Interpol
Critique Publié le

Interpol à L’Olympia | Du rock qui laisse de marbre

Interpol, le band, semble avoir à peu près autant d’humour qu’Interpol, l’organisation correctionnelle internationale. Et pourtant Paul Banks, le chanteur de la formation, a quand même à son actif quelques bonnes jokes. Nommément un album de pop-rap en duo avec RZA et un autre album rap, solo c’fois-ci, intitulé « Everyone On My Dick Like They Supposed To Be ».


 

Mais en ce mercredi soir, pas de blagues entre les chansons pour le groupe new-yorkais. Pas de sourire ben ben non plus. Ni de salutations. Ou de mouvements quelconques.

Un hochement de tête, un roulement d’épaule, un clignement de paupière, quequ’ chose, pour l’amour.

Mais non.

Quand on y pense, ça a plein de sens. Interpol était parmi les rois d’une époque où le rock était robotique, froid, rigide. Pas pour rien qu’on les ait maintes fois comparés à Joy Division, entre autres. Donc ç’aurait été d’être mal informé que de penser que le groupe lancerait dans ballons dans la foule en dansant.

Sauf que la question se pose. Les gars étaient-ils si statiques parce que ça fait partie de leurs personnages? De leur branding? Ou alors avons-nous aperçu là les traits fatigués d’un groupe qui a étiré la sauce et qui peine à retrouver le fun des débuts?

Hey. J’dis ça j’dis rien. Je me pose peut-être trop de questions.

Les gens ont eu du fun. Le son était pas pire pantoute. La personne devant moi sentait vraiment bon. Y’a eu un rappel. Le band a joué tant des pièces des premiers albums (Mammoth, Evil, Pioneer To the Fall, Obstacle 1) que de leur petit dernier, Marauder (If You Really Love Nothing, Number 10, The Rover).

Et le fait qu’ils interagissent si peu leur a permis d’enchaîner les hits en nombre impressionnant.

Gros show pour les fans déjà conquis. Mais c’est pas là qu’ils ont charmé de nouveaux mélomanes.

Mention à Sunflower Bean qui s’occupait de la première partie, par contre. On les avait vu jadis, au feu le Divan Orange, en première partie des excellentes Deap Valley, et déjà là on entendait le potentiel. Ça vaut le coup de découvrir.

Artistes
,
Villes
Salles

Vos commentaires