Wu-Tang Clan
Critique Publié le

La Bonnefemme sort #12 | Wu-Tang Clan-Club et Lavaloiseries

Ben voyons donc que Wu-Tang vient à Laval ! J’ai vérifié et non, c’est pas une joke. 12 juillet, 20h30, Place Bell ; Wu-Tang. Ben voyons donc !

Je l’avoue : j’ai acheté mon billet au parterre avant de demander une accréditation média. Mais Wu-Tang Clan, c’est mon groupe préféré : j’ai commandé Enter The Wu-Tang (36 Chambers) dans le catalogue de la Maison Colombia pour ma fête de 14 ans. Je l’sais, j’suis vieille, haha, c’est très drôle.

Bref, je m’assure d’assister au show. Parce que le temps passe, mais dans mon coeur, Wu-Tang reste. Wu-Tang Forever, t’sais.

 

***ANECDOTE ALERT***

Cette confirmation d’accréditation est la plus stressante que j’ai reçue :


Allais-je me ramasser dans un show de Loco Locass avec des blackface? Notre rassurant rédacteur en chef a émis l’hypothèse que j’allais assister à un show hommage :


ENTER THE WU-TANG CLUB  (36 SALLES DE BAIN) 25TH  ANNIVERSARY TOUR, bientôt à l’aréna de Bécancour. Ça va brasser en ciboulot!

À mon arrivée, le party est déjà pogné devant la Place Bell. J’bois une p’tite bière en tissant des amitiés que j’estime durables. J’pense même être à la tête d’un nouveau crew : Les Ol’ Dirty Instababes, une gang de bad btchz qui font des graffitis féministes dans des boutiques de lingerie fine. Ou dans des quincailleries. Ça dépend de notre cycle menstru, y’all.

Donc, on entre pendant le set de DJ Mathematics. C’correct. C’est un gars qui met d’la musique, là. J’suis certaine qu’il est ben smatte, mais moi, j’veux Wu-Tang. Même si je sais que je ne verrai rien derrière les mille personnes déjà installées devant le stage. Pas grave. Je vais trouver moyen de me glisser dans la première rangée avant de pogner 46 ans !

Wu-Tang entre enfin en scène. J’le sais parce que tout l’monde crie sa vie. Je déduis donc que les p’tits bouts de tête que j’entrevois sont celles du Clan. Tant qu’à chialer sur ma position dans la salle, aussi ben me débarrasser du reste du chialage.

  • Le son
    C’est comme écouter du beat avec des écouteurs mâchouillés par un chat en fin de vie. L’écran de bave féline est audible; c’est épouvantable. Mais personne n’est à blâmer. Neuf micros dans un aréna semi plein, ça sonne comme un pet dans une canne de sauce. Tout le monde est gossé par le son, dont RZA, qui prend soin d’envoyer un « FCK YOU SOUND GUY » à la fin du show. Sound Guy, si tu lis ceci: Pas FCK YOU. T’as fait c’que t’as pu. Monsieur RZA était fatigué quand y’a dit ça. T’sais ben qu’il t’aime, Monsieur RZA. Y’est juste ben fatigué. Pas FCK YOU, OK? Pas FCK YOU.
  • L’absence de Method Man
    J’suis pas fâchée. J’suis déçue. J’veux dire… j’ai fait le trajet Montréal-Laval pour l’entendre chanter Method Man. J’suis toujours la seule qui fait des efforts dans c’te relation-là.
  • L’absence de Ol’ Dirty Bastard
    C’t’une farce.
  • Encore, ma place dans la foule
    J’me ferai pas d’amis avec cette partie. M’dérange pas : j’ai mes Ol’ Dirty Instababes. Moi et les autres quadragénaires avons grandi avec Wu-Tang. Aujourd’hui, j’ai deux enfants, un cochon pis une job. J’en ai pas moi, des Keep-Calm-and-Netflix-and-Chill-Turnups. J’pense que quand tu comptes les jours qui te séparent du show de ton groupe préféré qui sera même pas complet… dans un aréna de Laval, tu devrais avoir une place directement devant la scène. C’est cool que les jeunes de vingt ans aiment Wu-Tang. C’est grâce à eux que Wu-Tang sera forever. Mais quand je les vois tasser des vieux fans pour prendre leur place front stage, j’me fâche comme une grand-tante. Quand j’les vois checker leur cell tout le long du show avec leur tshirt Wu Tang de chez Winners, une partie de moi s’éteint. Quand RZA demande au crowd de chanter une partie d’une toune pis que les premières rangées embarquent pas, j’ai envie de mettre tout le monde en punition. J’pense qu’il devrait y avoir un agent de sécurité à l’avant-scène. Ceux qui veulent s’en approcher doivent lui spit un verse d’une toune autre que C.R.E.A.M. J’vous aime, les jeunes. J’suis juste jalouse de votre peau de pêche. J’ai réussi à me rendre en avant en hurlant « MARIE-ÈVE! », comme si mon cerveau avait soudainement lâché. Et j’y ai pris pour vous cette awesome photo de RZA. Ou du fils d’ODB. Ou d’un fond de pot de Map-O-Spread. J’ai pris c’photo-là.

 

Je chiale, mais cibolaille que j’ai eu du fun! Eille! Wu-Tang! J’ai l’impression que le show a duré dix minutes! Parce que:

  • Ol’ Dirty est un peu là
    Parce que Young Dirty Bastard, son fils, le remplace. Pis c’est beau. Si beau. Il n’est pas aussi bon que son père (personne ne peut être aussi bon que son père!), mais il pète toute, y compris mon coeur de pierre : c’est la première fois que Got Your Money me fait verser une larme.
  • J’ai vu un show de Wu-Tang
    Que ce soit le Clan ou le Club, que le son soit bon ou mauvais, que j’aie une place bonne ou épouvantable; assister à un show du Clan, c’est un cadeau.

WU-TANG CLAN CLUB FOREVER!

 

Galerie photo de la soirée événement à Laval :

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires