Festif de Baie-St-Paul
Critique Publié le

Le Festif! de Baie-Saint-Paul 2016 | Carte blanche culturelle

Le Festif! de Baie-Saint-Paul récidivait avec une 7ème édition record: du 21 au 24 juillet, 45 artistes québécois et internationaux se sont donnés à des foules combles sous un soleil plombant. Avec des têtes d’affiches comme Half Moon Run, The Cat Empire, Plume Latraverse, Fred Fortin et plusieurs autres, le festival était une valeur sûre. Pourtant, c’est la multitude de spectacles surprises offerts dans des contextes intimes et osés qui a su charmer les familles et les amis mélomanes. Le temps d’une longue fin de semaine, de jour et de nuit, c’était comme si la ville de Baie-Saint-Paul avait offert carte blanche à l’équipe de jeunes organisateurs du festival. L’équipe de Sors-tu.ca vous raconte ses coups de coeur journaliers.


Jour 1: Plume Latraverse, The Cat Empire, Dead Obies

Le festival commençait en grand avec la tête d’affiche Plume Latraverse qui donnait le coup d’envoi avec ses grands classiques québécois, dans la salle comble de l’Hôtel Le Germain. C’était suivi de la performance de Busty and the Bass sur la Scène Desjardins, qui nous sidère avec la juste synchronisation de ses neuf musiciens. En attendant The Cat Empire, un groupe de bluegrass s’installe au milieu de la foule. C’est là qu’on comprend que les performances ne s’arrêteront jamais, tout au long du festival.

En plus de ces fortes têtes d’affiches, une fin de soirée rock se donnait avec Francis Faubert et Les Goules au sous-sol de l’église, ou hip-hop avec Dead Obies dans un chapiteau qui annonçait complet, mais qui aurait pu en prendre plus. Ils enchaînent les meilleurs morceaux de leurs albums Montréal $ud et Gesamtkunstwerk, un avant-goût de leur tournée XXXplosif qui débutera à l’automne.

La foule dense devant The <a href='/artiste/cat-empire/' >Cat Empire</a>.

La foule dense devant The Cat Empire.

Jour 2 : Avec pas d’casque, Keith Kouna, Half Moon Run

Notre gros coup de coeur du Festif!, c’est de loin le spectacle de Avec Pas d’Casque sur le quai. Leur retour sur scène attendu a fait partir la pluie assez vite. Les gens qui n’avaient pas pu rentrer s’étaient installés le long des roches de la plage, où même en haut des clôtures. L’humour du chanteur et leader Stéphane Lafleur justifie leur absence, faute d' »occupations dépressives » telles que « replier des bâches » ou « faire des casses-têtes à 25 000 morceaux de ciels bleus ». C’était une performance apaisante qui s’accompagnait du son des mouettes et des vagues. « C’est beau tout le tour, » nous a-t-il lancé. Ils nous gâtent même avec quelques morceaux d’Effets Spéciaux, album à paraître en septembre.

Le Festif - avec pas dcasque - Juillet 2016-4

Dans l’après-midi, un spectacle surprise de Keith Kouna chevauchait celui des Barr Brothers. Keith s’est installé en haut des escaliers d’une ruelle, et a même monopolisé le trottoir au grand complet avec son bon nombre de fans.

À la Scène Desjardins, ce sont Les soeurs Boulay qui nous ont offert tout un spectacle sous un arc-en-ciel, avec des pièces de leurs albums Le poids des confettis et 4488 de l’Amour, et leur adorable sens de l’humour. Koriass s’est faufilé en surprise dans les escaliers de secours de l’école d’à côté, juste avant Half Moon Run. Fidèles à leurs bonnes habitudes, le groupe a livré un spectacle incroyable, autant niveau éclairage qu’harmonies.Le Festif - half moon run - Juillet 2016-6

La soirée se terminait sur fond hip-hop avec Brown et Koriass. Le spectacle à peine achevé, les cellulaires se mettent à vibrer: duel de fanfares surprise près de l’église. À deux heures du matin, les festivaliers les plus motivés dansaient et crowdsurfaient à n’en plus finir au son des trombones et tambours. C’était magique de générer autant de bruit et de bonheur en pleine nuit.

Jour 3 : Safia Nolin, David Marin, VioleTT Pi

La journée s’annonçait chargée avec un spectacle surprise de Mon Doux Saigneur sur le toit de l’incontournable Gîte TerreCiel, juste avant de se mettre en route pour Safia Nolin sur le quai. Aux côtés de son acolyte Joseph Marchant, ils enchaînent toutes les pièces de l’album Limoilou, ainsi que quelques reprises de Rihanna, Offenbach et Céline Dion. Sur le bord de l’eau, la voix incroyable de Safia résonne à l’infini, accompagnée d’enfants qui chantaient aux premières loges. »C’est tellement beau que j’ai même pas le goût de vous regarder », nous avoue-t-elle. Ce spectacle prouve le noyau même du Festif, comme quoi la beauté du contexte en fait un incontournable prisé pour les artistes. S’ensuit un spectacle surprise de Basia Bulat sur le bout du quai. Le bonheur contagieux de la chanteuse installée au piano en a fait pleuré plus d’un.

Le Festif - <a href='/artiste/basia-bulat/' >Basia Bulat</a> - Juillet 2016 - 2

Le summum des festivités était sous le son bluegrass de Canailles, qui nous ont fait danser sur les pièces du petit dernier, Ronds-Points. Le tout s’enchaînait avec un magnifique spectacle surprise de David Marin sous un pont. Il nous offre des « chansons sauvages », entouré des arbres et de la rivière. Celui qui est généralement plus sérieux nous a fait rire aux éclats avec son humour ludique et sa chanson Acuponcture.

En soirée, c’était Ariane Moffat et DJ Champion qui attiraient les foules à la grande Scène Desjardins. Alors que Grimskunk et Les Hôtesses d’Hilaire nous permettaient de suer au sous-sol de l’Église, Sors-tu.ca a opté pour le spectacle de VioleTT Pi, dont les arrangements beaucoup plus lourds que sur ses albums en ont fait moshpiter plusieurs. S’ensuit Beat Market, qui a commencé avec Sun Machine et qui a livré une performance haute en énergie.

À deux heures du matin, La Famille Ouellette a offert une performance surprise près d’une caravane de camping. La foule massive prouve que les festivaliers auraient pu en prendre toute la nuit.

 

Jour 4 : Fred Fortin

Histoire d’aider à la récupération physique de trois jours de spectacles et de bières de microbrasserie, l’équipe du Festif! proposait un seul ultime spectacle gratuit: Fred Fortin sur le quai, en 360 degrés avec le fleuve. Être témoin d’un spectacle bien rodé, aux côtés de fans qui chantaient en unisson sur le bord de l’eau, c’était la finale parfaite d’un très beau festival. Ils enchaînent plusieurs rappels donc Ultramarr et Vénus (du projet Gros Méné). Les musiciens ne voulaient pas quitter, et le public non plus!

C’est en quittant dans le trafic dimanche, où les radios des co-voituriers jouaient en boucle nos albums préférés de la fin de semaine, qu’on a eu le coeur gros. Les performances inusitées qui se sont multipliées durant le séjour en font un festival unique et une vitrine pour les artistes émergents et le tourisme de la ville. L’organisation ne mérite que d’être vantée: pour les amateurs de musique et de nature, le Festif se doit d’être un incontournable.

Événements à venir

Vos commentaires