Mappe Of
Critique Publié le

Mappe Of + Badminton au Maelstrom St-Roch | Voyage intersidéral

Mappe Of, nom d’artiste de l’Ontarien Tom Meikle, a ostensiblement jeté le livre de règles par la fenêtre, afin de vomir une musique qu’il décrit comme étant fondée sur la réalité tout en ayant l’impression d’être complètement d’un autre univers. Jeudi dernier, il était de passage pour la toute première fois à Québec en formule “headline” comme il le dira fièrement, au Maelstrom St-Roch, présenté par Unidsounds.


 

Un trip unique

Rassurant mélange d’avant-folk et de ballades éthérées, rappelant les mélodies envoûtantes de Bon Iver et Matt Holubowski plus près de nous, c’est encore plus que ça. L’auteur-compositeur interprète à la voix mielleuse sait encore plus se définir, tantôt en mixant avec brio les chansons de son album A Northern Star, A Perfect Stone, à la version Celestial de ce dernier, rappelant la mélodique d’Angels and Airwaves (nouveau groupe de Tom Delonge, ex-Blink 182) tantôt en utilisant subtilement l’Autotune pour propulser sa voix encore plus loin dans une expérience de voyage intersidéral.

Meikle nous livre certaines chansons de son premier album avec tout son cœur, dans un spectacle qui aurait pu durer plus que 45 minutes. Ses balades ont l’immense don de nous immerger dans une douce intimité, dans le petit “sous-sol cozy” du Maelstrom, malgré les problèmes de son du début, qui nous ont presque crevé les tympans, l’Ontarien s’est vite repris.

On entre rapidement en transe, plongé dans son cosmos lyric. Allant même jusqu’à nous cracher une chamboulante version de Nevada, de Bruce Springsteen, sans défaillir. Puis seul derrière son micro, alors que ses acolytes, au style vestimentaire rappelant Fight For Your Right (To Party) des Beasties Boys, allaient prendre place sur l’un des vieux sofas du bar, il entamait sa pièce la plus connue, Nimbin, alors qu’il dépeint une image pastorale de la marche sur les flancs de la montagne et des cris avec l’océan avant de révéler une plus grande vérité dans son fragile fausset, celui où il semble être seul au monde.

Malgré sa petite présence parlée sur la scène improvisée, il nous offre ses plus beaux sourires et nous fait découvrir un Mappe Of timide, mais fonceur, complice avec ses musiciens, Connor Rythe au synthétiseur et à l’ordinateur et Rowan Grice à la guitare et au synthétiseur.

Badminton

Pour débuter la soirée, c’est Badminton, un ptit gars de Québec, qui a foulé les planches, avec des chansons chaleureuses qui nous donnent envie de sauter dans la première Chevrolet pour faire un roadtrip dans les grands canyons. Malgré quelques bémols vocaux au début alors qu’il ne semblait pas toujours pousser la note juste, c’est son charme et sa prestance qui nous font oublier.

Vos commentaires