rassembler en charmants groupes de mosh pits, amicaux pour la plupart.

Processed with VSCO with f2 presetMichael Sparks a généreusement offert à sa ville natale ses meilleurs beats, accompagné de sa grand-mère (eh, oui!) qui balançait son poing dans les airs derrière le Dj booth. Elle a évidemment de quoi être fière de son petit fils qui a fait sauter des centaines et des centaines de #ToastGang.

L’ambiance survoltée des plus festives a brièvement été interrompue par dame nature.  Il faut dire que les gens présents n’ont pas attendu que l’orage passe pour danser sous la pluie. La plupart armée de ponchos de pluie, la foule en attente de la poursuite de la programmation chantait en chœur des chansons à répondre de camp de jour. La pluie a ensuite cessé, les ponchos détrempés se sont retrouvés sur le sol et la musique a repris avec Saymyname puis avec Lookas.

Processed with VSCO with f2 presetSlushii et Jauz ont définitivement dominé la scène Oasis avec un set haut en couleur alors que Ghastly, un brin en retard a ensuite passé le flambeau à Malaa à la scène Neon. Au grand plaisir de tous, d’anciennes et de nouvelles pièces de musique électroniques ont fait danser chaque âme présente et ce, peut importe la scène où on se trouvait.

Spag Heddy a été particulièrement impressionnant, non seulement par sa prestation, mais aussi par ses visuels et jeux de lumières éclectiques. On ne parle pas ici de hits populaires remixés du bout des doigts, mais plutôt de morceaux complètement originaux à saveur de dubstep. Pas le réconfort de la sauce à spag’ à maman, mais une bonne dose d’authentique-extravagant-extra piment.

Mais, le véritable roi de la journée a été le tant attendu Excision. Un show marquant autant pour son fan base de bassheads que pour les novices. Des artworks psychédéliques et un son particulièrement costaud qui a fait sa renom, seul lui pouvait clore le festival d’une manière aussi exceptionnelle.

En résumé : les installations, les membres de l’organisation et surtout les DJs présents ont tous contribué à offrir aux Montréalais adeptes d’EDM une fin de semaine de pure folie. Pour avoir accueilli une quatrième fois quelques milliers de jeunes personnes endiablées et avoir permis encore cette année un festival aussi mémorable, merci et à l’année prochaine!


 

Retrouvez notre retour en photos de cette deuxième journée de festival par ici!

Vos commentaires