Hubert Lenoir
Critique Publié le

M pour Montréal 2018 | Soirée d’ouverture marquante avec Hubert Lenoir

Mercredi marquait le lancement de la 13e édition du festival M pour Montréal. Pour l’occasion, Hubert Lenoir, Partner et The Garrys étaient en ville pour présenter leur musique au public montréalais et aux délégués internationaux venus spécialement pour découvrir de nouveaux talents à la Sala Rossa.

The Garrys et Partner n’étaient pas étrangères au festival, mais la prise de Hubert Lenoir par l’organisation du festival était assez réussie, surtout suite à ses quatre victoires au Gala de l’ADISQ le 28 octobre dernier. Il est intéressant de souligner que Hubert Lenoir et Partner faisaient récemment partie des finalistes de la longue liste du Prix Polaris, ce qui plaçait le public de la soirée entre très bonnes mains.

Tout en retenue avec The Garrys

Joli mélange de plusieurs influences dont le rock, le folk et parfois même le country, le trio The Garrys a rapidement gagné les coeurs. Originaires de la Saskatchewan, les trois membres arboraient une attitude plutôt monotone et un peu distante, mais leurs pièces étaient accrocheuses et bien tournées.

Elles ont également prouvé à la foule qu’elles étaient d’habiles musiciennes en n’ayant pas peur d’y aller avec une pièce instrumentale et des morceaux plus longs. Une belle audace qui leur a permis de déployer tous leurs attraits devant le public montréalais et les délégués internationaux présents pour l’événement.

Partner, les hilarantes

Le deuxième groupe à fouler la scène était Partner. Avec un enthousiasme et une présence immanquable, Josée Caron et Lucy Niles ont animé (et joué) leur set avec brio! Lançant des blagues ici et là, faisant des mimiques rigolotes lors de passages difficiles à la guitare ou en entamant Sweet Child O’Mine, juste comme ça, elles exhibaient leur charisme naturel et leur talent de show girls.

Côté musique, on était dans une ambiance garage rock avec de courtes chansons efficaces. On en aurait pris plus tellement leur complicité et leur énergie étaient attachantes!

Hubert Lenoir dans tous ses états

La pièce de résistance qui semblait avoir attiré une bonne partie du public était bien sûr Hubert Lenoir. Ce n’est plus un secret pour personne, Hubert est excentrique, déchaîné et intense lorsqu’il est sur scène. Il n’a donc pas manqué à lui-même en offrant une performance à la hauteur de sa réputation. L’ouverture s’est faite avec Fille de personne II et déjà, la foule était chauffée à bloc. N’ayant que peu de temps, Hubert a enchaîné les morceaux, mais a tout même trouvé le moyen de revenir sur la controverse de l’ADISQ et du fameux deep throat avec son Félix. Sans trop s’étaler là-dessus, le nom de Mario Pelchat est sorti et Hubert a fini par terminer la parenthèse en affirmant : « Je vais toujours deep throat quelqu’un que je respecte. » Chapitre clôt.

Tout est pas mal arrivé pendant les 30 minutes de spectacle d’Hubert Lenoir. On a eu droit à un baiser entre lui et son guitariste, du body surf, un bain de foule, la montée d’un fan sur la scène et un show de fontaine de bouche sur le bar. Voilà un artiste qui sait comment maximiser son temps sur scène! Le tout s’est terminé en bouclant la boucle avec un extrait de Fille de personne II (encore), et il a même donné un rappel avec Si on s’y mettait, une reprise de Jean-Pierre Ferland.

Événements à venir

Vos commentaires