Ichka
Critique Publié le

Le quatuor Ichka illumine Chagall au Musée des beaux-arts

Inaugurée le 28 janvier dernier au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Chagall : Couleur et Musique connaît un grand succès, et le quatuor Ichka y contribue activement !

On pénètre dans l’exposition au son d’une clarinette endiablée, d’un violon mélodieux, d’un accordéon et d’un trombone infatigables. Ils nous font voyager entre l’Europe et l’Amérique, en suivant le chemin emprunté par le fameux Marc Chagall. Ils font ainsi découvrir la musique klezmer, contraction de mots hébreux klay (instrument) et zemer (musique), désignant ainsi « instrument de chanson ».

Tradition musicale des Juifs ashkénazes d’Europe centrale et de l’Est, le klezmer se serait a priori développé à partir du XVème siècle au Moyen-Orient, et s’est exporté entre 1870 et 1920 aux Etats-Unis lors de la grande immigration juive. Pays que Chagall retrouve en 1941, après son arrestation en France à la fin du printemps la même année.

L’histoire nous est contée par les musiciens d’Ichka qui transmettent avec beaucoup d’émotion et de douceur cette musique chargée d’histoires, de rire et de pleurs, de joie et de nostalgie, et donne davantage de saveurs à l’exposition. En effet, il n’y a pas plus beau plaisir que d’entendre et de voir de la musique vivante durant une exposition ! Berceau de toute une culture, il aurait été maladroit d’évoquer Chagall sans cet art.

On écoute donc attentivement le répertoire improvisé, les chants traditionnels et les musiques de Dave Tarras et Naftule Brandwein entre autres, proposés par Zilien Biret à la clarinette, Isaac Beaudet au violon, Eli Richard au trombone (excepté ce dimanche), Sergiu Popa (ce dimanche) ou Yoni Kaston à l’accordéon en fonction des concerts. On est même amené à participer, et si le répertoire semble à premier abord difficile à retenir aussi bien pour les jeunes que les moins jeunes spectateurs, on parvient toutefois à chanter la mélodie du début à la fin, guidés par les musiciens fort sympathiques.

On peut déguster cette musique en arrivant au début de l’exposition dans la salle du Théâtre d’art juif de Moscou pour lequel Chagall avait créé les décors, entourés des tableaux aux influences cubistes (mouvement découvert par l’artiste à Paris en 1911), aux motifs décoratifs populaires russes et aux nombreuses références à la culture yiddish d’Europe de l’Est. Bref, un joli bol d’air frais pour cette magnifique et (trop ?) longue exposition de peintures, de costumes, de vitraux, de céramiques et de tapisserie de Marc Chagall.

Vous pourrez retrouvez les musiciens au même endroit entre 12h et 14h (avec une petite pause au milieu) les dimanches 26 mars, les 2, 9, 15, 16, 23 et 30 avril, ainsi que les 7, 14, 20, 21 et 27 mai.

Par ici pour retrouver le groupe : http://www.ichkaklezmer.com/

Vos commentaires