La liste de mes envies
Critique Publié le

La Liste de mes envies au Rideau Vert | Un solide coup d’envoi pour la saison 2016-2017

La nouvelle saison du Théâtre du Rideau Vert a été officiellement lancée avec la première de La liste de mes envies ce jeudi 13 octobre. Des éclats de rire aux larmes, le public est passé par toute une gamme d’émotions. Avec des comédiens talentueux qui campent parfaitement les personnages attachants de l’auteur Grégoire Delacourt, le théâtre donne un coup d’envoi puissant.

La liste de mes envies n’a rien d’une histoire hors du commun, celle d’une femme ordinaire, heureuse avec ce qu’elle possède, et modeste. Lorsqu’elle gagne le gros lot, Jocelyne n’a pourtant pas la réaction qu’aurait la majorité des gens. Ce qui fait la force de la pièce, basée sur le roman de Grégoire Delacourt, outre le personnage principal joué par Marie-Chantale Perron, c’est un dénouement inattendu qui surprend jusqu’à la dernière scène.

Devant le décor chaleureux d’une boutique de tissu, on retrouve Marie-Chantale Perron, dans le rôle de Jocelyne. Le personnage, une femme simple au bonheur facile passe par toute sorte de sentiments du début à la fin et la comédienne arrive à émouvoir le public sans aucun temps mort. Elle fait preuve d’une justesse et d’un naturel remarquable, dans une simplicité qui détonne au côté des personnages de ses copines excentriques et matérialistes, interprétés avec autant d’aplomb par Tammy Verge et Anick Lemay.

Dans le rôle de Jocelyn, le mari de Jocelyne, Steve Laplante, un personnage qu’on aime détester, arrive à le rendre sympathique et le public devient empathique à certains moments. Dans les rôles masculins et même parmi tous les comédiens, c’est Marc Legault qui vole la vedette en interprétant un père dont la mémoire faillit toutes les 6 minutes. Il crée, avec Marie-Chantale Perron, les moments les plus émouvants.

C’est donc une nouvelle perspective touchante et saisissante sur la fameuse expression « l’argent ne fait pas le bonheur » qu’offre la pièce La liste de mes envies, sans donner aucune morale ou tomber dans le cliché, avec une touche d’humour bien dosée.

Événements à venir

Vos commentaires