Festif de Baie-St-Paul
Critique Publié le

Le Festif ! de Baie-Saint-Paul 2014 | Jour 2 – SoCalled, Betty Bonifassi, Les Cowboys Fringants et plus

Les nuages se jouent de nous, larguant sporadiquement quelques gouttes, jouant à la cachette avec le soleil, mais ça en prendrait bien plus pour décourager les festivaliers de profiter des activités que présente Le Festif! pour sa cinquième édition !

En après-midi, jeunes et moins jeunes peuvent déambuler sur la Rue Festive, déménagée cette année sur un tronçon de la rue Saint-Jean-Baptiste – un choix judicieux ! Parmi les galeristes, les marchands de glace et de bonbons et les bistros : fanfares, gargouilles, maquillages, sabres en ballounes, ateliers, name it !

Dès 13 h, la nouvelle scène Hydro-Québec s’anime : Dylan Perron et Élixir de Gumbo, quartette bluegrass, suivi par Tram des Balkans, qui a allègrement fait danser la foule sous la pluie dans le stationnement du resto Le Saint-Pub. Pour être festif, ça l’était !

À 16 h, la foule était plus que réchauffée pour Random Recipe, qui a donné un de ses meilleurs shows que nous ayons pu voir. Du plaisir à la tonne sur les planches : Frannie et Fab, se tiraillant comme des sœurs, se sont plus que données, heureuses, généreuses, enthousiastes. Amalgamant des titres du petit dernier, Kill the Hook et de Fold it Mold it !, les filles ont conclu leur set en délirant sur des hits des années 80, hommage à leurs influences, transformant ce spectacle d’après-midi en plein air en véritable discothèque à ciel ouvert : elles ont enchaîné I Like to Move It, Another Night, Say My Name, It’s a Beautiful Life, Everybody Dance Now

photo

Random Recipe. Photo par Simon Dubé

Frannie et Fab, avec l’énergie qui les caractérise, ont largement dépassé les attentes samedi ; on s’est retrouvé devant un méchant beau party de bonne humeur, auquel même le soleil a fini par se mêler. Miracle à Baie-Saint-Paul : Frannie s’est laissé convaincre de faire un peu de bodysurfing, ce qui semble-t-il n’était jamais arrivé en huit ans de tournée !

Plus tard, sur la grande scène, l’auteur-compositeur-interprète de Baie-Saint-Paul Patrick Gosselin a ouvert le bal pour le doublé Loco Locass / Cowboys Fringants, une soirée qui a permis aux organisateurs du festival de comptabiliser un record d’assistance : 4500 personnes !

Elle était bien belle, l’immense foule, chantant en cœur l’intégralité du répertoire que les Cowboys ont présenté – et on entendait de bien loin les acclamations qui l’ont soulevée pendant le set de Loco Locass ! Aucune surprise, donc, du côté de ces deux groupes-phare du paysage musical québécois : musique, participation, fête, générosité, partage sont toujours au rendez-vous, et les artistes vus jusqu’à maintenant sont unanimes : ils sont magnifiquement accueillis par l’organisation de l’événement tout autant que par les spectateurs ! Ils nous ont tous dit qu’ils ne savaient pas trop à quoi s’attendre avant de venir ici, et ont terminé leur prestation en étant très fiers d’avoir accepté l’invitation du Festif ! à se produire dans ce charmant festival en plein cœur de Charlevoix.

Photo par Sim Dubé

Les Cowboys Fringants, photo par Simon Dubé

L’Après-Festif! avec SoCalled et Betty Bonifassi

Il en a été de même pour l’Après-Festif ! de Socalled au Centre communautaire, qui a reçu un accueil plus que chaleureux des festivaliers qui s’y sont entassés pour mieux constater la folie et le génie de cet énergumène montréalais.

Accompagné de la chanteuse Katie Moore et du saxophoniste Erik Hove, Josh Dolgin nous a entretenus dans la langue de Molière en déconnant avec ses machines, nous a gratifié d’un de ses célèbres tours de magie, jouant aussi d’une des marionnettes de son music-hall The Season, invitant même « un rappeur frustré » de la région à partager la scène avec ses acolytes, le temps d’un délire plus ou moins bien rattrapé par l’assistance vocale de sa rousse congénère. Richi, The Good Old Days, Work With What You Got, You are Never Alone, tout était prétexte à danser, bouncer, tripper en compagnie du trio autant que s’il avait été full band – et Socalled ne se possédant plus, a même fini en petite tenue !

photo par Simn Dubé

Socalled. Photo par Simon Dubé

À peine le temps de démonter son attirail et de remonter son pantalon, ou presque, que déjà Betty Bonifassi s’emparait du micro a capella pour conquérir l’assistance déjà quelque peu réduite à une grosse poignée de fidèles.

 

Avec ses trois musiciens de haute voltige, JF Lemieux, Martin Lizotte et Benji Vigneault, elle a interprété les pièces de son projet inspiré de chants d’esclaves catalogués par l’ethnomusicologue Alan Lomax dans les années 20.

photo par Magalie Morin

Betty Bonifassi, photo par Magalie Morin

 

Destinées à un album à paraître éventuellement, les chansons nous ont paru avoir évolué notablement depuis la première mouture, présentée en octobre dernier au Centre Phi – une évolution plus formatée, une glissade vers une appropriation plus personnelle du matériel. La projection de vidéos d’archives nous avait paru alors fort à propos pour soutenir le discours évoqué dans les paroles des chansons, et on aurait bien aimé que la prestation en bénéficie à Baie-Saint-Paul aussi…

Photos en vrac, par Simon Dubé et Magalie Morin

Événements à venir

Vos commentaires