Philippe Brach
Critique Publié le

Le show chié de Philippe Brach | Les 13 manières dont ça a chié…

Philippe Brach devait conclure non seulement la tournée qui s’achève, mais aussi les « cinq dernières années de musique » avec un spectacle intitulé « Le Show chié », au Club Soda lundi soir. Et pour chier, ça a chié…

  1. En arrivant sur place, on se fait dire que « Philippe Brach n’a pas payé ce qu’il devait à la salle », alors le show aura finalement lieu aux Foufounes Électriques. Franchement.
  2. Une fois aux Foufs, le spectacle commence une quinzaine de minutes en retard — question d’attendre que les pauvres spectateurs qui se sont rendus au Club Soda arrivent — mais les lumières de la salle ne s’éteignent pas une fois les musiciens sur scène. Donc la première chanson sera jouée aux gros néons laittes des Foufs. Heille non mais…
  3. Comme son « costume à 15 000 euros » était pris dans les loges du Club Soda, Brach s’est pointé sur scène en camisole blanche pas propre avec des pantalons d’exercice. Il a emprunté du linge à différentes personnes de la foule tout au long de la soirée. Pas fort.
  4. La table de merch vendait différents objets aucunement liés à Philippe Brach, genre un laminé disque d’or de Don Juan ou de Pigeon d’argile de Kéveune, pour la modique somme de 40$! Ça revient cher du lol. Voyons donc.
  5. Au moment de jouer la magnifique Alice, sans perdre la moindre mesure, les musiciens l’ont transformée en Mes Blues passent pu dans porte, avec un gros solo de saxophone fromagé de surcroît. Sérieux.
  6. Les musiciens ont fait semblant que quatre guitares 12-cordes ne fonctionnaient pas, l’une après l’autre, pour finalement faire la toune « à 48 cordes » une fois que les quatre guitares se sont mises à fonctionner en même temps. C’est beaucoup trop de cordes, la gang.
  7. Au beau milieu du spectacle, un gros buzz d’ampli retentit sur scène. Les amplificateurs de guitare ne fonctionnaient plus. Gros temps mort. Pendant que les techniciens arrangent ça, ça permet à Philippe Fehmiu (?) de venir lancer des t-shirts à la foule pendant 5 minutes. Genre 100 t-shirts. Donc ce soir, les t-shirts de Philippe Brach sont gratuits, mais les cadres de Don Juan coûtent QUARANTE PIASTRES? Come on.
  8. De retour sur scène, Fehmiu en profite pour faire une demande spéciale au groupe: Le Silence des troupeaux. Tsé, la fausse chanson folk-pop épouvantable que Brach avait sortie à la blague, tout juste avant la parution de son album?  Eh bien, ils l’ont faite. Pas croyable.
  9. Philippe Brach a ensuite traité le bouncer de « coco », ce qui n’a pas plu au principal intéressé, qui lui a sauvagement servi une clé de bras avant de le chasser hors de la scène. Simonaque.
  10. En l’absence de Brach, Violett Pi (!) en a profité pour « envahir » le show et chanter  Crystel. N’importe quoi.
  11. Brach se faisant toujours absent, deux gagnants de Secondaire en spectacle (selon nos sources) sont venus chanter Tu voulais des enfants en version suave gars-fille, style bossa nova sensuelle. Quossé ça?
  12. De retour sur scène (avec un oeil au beurre noir?), Brach porte désormais une perruque blonde frisée et on nous propose une version hard-rock de « C’est tout oublié ». Rock’n’roll Cleveland?
  13. Pas de rappel. Plutôt une DJ qui fait jouer des versions 8-bit des chansons de Brach et transforme les Foufs en dance bar.

Bref, une soirée ratée sur toute la ligne.

Du gros n’importe quoi de Philippe Brach.

Pis crisse que c’était le fun.

Vos commentaires