Festival LVL UP
Critique Publié le

LVL UP 2019 – Jour 2 | Quand un événement prend son envol…

Après une première soirée prometteuse mais « intime », le nouvel événement LVL UP – lab numérique et musique urbaine, qui se tient dans le quadrilatère Montmorency à Laval, passait déjà en deuxième vitesse vendredi soir. Avec un Fouki en grande forme, un village urbain dynamique et divertissant, ainsi que des VJ et des oeuvres numériques bien mis en valeur, la singularité de LVL UP prenait (déjà) tout son sens.


 

Un quartier des spectacles lavallois

Pas toujours facile de cerner l’identité d’un nouveau festival, surtout avec la panoplie de rassemblements musicaux qui se succèdent dans le grand Montréal tout au long de l’année.

Un festival hip-hop? Mais encore.  OUMF fait que ça maintenant, et (presque) tous les festivals au Québec sautent sur le rap québ’ comme des pigeons sur des frites McDo.

Mais un « lab numérique et musique urbaine »? Voilà une formule qui intrigue.

Le programmateur de l’événement, Steve Marcoux, nous expliquait récemment que : « Pour les arts numériques, on a voulu faire des rencontres entre les artistes de la scène et les artistes numériques, afin de bonifier leur spectacles, mais aussi avoir une vitrine de projet d’art numérique dans la région, ce qu’il n’y avait pas nécessairement.»

Quand on mettait les pieds dans le village urbain aménagé sur le parvis pourtant très bétonné de la Place Bell, tout s’expliquait. L’endroit généralement un peu gris resplendissait de ses 1001 lumières. Dans l’esprit de plus en plus répandu des « expériences festivalières », on retrouve du divertissement au pied carré, toujours en gardant en tête une certaine saveur « urbaine » : basketball, conteneurs aménagés en stations de jeu, installations artistiques, bus de la STM transformé en show multimédia (fort impressionnant!), boutique de vêtements conçus par des artisans (on a résisté de peine et de misère à la vue d’un magnifique chandail de Bad Brains!), Skydancers activés par des vélos stationnaires…

 

Une scène avec des shows gratuits y est aussi aménagée. Les gars d’Alaclair Ensemble y ont donné un DJ set sympathique. Random Recipe, qui ont longtemps tenu presque seuls le flambeau des « femmes en rap », s’y produisait ensuite. Plus tard en soirée, Qualité Motel semait le party avec leur sexyness kitsch habituel.

Mais la vraie fête, rendu là, était à l’intérieur de la Salle André-Mathieu (malgré la météo de rêve qui donnait envie de passer du temps dehors!)…

 

La viande de la soirée à l’ANNEXE3

S’il régnait une ambiance légère et festive en extérieur, à quelques coins de rue de là se déroulait ce qu’on pourrait appeler « le plat principal » du souper douze services.

Peu après 20h, la petite salle de l’ANNEXE3 se remplissait progressivement pendant que Marie-Gold proposait son spectacle, beaucoup plus convaincant que ce qu’on avait pu voir d’elle aux Francouvertes. Elle prend du galon, de l’assurance, comme en témoigne notamment sa chanson autodérisoire Attitude de marde. Une raison de plus de la garder à l’oeil, cette Marie-Gold.

Suivaient les gagnants des Francouvertes 2018, LaF. Trio de MC fort habile, avec un DJ souriant (!) et bien rodé. Les gars ont pris de l’aplomb aussi au fil de la dernière année, et se préparent à faire paraître leur nouvel album Citadelle vendredi prochain. Ils nous en ont partagé quelques extraits, fort prometteurs. Un spectacle de lancement est prévu le 11 octobre 2019 au Théâtre Fairmount, à Montréal.

Ah oui, à ce point-ci, on ne vous a pas encore parlé des visuels. Car il faut le dire, ça fait toute une différence. La scène de l’ANNEXE3 a été aménagée de façon à ce qu’une structure à tubes lumineux et panneaux semi-transparents puisse permettre divers effets d’éclairage et de projections. Et dans la rap game, il s’en trouve pour préférer une approche plus brute sans artifice, digne des bars miteux dans 8 Mile, mais soyons francs, trois MC qui se donnent à fond devant un mur de stimuli visuel pensé par des artistes qui ont l’oeil pour ça, ça fait tout un show.

Et c’est là que le clou de la soirée vient mettre le point d’exclamation au bout de la phrase. Fouki n’a pas besoin de grand chose pour faire virer une foule zay zay. Après Loud, c’est probablement l’engouement le plus spectaculaire du rap québ’ en ce moment (quoi que Rymz et Souldia impressionnent aussi à ce niveau, mais leur ascension fut plus progressive).

Sauf qu’on pouvait le voir un peu partout cet été, le Fouki. En quoi LVL UP offre-t-il autre chose qu’un banal « show de Fouki à Laval » ?  On l’a adjoint de VJ BunBun, qui se spécialise dans la création d’ambiances scéniques colorées et texturées. Et plutôt que la laisser faire son boulot près de la console de son, on l’a installée SUR la scène, comme si elle était une deuxième DJ.

Chaque chanson de Fouki se transformait donc en tableau visuel coloré et personnalisé, ce qui ajoutait beaucoup de punch à une prestation déjà bien vitaminée.

Rendu là, la salle était bien pleine, l’ambiance était bonne, et Laval savourait sa douce revanche.

C’est un peu ça, le concrétisation de LVL UP : profiter de la popularité du rap, déployer la culture « urbaine » en plusieurs axes, et mettre en valeur les arts numériques pour créer un événement qui ne soit pas qu’un « 1543e festival au Québec », mais bien une expérience de croisement pluridisciplinaire bien défini et unique.

Ça se poursuit samedi soir avec cette fois-ci trois axes de spectacles :

  1. Ms. Lauryn Hill en spectacle à la Place Bell avec le mythique duo de Queens, Eric B. & Rakim, en première partie.
  2. White-B, Tizzo, Tyleen Johnson et des VJ à l’ANNEXE3
  3. Dead Obies, Rymz et plusieurs autres en spectacle extérieur gratuit sur le parvis de la Place Bell

Détails et billets par ici.

Événements à venir

Vos commentaires