Joseph Arthur
Critique Publié le

Joseph Arthur au Club Soda | Artiste singulier

Le dernier spectacle de Joseph Arthur date d’un peu plus d’un, alors qu’il avait assuré la première partie de The Afghan Whigs lors de leur tournée en 2014. En effet, le musicien avait fait un arrêt à Montréal le 5 septembre. Son concert, bien que court, fut apprécié par les spectateurs.

Chanteur et guitariste qui offre une musique folk et indie plutôt mélancolique, Joseph Arthur est également peintre. D’ailleurs, il a l’habitude de mélanger les deux mediums dans le cadre de ses spectacles, ce qui leur confère un caractère unique. Le public a donc eu droit à sa musique et à une création d’art visuel en direct!

Seul sur scène, il avait ses deux guitares, ses partitions enregistrées au préalable, sa machine à pédales pour les effets spéciaux et autres échantillonnages ainsi que son harmonica. De plus, trois toiles étaient exposées sur des chevalets, tandis qu’un autre chevalet était vide.

Joseph Arthur a débuté sa soirée avec une reprise de John Lennon, Jealous Guy. Malheureusement, le public a pu, dès la première chanson, constater qu’il y avait certaines lacunes au niveau du son; celui-ci était trop fort par moment et il y avait de la réverbération.

La foule a offert un accueil ambivalent et le musicien a poursuivi avec l’extrait Still Life Honey Rose, que le public a réellement apprécié. Il a offert plusieurs chansons parmi les préférées de ses admirateurs, dont Blue Lights, Out On A Limb et Famous Friends Along The Coast. Il a également interprété In The Sun ainsi que Travel As Equals, titres que la foule a particulièrement aimés.

Multi-tâche

Tandis qu’il chantait Crying Like A Man, il déposé sa guitare (et a utilisé un enregistrement sonore pour s’accompagner) et a pris, de sa main libre, des tubes de peinture, une spatule et des cannettes afin de peindre une toile, qu’un technicien de scène lui avait apporté. C’est très impressionnant de voir un artiste peindre et chanter en même temps, tout en réussissant à exécuter ces deux tâches avec brio!

Il a ensuite délaissé la toile pour reprendre sa guitare et offrir d’autres chansons, dont Black Lexus, que l’auditoire a savourée – et qu’un spectateur avait réclamé à plusieurs reprises – et Redemption’s Son. Par la suite, il a chanté Jealous Guy encore une fois, après avoir eu l’accord du public. Il a expliqué qu’il devait se pratiquer puisque le lendemain (vendredi), il participera à un concert hommage à John Lennon à New York. Étonnamment, cette deuxième interprétation était bien supérieure à la première, chantée en guise d’introduction. Sa voix était meilleure, il a fait appel à un plus grand registre et il y avait beaucoup plus d’émotion.

Homme pragmatique, il annonce qu’il va faire le rappel immédiatement, que cela ne vaut pas la peine de quitter la scène pour y revenir quelques minutes plus tard. Il a donc offert Gypsy Faded, Walk On The Wild Side (reprise de son héros Lou Reed) Honey And The Moon et I Miss The Zoo. C’est pendant cette dernière chanson qu’il a complété sa toile.

Ce fut un spectacle émotif et mélancolique par moment, qui fut très agréable malgré les problèmes de son. Joseph Arthur a été très généreux et a offert vingt chansons et le concert a duré un peu moins de deux heures. Il a également annoncé qu’il lancerait deux nouveaux albums en 2016!

Par ailleurs, il y a une exposition à l’O Patro Vys qui durera tout le mois de décembre pendant laquelle une dizaine de toiles du musicien seront présentées. Le vernissage a eu lieu hier, le jeudi 3 décembre, avant son spectacle au Club Soda.

Kensico

La première partie de ce concert a été assurée par la chanteuse d’origine bretonne Kensico, née Gaëlle Bellaunay. La chanteuse a lancé son premier disque, White Sage, un peu plus tôt cette année.

Sur scène, elle était accompagnée par son guitariste qui a aussi contribué au chœur (pour sa part, elle a joué au xylophone sur quelques pièces). Sa voix sereine et blues a ravi les spectateurs.

Cette artiste à l’âme nomade est fortement inspirée par le désert et cela transparaît dans ses chansons. Elle a offert sept titres, dont la pièce homonyme, Echo Park et Absinthe & Morphine for breakfast. Elle a également interprété, de façon remarquable, Send His Love To Me de PJ Harvey, avant de céder les planches du Club Soda à Joseph Arthur, reprise qui a envouté le public.

Artistes
, ,
Villes
Salles

Vos commentaires