Koriass
Critique Publié le

Koriass de retour après une pause controversée dans un MTELUS plein à craquer

Après des apparitions sporadiques et énigmatiques dans les médias ces dernières semaines, et la polémique concernant son temps d’arrêt pour des « raisons familiales », le rappeur fétiche du Québec a fait un retour marqué sur la scène du MTELUS samedi soir. Compte rendu du lancement montréalais de son plus récent album « La Nuit des Longs Couteaux », album-thérapie pour le rappeur aux messages voilés.

 


 

Malgré les ouï-dire et les rumeurs à son sujet, un grand spectacle était attendu par les fidèles fans de celui qui a marqué le rap keb, notamment par ses confrontations acérées dans les rap battles. Il mentionne en effet avoir perdu des amis et s’en être fait de nouveaux dans la dernière année, dont son « fils spirituel », l’artiste préféré des influenceurs, Fouki. Ce dernier fait d’ailleurs partie intégrante du show.

 

Zach Zoya : Étoile montante du rap

En guise de préliminaires, le très prometteur Zach Zoya prend place sur scène et nous démontre qu’à seulement 19 ans, il est à la hauteur du mandat d’embraser la salle. Avec son aisance naturelle, le rappeur rouynorandien relève haut la main la lourde tâche d’allumer la foule déjà fébrile.

Très Zay

C’est ensuite Fouki qui prend le relais avec une énergie hallucinante sur scène. Sous le mentorat de Koriass lui-même, personne ne peut résister de danser au son de ses hits alliant le trap et le reggae. Parmi plusieurs, on retient surtout Makeup accompagné de Vendou, Playa avec Kevin Na$h ainsi que Eau. Il enchaîne ensuite avec son dernier EP, Kan Kan produit par VNCE CARTER. Le MTELUS est alors plein à craquer et l’impatience se fait ressentir par l’énergie incendiaire du public.

Le clou du spectacle

Telle une rock star ressortie des flammes, Koriass marque son retour acclamé sur la scène montréalaise dans un nuage de fumée. Comme sur son album, il débute le main event en brisant le tabou des maladies mentales avec J-3000, l’aile psychiatrique où il a séjourné une semaine au Centre Hospitalier Robert-Giffard de Québec. Avec la plus grande humilité, il présente son album et ne lésine pas sur les mots qui tranche comme des (longs) couteaux.

En combinant par la suite des succès tels que 5 à 7 et Zombie, Ennemis et Blacklights, Devenir fou et Alerte Amber, il amalgame à merveille ses nouvelles et anciennes chansons. Koriass se lance alors dans le « Aye Flow « , mouvement populaire de la musique hip-hop actuelle, avec Get it right.

Moment de malaise

Chacun pouvait ressentir beaucoup d’amour qui émanait du MTELUS hier soir. Le seul ombrage fût l’interlude un brin passif-agressif où des commentaires haineux ciblant le rappeur tirés des réseaux sociaux sont projetés sur l’écran de la scène. Le principal intéressé commence alors à s’en prendre personnellement à ces mauvaises langues en médisant lui-même sur ses haters. Comique, oui. Nécessaire? Pas vraiment.

Mais tout est déjà pardonné lorsque Fouki apparaît sur la scène sur son fameux scooter Acura sous les regards ébahis des spectateurs. Ils livrent ensuite une prestation des plus spectaculaire des fruits de leur collaborations avec les morceaux Miracles, Goat Milk et All Zay en duo, même pas de Bescherelle.

Personne n’est une cause perdue

Entre des aveux sur les périodes plus sombres qu’il a vécues, et un mot pour le défunt rappeur Mac Miller, Manu fait comprendre qu’il s’est sorti de cet épisode difficile et son objectif premier est maintenant de protéger sa famille, plus exactement de garder sa vie privée hors des plateformes sociales. Il termine ce volet un peu plus deep de sa prestation en affirmant que personne n’est une cause perdue en enchaînant avec le morceau Cause perdue. Plus de place pour l’éléphant dans la pièce dans un MTELUS sold-out.

Il clôt le show avec des classiques dont Montréal-Nord, La mort de Manu (Lâche ta job) et Enfant de l’asphalte au plus grand plaisir de ses admirateurs de longue date qui l’accompagnent en chantant à tue-tête.

Vérité voilée

Au final, malgré que le retour de Koriass avec La Nuit des Longs Couteaux ait fait couler beaucoup d’encre et en a fait jaser plus d’un, gardons en tête que chaque histoire à deux versions, parfois même plusieurs dizaines de versions lorsque la vie privée d’un artiste est mise à ce point publique. La situation de Manu et sa famille appartient, d’après moi, à Manu, sa famille et les gens concernés si gens concernés il y a. Il n’y a qu’une chose que l’on peut juger : sa musique et la prestation. De toute façon, la vérité est toujours voilée dans un téléphone arabe.

Une supplémentaire au MTELUS se tiendra le 26 janvier 2019. Détails par ici.

Événements à venir

Vos commentaires