Zen Bamboo
Critique Publié le

M pour Montréal 2018 | Zen Bamboo pis leurs greatest hits

Vendredi était sûrement la soirée la plus foisonnante en proposition musicale à M pour Montréal. Pour passer le nôtre en bonne compagnie, on est allé faire un tour à La Vitrola pour le spectacle un peu spécial que nous avait préparé les gars de Zen Bamboo. Spécial pourquoi vous vous demandez? Le concert s’appelait Greatest Hits Live et était filmé pour un projet de DVD à venir. Intriguant non?

La Vitrola était à pleine capacité. C’est dire que les Zen Bamboo ont fait du chemin depuis leur premier M pour Montréal en 2016! Dans ce temps-là, les quatre membres n’avaient toujours pas de maison de disques et n’étaient représentés par quiconque. Il semble que depuis, les choses ont bien tourné pour eux! Un contrat de disques avec Simone Records, quatre EP dans les boîtes et des projets encore plein la tête, ils n’ont pas fini de nous épater les Zen Bamboo!

C’est d’ailleurs ce qu’ils ont réussi à faire devant leurs fans hier soir. Devant un public attentif et engagé, le groupe est entré sur la scène sous les notes de Montréal -40 de Malajube. À noter que c’est Thomas Augustin, un des membres de Malajube qui a signé la réalisation du dernier volume musical du groupe et les rapprochements entre les deux formations ont souvent été fait par les journalistes. C’était un beau clin d’oeil qui a semblé être apprécié par plusieurs plus vieilles têtes de l’assemblée.

Ce fut ensuite un enchaînement de morceaux provenant de leurs nombreuses parutions qui a meublé ce spectacle. Au début, on les sentait se réchauffer un peu à leur foule et à leurs chansons et c’est vraiment au 3/4 du concert que les choses ont commencé à s’intensifier avec le chanteur et guitariste Simon Larose qui est allé rejoindre le club des gars en chest avec le guitariste Léo LeBlanc.

Les pièces semblaient être plus connues du public plus le spectacle avançait. Ça chantait à l’unisson avec Larose et les moshpits se sont intensifiés. Si c’est correct a réellement causé le plus de joie au sein de la foule et Larose a fait du body surf avec sa guitare pour clore le tout en force.

Un rappel ne s’est pas fait attendre et a conclu la soirée sur une note plus tranquille. On a tout de même senti que le public a apprécié ce moment d’accalmie après la frénésie qu’il venait de vivre.

Déjanté, assumé et empreint de liberté, la musique et la présence sur scène de Zen Bamboo n’a pas fini de grandir et de se peaufiner. Ils sont arrivés à prouver qu’ils avaient le matériel et la fougue nécessaires pour prendre la place qui leur est due dans le paysage musical québécois.

Les garçons de Zen Bamboo seront de retour sur scène le 7 décembre prochain à la maison de la culture Maisonneuve, dans Hochelaga, en compagnie de Babylones dans le cadre de la série Révèle la relève. Billets par ici.

Artistes
Villes
Salles

Événements à venir

Vos commentaires