Les 7 doigts - Passagers
Critique Publié le

Les 7 Doigts à la Tohu | Voyage avec PASSAGERS

Passagers, le nouveau spectacle de la compagnie Les 7 Doigts, est en représentation à la Tohu de Montréal. Un embarquement pris sans hésitation à bord d’un train particulier, qui traverse la Tohu le temps d’une soirée exceptionnelle.

 

En route

Nous retrouvons sur scène quelques-uns des artistes des Shows des Finissants de l’École Nationale de Cirque. Huit visages, huit corps, tous aussi différents que possibles, attendent sur le quai d’une gare. Passagers nous transporte en train ; destination : inconnue. Mais ce qui compte, c’est le voyage…

Passagers n’est qu’un souffle, qu’un roulement sur des rails d’un point de départ à une arrivée. La mise en scène de Shana Carroll présente le train sous tous ses aspects : la mécanique, la ferraille, le mouvement ; mais aussi la proximité des voyageurs, leur confort relatif et leurs pensées qui défilent le long des paysages. Les artistes partent en voyage. Ils entrent dans le train en dansant, accompagnés par une bande originale entraînante, un peu déchirante aussi – comme le dit un des artistes sur scène, « parfois, on part seulement pour quitter quelque chose ». Le violoncelle, le piano et les respirations des artistes supportent le mouvement irrépressible du train qui quitte le quai. Une fois installés, l’ambiance change totalement : une musique swing se lance et un numéro de hula hoop vient nous  plonger dans la dynamique de Passagers.

Dès la première performance, on reconnaît l’ingéniosité des 7 Doigts, qui qualifient eux-mêmes leur travail de « cirque d’auteur ». On constate rapidement que la totalité de ce à quoi on assiste ce soir est inédite. Les numéros rivalisent d’inventivité, entre l’emploi d’agrès peu communs (cadre russe, fil tendu, hula hoop, cerceau aérien) et les nouvelles manières d’aborder les plus connus d’entre eux. Le jongleur utilise son T-shirt, la performance du mât chinois est une danse plus qu’une démonstration de puissance. Le hula hoop, quant à lui, est présenté comme un numéro de jonglage : l’artiste slalome entre ses camarades de scène, qui perçoivent les cerceaux en mouvement comme autant de nouveaux agrès. On suit les artistes avec beaucoup d’humour, parfois un peu de crainte lorsqu’ils se lancent dans des numéros dangereux mais maîtrisés, mais surtout avec une profonde fascination.

 

Un si beau voyage

Passages raconte un voyage tantôt collectif, tantôt plus solitaire. Les artistes alternent entre danses de groupe (avec portés et main à main), chants, discussions et numéros plus intimes. Chaque performance possède sa propre ambiance : le numéro de tissu est très imprévisible, celui de contorsion (dansé sur un superbe arrangement de Creep) hypnotisant et très drôle. Le jonglage est créatif, le trapèze acrobatique cocasse et spontané. Le fil tendu, le mât chinois et le cerceaux aérien sont oniriques, chacun à leur manière. La performance qui conclut le spectacle est, quant à elle, simplement angélique. La cohérence de la mise en scène générale et de l’intégration des numéros est superbe. La combinaison des scènes de groupe avec les numéros tisse peu à peu le récit d’un voyage en train, aussi semblable et aussi différent d’un autre.

La force de Passagers, c’est la création d’un moment unique au croisement de nombreux arts. C’est la cohérence d’une équipe, du mise en scène, d’une composition musicale et d’une direction artistique soigneusement emboîtés les uns aux autres. C’est aussi la force de l’innovation, la puissance d’une histoire si proche et en même temps si lointaine des nôtres. C’est la capacité à discuter de relativité générale au milieu du spectacle, puis d’offrir des moments incroyablement poétiques. Passagers est un instant hors du temps et inoubliable.

Passagers est en représentation à la Tohu jusqu’au 5 janvier 2019.

Vos commentaires