Korine Côté
Critique Publié le

Juste pour Rire 2014 | Korine Côté et Sexe Illégal

Korine Côté offrait au public du festival Juste pour Rire un aperçu de son premier one woman show jeudi soir à la salle Claude-Léveillé de la Place des Arts, puis plus tard en soirée, c’est Sexe Illégal qui présentait Vivre à l’Astral. Compte-rendu.

Korine Côté : Un premier jet 

L’humoriste, qui avouait avoir un horaire chargé, nous a offert une très bonne première impression de son spectacle solo malgré un léger manque d’énergie.

La force de l’humoriste est sans aucun doute sa façon de raconter des blagues à travers des anecdotes de la vie quotidienne avec une grande honnêteté, son caractère et sa présence font le travail pour faire rire le public.

Korine Côté assume son côté féminin sans en faire trop, les quelques blagues axées sur le sujet sont appréciées par les femmes dans le public, notamment un sketch sur les skinny jeans qui a fait éclater la salle de rire.

L’humoriste a terminé de façon abrupte et en demandant l’heure au public. On comprend que les limites de temps sont importantes, mais une meilleure sortie aurait mieux conclu la soirée. Somme toute, un très bon premier jet pour Korine Côté, qui nous donne envie d’en voir plus.

 

Sexe Illégal : Vivre

Le duo composé de Tony Légal et Paul Sexe présentait jeudi soir, à l’Astral son spectacle Vivre. Dans l’absurdité et la musique, Sexe Illégal ont prouvé une fois de plus qu’ils savent offrir une bonne performance avec leur unique sens de l’humour.

Le plus excentrique du duo, Paul Sexe, apporte une énergie contagieuse. Avec son imitation douteuse de Gerry Boulet, il démontre qu’il sait faire rire sans son traditionnel habit bleu poudre et nous sert des mouvements de danse assez surprenants.

Leur présence sur scène est indéniable et leur façon de jouer sur les mots pour enchaîner les sketchs est efficace. Alors que chanter dans un numéro d’humour peut facilement tomber dans la lourdeur, le duo intègre ses succès comme Luc ou Bernard et Paraplaisir aux bons moments, au grand bonheur de la salle qui chantait en chœur.

La fin du spectacle tirait en longueur alors que les deux membres du duo s’obstinaient sur le fait qu’ils n’ont rien à dire, on en vient à la même conclusion, mais Sexe illégal n’a pas besoin de faire de grands discours profonds pour faire rire.

Le duo terminait avec une reprise humoristique de Livin’ la vida loca de Ricky Martin, tiré de leur album Cover Your Ears, Livin’ la vie d’holocauste. Une chanson sur l’histoire d’Anne Frank que Sexe illégal fait rarement en spectacle mentionnait Tony Légal. On comprend effectivement pourquoi avec le petit froid créé dans la salle.

Événements à venir

Vos commentaires