Gevurah
Critique Publié le

Messe des Morts VIII | Génèse avec Gevurah et Negative Plane

La grande réunion annuelle du black metal commençait jeudi soir au Piranha bar où il n’est pas évident de créer une ambiance occulte mais les groupes ont fait de leur mieux malgré la qualité du son, dans une salle remplie.


Débuts difficiles

Ce bar n’est pas prêt à accueillir des concerts à guichet fermés en hiver, et l’immense file pour le vestiaire obligatoire nous fera malheureusement manquer la prestation d’ouverture des locaux de Pénombre, seul groupe chantant en français ce soir. C’est ensuite les Américains de Trenchant qui prennent la scène avec un black aux touches death. Lourd et aggressif, le groupe du Texas s’en sort correctement malgré un son moyen et une salle pleine mais encore timide.

Sortilegia (et l’arrivée des bougies!)

La scène est alors ornée d’une table, chandelier, encens et crânes humains : une cérémonie se prépare avec le retour du duo Sortilegia. C’est bien un des seuls avantages du Piranha : BYOB, Bring Your Own Bougies, pas de restrictions sur le « feu » comme on a pu voir dans le passé au Théâtre Plaza, et la tristesse de voir Cult Of Fire sans vrai chandelles. Ce soir les trois derniers groupes s’éclaireront ainsi. Sortilegia fait donc éteindre toutes les lumières pour jouer dans l’obscurité son black metal sombre et lancinant, à la lueur des chandelles. La meneuse de cérémonie arrive à nous envoûter aux sons de ses riffs répétitifs et cris déchirés, appuyée par un bon batteur. Belle performance du groupe de Toronto pour les conditions.

 

Gevurah (et encore PLUS de bougies!)

Mais la triste réalité de cette salle lorsque c’est plein : soit tu es derrière et c’est dur de s’immerger dans l’ambiance en ne voyant rien sauf les lumières du bar et de la rue, soit tu es devant et c’est toujours dur de voir avec les armées de téléphones en l’air qui filment de médiocres vidéos. Pas facile les ambiances occultes. Mais la horde locale Gevurah passe au niveau supérieur en chandeliers et en son. Après une entrée sur scène très religieuse, le groupe montréalais livre une des solides prestations de la soirée : des riffs plus travaillés, un chanteur avec de la conviction. L’ensemble se tient malgré un son encore moyen, Gevurah maîtrise ses incantations.

 

Negative Plane en clôture

La tête d’affiche de cette Génèse était confiée aux New-Yorkais de Negative Plane. Le groupe est en territoire conquis, plutôt attendu. Les Américains sortent du lot avec leur son assez singulier, et ces riffs incompréhensibles sortis d’ailleurs, toujours intéressant à voir en concert, notamment les morceaux de l’album Stained Glass Revelations . Negative Plane arrive à varier de dynamique avec des passages plus calmes et planant, des arpèges en son clair mais toujours un peu dissonants. Dommage que le son parfois confus ne mette pas en valeur la qualité de certains groupes ce soir. Une bonne soirée d’ouverture, même si il aura presque manqué d’une prestation vraiment transcendante.

Vos commentaires