The Ethnic Show
Critique Publié le

Just for Laugh 2019 | Une bonne année pour le Ethnic Show

La 37e édition du festival Juste Pour Rire et son pendant anglophone Just For Laughs débutait mercredi. Pour l’occasion, nous avons assisté au Ethnic Show. Ce gala traditionnel de JFL est connu pour son humour orienté autour des différences ethniques. L’hôte du gala 2019 est Cristela Alonso. Ce jeudi, elle a ouvert le spectacle sur une salle pleine pour Anthony Devito, Rafinha « Rafi » Bastos, Dave Merheje, Robby Hoffman et Donnel Rawlings.

2019 est une bonne année pour le Ethnic Show. Là où on a parfois assisté à un flop d’un humoriste ou l’autre parmi les 5 sélectionnés, cette année était homogène. Thématique oblige, on retrouvera au cours de la soirée certaines blagues classiques. Néanmoins, les comédiens sauront tirer leur épingle du jeu.

Cristela Alonso et Anthony Devito surferont sur les changements de vie dans la quarantaine, Rafi Bastos apportera du neuf en abordant l’environnement et la chasse aux pailles en plastique. Robby Hoffman mélangera famille et féminisme. Donnel Rawlings clôturera la soirée de façon énergique avec des thèmes ethniques classiques.

L’HÔTESSE

L’animatrice de la soirée, Cristela Alonzo

Cristela Alonso, efficace puisqu’elle fait rire l’assemblée, a cependant manqué d’originalité. Les blagues sur le Mexique comme faisant partie des US ou bien sur le mur de Trump n’apportent pas grand-chose de neuf à la scène actuelle.

Sans s’ennuyer, le public en attend plus. Elle attirera significativement plus l’attention du public en comparant la quarantaine à l’iphone6 (« affordable and gets the job done »).

Dans l’ensemble, elle assure son rôle d’hôtesse de la soirée mais sans plus.

POINTS FORTS

Dans des styles très différents, Rafi Bastos et Robby Hoffman sont nos coups de cœur.

Rafi Bastos.

Rafi Bastos, Brésilien au « look de dealer coke croate » a accroché l’attention du Club Soda dans le thème à l’aide de clichés d’épilation brésilienne. Drôle mais modérément intéressant, il enchaîne sur une thématique environnementale. Sa cible : la paille en plastique et l’incapacité des tortues de mer à leur échapper. Un sujet contemporain et c’est ce qu’on apprécie.

Robby Hoffman est probablement notre préférée de la soirée. Nerveuse, elle parle vite et juste. Ayant grandi entre Brooklyn et Montréal, elle entre-mêle ses origines hassidiques, son homosexualité et son féminisme. Ce qu’on apprécie? La touche locale de la blague sur la ligne 161 (« le bus juif »), sa fluidité dans l’intégration de thèmes variés sans que ça ne semble forcé. En effet, dans ce type de spectacle à thématique claire, certains comédiens donnent souvent l’impression de se forcer à placer quelques mots dans le thème avant de pouvoir livrer leur vrai spectacle. Chez Robby Hoffman, on aime le savant mélange de thèmes créant un tout homogène très professionnel.

ET LES AUTRES…

Dave Merheje, Anthony Devito et Donnel Rawlings ont assuré une bonne performance. Dave Merheje nous attendrit avec la rivalité canado-américaine (il est originaire de Windsor, Ontario) tandis qu’Anthony Devito parle bien de ses relations de couple. Donnel Rawlings fermera la soirée en maintenant un 10 minutes de classiques où asiatiques, blancs et afro-américains en prendront pour leur grade.

Il y aura cette année 19 représentations du Ethnic Show au Club Soda qui s’étaleront entre le 10 et le 25 juillet.

Vos commentaires