Elage Diouf
Entrevue Publié le

Les Zones musicales 2018 à Laval | Asiko orchestral à Laval avec Élage Diouf

Pour une troisième année, la ville de Laval présente jusqu’au 23 août les Zones musicales. De la place publique du Vieux-Sainte-Dorothée à la rue de l’Église dans le quartier Saint-François, une quarantaine de spectacles sont offerts gratuitement sur huit emplacements. La pop, le jazz, le classique et la musique du monde s’y côtoient et, parfois même, s’entremêlent. Le chanteur et percussionniste d’origine sénégalaise Élage Diouf accompagnera l’Orchestre symphonique de Laval les 1er et 8 août prochains, respectivement au Parc des Prairies et au Parc Berge aux Quatre-Vents (dans Laval-Ouest), sans compter un spectacle avec son groupe le 3 août au Centre de la nature. Rencontre avec l’artiste aux 1001 facettes.

Créer à partir de différentes influences musicales, il est passé maître. Sur ses deux albums solos principalement en wolof, le blues, le folk s’allient à l’asiko, mais aussi aux sonorités brésiliennes, écossaises et au reggae. Il n’est pas surprenant de savoir que pour les concerts avec l’orchestre lavallois Diouf transportera la foule au Sénégal et en Espagne, en passant par l’Inde, l’Ukraine, l’Angleterre et la France.

« Je vais mettre ma voix de l’avant pour faire vivre les chansons avec l’orchestre. Parfois, selon ce à quoi le public s’attend, je mets plus les percussions de l’avant », explique l’artiste qui s’est installé au Québec en 1996.

S’adapter aux spectateurs, peu importe le lieu et les circonstances, voilà la clé de la réussite des shows festifs et rassembleurs d’Élage Diouf.

« En étant sur scène, je peux changer de registres. J’étais à Vancouver dernièrement. On a vu que notre public était assez âgé, j’ai ajusté mon répertoire. Ils ne sont venus que pour écouter, mais après quatre, cinq chansons, j’ai fini par les faire danser. C’est le but, aussi : quand on peut écouter, on peut danser. »

En plus de ses deux concerts avec l’orchestre, Élage Diouf en donnera un avec son groupe sur la scène du Village des arts du Centre de la nature le 3 août prochain. Tous les détails sont disponibles par ici.

« Je pense que c’est l’année de Laval ! » réalise le principal intéressé, un brin rieur.

Il y présentera les chansons de Melokáane paru en 2015, un album qu’il considère avoir peu joué au Québec. Les fans devront attendre pour entendre de nouvelles compositions en spectacle. Mais, ils pourront bientôt l’écouter sur le plus récent projet de Richard Séguin, Taureau. Sinon, le coauteur de Tassez-vous de d’là se concentrera cet automne à la création d’un troisième album solo et, surtout se laissera guider par son inspiration. « La vie est remplie de surprise. La musique c’est aussi comme ça. Tu veux faire un projet d’une manière et la musique t’amène dans une autre direction. Je veux la laisser aller. Je veux ouvrir des portes et laisser la musique prendre sa place. »

Élage Diouf s’adapte véritablement à tout, même à sa propre musique.


* Cet article a été produit en collaboration avec la série Zones musicales de la Ville de Laval.
Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires