Laurent Paquin
Critique Publié le

Juste pour Rire 2014 | Gala Juste pour rire animé par Laurent Paquin – Les épais

L’humoriste Laurent Paquin lançait l’édition 2014 du festival Juste pour rire, samedi soir à la salle Wilfrid-Pelletier, avec la première représentation des galas Juste Pour Rire qui ont cette année pour thème les têtes de turcs des Québécois. Premier sujet à l’honneur: Les épais. Compte-rendu.

Il s’agissait d’une 11e année, pour l’humoriste à titre d’animateur à la barre d’un des populaires galas Juste pour rire. Et les excellents humoristes se succédaient sur scène, bien qu’au final, la soirée n’ait pas offert de moment particulièrement délirant.

Paquin a d’abord ouvert la soirée avec un numéro d’ouverture douteux un peu maladroit avant de poursuivre dans un monologue assez réussi où il détaillait les différents sous-genres d’épais et leurs différences, pour terminer dans une montée dramatique typiquement québécoise où le gouvernement se fait rabrouer pour en venir à la conclusion que, les épais, c’est nous.

Le duo Dominic & Martin, premiers invités est ensuite monté sur scène pour présenter un numéro assez de base où les deux s’adonnaient à un quiz pour déterminer lequel des deux est « l’épais du duo ». Des jokes plus ou moins recherchées s’en sont ensuivies. Disons que pour un premier numéro de gala, ça tombait à plat.

Heureusement la brillante Virginie Fortin prenait le relais avec son détachement habituel. Personne d’autre ne peut parler de défécation et de papier de toilette de manière aussi distinguée et drôle, sans tomber dans la vulgarité. Sa livraison calculée et son ton neutre sont définitivement les éléments clés de son succès. Le seul hic: où se trouvait le lien avec la thématique de la soirée?

Suivait ensuite l’inimitable André Sauvé, qui, dans la peau d’un agent d’accueil des immigrés canadiens, s’essoufflait dans ses délires habituels, jouant habilement avec les mots, leurs sens et leurs homonymes. C’est d’ailleurs lui qui a eu droit à la première ovation de la soirée, avec mérite.

Le gala a ensuite connu ses moins bons moments, avec Simon Leblanc qui a livré un numéro peu mémorable sur l’épais violent de son école et un numéro de groupe désormais incontournable mettant en vedette Sylvain Larocque, Stéphane Fallu et Laurent Paquin où les trois humoristes jasaient durant un match de hockey. Le punch qu’on attendait n’est jamais venu et disons que le trio a déjà connu de meilleurs moments, notamment l’an dernier au gala sur la Mort.

Le gala a cependant repris sa vitesse de croisière avec le nouveau venu Pierre-Luc Pomerleau, qui a lui aussi obtenu une ovation pour son numéro sur les urgences québécoises, bien exécuté. Un humoriste qui s’est acquis de nouveaux adeptes et que l’on aimerait bien voir dans un contexte plus élaboré.

P.A. Méthot a lui aussi reçu une ovation pour son amusant numéro sur le système de reconnaissance vocale du service à la clientèle de Bell, tout comme François Bellefeuille, la saveur du moment dans le milieu de l’humour que l’on retrouvera aussi cette semaine à la barre de son propre gala (sur les Rejets). Bellefeuille s’est présenté sur scène dans la peau de son personnage de prêtre, où il est venu déblatérer sur la situation économique de l’Église et nous faire part de sa propre interprétation assez drôle merci de l’histoire du Christ. Même si la fin du numéro n’était pas des plus punchées, son texte figurait au titre des mieux construits de la soirée, bien en lien, d’ailleurs, avec la thématique.

Le gala s’est conclu sur un numéro chanté de Laurent Paquin, Jérémie Demay et P.A. Méthot, qui chantaient l’idiotie des épais, tout en les personnifiant. Une finale un peu pouet pouet, comparée au calibre du reste du gala, qui était somme toute bien réussi sans sortir de l’ordinaire. Un bon départ pour les galas Juste pour rire!

 

 

Événements à venir

Vos commentaires