Kodaline
Critique Publié le

Kodaline à l’amphithéâtre du collège Algonquin

La foule est debout pour accueillir Kodaline qui donne son premier spectacle à Ottawa. Les spectateurs ont préféré être debout devant la scène qu’assis dans les sièges de l’amphithéâtre du Collège Algonquin.

Une scène assez simple et une foule très chaleureuse accueillent ce groupe de Dublin.

Le groupe interprète des chansons tirées de leur premier album, In a Perfect World, et du deuxième Coming Up For Air. Kodaline ouvre le spectacle avec la chanson Ready, et la foule très excitée chante avec les musiciens.

Les musiciens enchaînent avec la chanson Love Like This, que le chanteur Steven Garrigan entame à l’harmonica. Les spectateurs se font encore une fois participants et reprennent le refrain avec le chanteur, au grand plaisir du groupe.

 

Des musiciens soudés

Garrigan présente la chanson Way Back When, indiquant qu’elle est à propos de grandir. « Cela fait maintenant huit ans que nous sommes amis », nous confie le chanteur, et le public peut effectivement ressentir l’harmonie qui règne entre ces musiciens.

Le groupe continue avec Unclear avant d’entamer la chanson One Day, puis High Hopes, pour laquelle Steven Garrigan se trouve désormais au piano. La foule ne peut s’empêcher de chanter avec le groupe. C’est à ce moment que les frissons nous gagnent. Les musiciens nous communiquent non seulement leur musique mais aussi leur émotion.

Cette harmonie entre les musiciens se transpose dans leur musique; aucun instrument n’empiétant sur les autres. La voix du chanteur est assez forte et claire pour ne pas se laisser couvrir par la contrebasse et les percussions.

Les musiciens interprètent ensuite Coming Alive. Le chanteur interagit beaucoup avec la foule et se montre tout à fait charmant. C’est alors que celui-ci demande au public de mettre en marche la lampe de poche de leur téléphone portable, et que la lumière de la salle baisse, créant ainsi une atmosphère plus « romantique », comme il le dit, pour The One.

L’intensité et le crescendo reprennent pour la chanson All Comes Down, lorsque le groupe demande encore une fois à la foule de participer. Le groupe enchaîne avec Brand New Day.

Après avoir remercié la foule, le groupe entame Love Will Set You Free, et la voix du chanteur se montre sans faille. Elle le suit dans les notes plus aigües, dans les notes les plus longues. En fait, il en va de même pour toutes les chansons interprétées ce soir.

Il est important de mentionner que les voix de fond des musiciens ajoutent un effet canon très important à l’intensité des chansons.

La foule s’écrie pour ramener le groupe sur scène, avant de demander à l’unisson « All I Want ». Quelques minutes s’écoulent, mais la foule n’abandonne pas. Le groupe ressurgit finalement sur scène pour interpréter la chanson All I Want. Impossible de dire si c’est la salle qui faisait écho à la musique des chanteurs ou l’enthousiasme du public.

 

 

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires