LCD Soundsystem
Critique Publié le

LCD Soundsystem au Bluesfest d’Ottawa 2017 | Néo-disco sous la pluie

Soirée d’averses sur les Plaines Lebreton, mercredi soir, alors que le Bluesfest d’Ottawa accueillait l’une de ses deux plus grosses exclusivités de cette année (l’autre étant Tom Petty, ce dimanche) : LCD Soundsystem. Et au fond, c’était peut-être parfait comme ça…

Lorsque James Murphy s’est pointé sur scène au devant de son collectif brooklynois, avec son air de poète maudit grassouillet et mal rasé (bref, tout sauf rock-star), des techniciens s’affairaient déjà, près de lui, à couvrir les instruments et synthés de couvertures métalliques imperméables, pour les protéger de la pluie. « On ne veut pas que personne prenne un choc électrique, » laisse entendre le leader de la troupe, avec son humble nonchalance caractéristique.

C’était la parfaite soirée pour ça. Grisaille et pluie intermittente, avec une boule disco géante au plafond. Ça ressemble à LCD Soundsystem tout ça. Il y a quelque chose chez eux de mélancolique ; derrière la musique dance organique (pas de laptop, pas de trames préenregistrées, juste des vrais instruments et synthés analogues) très rythmée et souvent très intense se cachent des propos parfaitement au diapason d’une génération un peu désabusée, qui danse pour oublier (Dance Yr Clean en est un très bon exemple). Même sur le plan mélodique, les chansons de LCD Soundsystem sont truffées de notes qui pincent le coeur, derrière les rythmes qui font aller le popotin.

N’allez pas croire qu’il s’agissait d’une soirée triste. Oh que non !  LCD Soundsystem en était à une première visite par ici depuis leur séparation en 2011. Ni Montréal, ni Québec n’a eu droit à leur présence depuis leur retour il y a un an et demi. Plusieurs les attendaient pour Osheaga 2016, mais non. Pas plus 2017. C’est Ottawa d’abord (et Laval en décembre), et l’heure est à la célébration des retrouvailles !

Le set commence d’ailleurs tout doucement avec la sarcastique Yr City’s a Sucker, puis bam!, Daft Punk débarque dans notre salon (façon de parler) avec l’explosive Daft Punk Is Playing At My House. Et ça se poursuit ainsi, enchaînant les meilleurs titres du groupe (sauf Losing My Edge, exclue du setlist), ainsi que leurs deux récentes Call The Police et American Dream au milieu.

L’immense scène principale du Bluesfest est recouverte de stations musicales diverses : une batterie ici, un synthé là, un combo ampli-guitare de l’autre côté, une panoplie de cloches à vache… Une caméra intégrée à la boule disco permet de projeter sur les écrans une vue de haut, où l’on peut voir les musiciens alterner d’une station à l’autre au gré des chansons. Comme une cuisine de restaurant de malbouffe : quelqu’un fait un shift à la friteuse, pendant qu’un autre beurre les pains et que 2 autres font la caisse. Prochaine chanson, on change de station !

La grille de chansons est parfaitement construite pour mener à un climax bien mesuré. D’abord, on se lance dans la mélancolie à fond avec New York, I Love You But You’re Bringing Me Down. Ça ne bat pas la version de Kermit, mais c’est tout de même du James Murphy à son meilleur…

Et puis la grande finale : Dance Yrself Clean et All My Friends, coup sur coup, qui viennent clore une prestation très solide (malgré quelques bogues techniques qui ont fait déraillé un synthé) d’une durée de près de 2 heures.  Décidément, le retour est bénéfique et la communion opère. À voir absolument, lors de leur passage à Laval le 2 décembre prochain.

LCDSoundsystem-Rbcbluesfest-Ottawa-Sorstuca-2017-1

Plus tôt en soirée, le Bluesfest d’Ottawa avait assemblé une programmation plus cohérente que la veille, avec The Shins qui a servi une très bonne prestation revisitant ses différents albums (avec un décor hallucinant en arrière-plan), et Phantogram qui a charmé avec son électro-pop rythmée et raffinée. Toujours aussi magnétique, cette Sarah Barthel…

Gary Clark Jr. était aussi au menu, mais en même temps que LCD Soundsystem. Le choix nous paraissait évident, malheureusement pour l’émule de Jimi Hendrix…

Photos en vrac :

Grille de chansons (LCD Soundsystem)

  1. Yr City’s a Sucker
  2. Daft Punk Is Playing at My House
  3. I Can Change
  4. Get Innocuous!
  5. You Wanted a Hit
  6. Tribulations
  7. Movement
  8. Yeah
  9. Someone Great
  10. Call The Police
  11. American Dream
  12. Home
  13. New York, I Love You But You’re Bringing Me Down
  14. Dance Yrself Clean
  15. All My Friends

 

Événements à venir

Vos commentaires