Goatwhore
Critique Publié le

Metal Alliance Tour | Goatwhore, Casualties et Black Tusk aux Foufs

Une affluence raisonnable pour un lundi, et des groupes réglés comme des machines de guerre après un mois de cette tournée qui passait par Montréal : ça brassait aux Foufs, et les excellents Goatwhore n’ont pas réussi à égaler le chaos des Casualties qui ont retourné la salle. Mais surtout, cette affiche intéressante prouvait le terrain commun évident du punk et du métal.

Une affiche plutôt éclectique sur cette tournée menée par Goatwhore, avec le groupe de punk The Casualties. Mais en réalité ça serait presque le groupe de metalcore Great American Ghost qui serait presque l’intrus musical. Cependant le quatuor de Boston envoie du lourd et ne se laisse pas décourager par la faible affluence de début de soirée. Leur chanteur décide avec raison d’utiliser l’espace vide et passera tout le concert en bas de la scène à même le sol, en contact direct avec le public, pendant que ses acolytes sautent de partout sur scène. GAG (ça donne un bon acronyme) se donne à 200% et leur metal hardcore est très bien rôdé.

La suite est sludge et bien lourde aussi : Black Tusk. Encore une fois on voit que les groupes sont à la fin de la tournée parce que les gars sont réglés comme des machines et envoient comme des brutes. Super efficace avec l’alternance de chant entre batteur, guitariste et bassiste, le groupe de Georgia nous assène ses gros riffs appuyés par un chant presque hardcore. On regrette que la set list ne présente aucun de leurs morceaux plus groovy plus stoner comme In Days Of Woe ou Truth Untold. Peut-être un choix pour plaire au public plus punk hardcore de la tournée, dommage.

Beau contraste de cette tournée : la table de marchandise de Goatwhore qui la joue black metal avec un bâton d’encens, masquant l’odeur des punks à chiens qui affluent pour les Casualties. Le groupe de New York est venu semer le chaos avec ses hymnes d’une puissance incroyable en live. Rodée et sur la route depuis 1990, la machine punk hardcore ne baisse jamais d’intensité et le mosh-pit est furieux. Le nouveau chanteur David Rodrigez est d’une énergie impressionnante, et sa voix passe très bien le test du live. Il ira jusqu’à grimper sur la mezzanine pour sauter dans la foule, ou encore descendre au beau milieu du pit pour organiser un wall of death. En plus d’inciter des circle pits et de faire monter des gens sur scène : bref, comme le dit leur chanson Chaos Sound, c’est le chaos dans la salle, se terminant avec We Are All We Have. Excellent show d’un groupe dégageant une énergie d’une force plus dévastatrice que bien de groupes de métal.

Les increvables Goatwhore ont beaucoup de fans mais ils ne pourront pas placer la barre aussi haut en terme de mosh-pit infernal. Leur mélange unique de death thrash et black reste d’une efficacité redoutable sur scène, surtout que les gars commencent à avoir de l’expérience. Profitant de leur tête d’affiche et d’un long set, Goatwhore va puiser dans tous ses albums, alternant ainsi les styles. La voix de Ben est toujours intéressante dans ses variations, sa voix grave rappelant presque Chuck Billy de Testament. Derrière ça bastonne, gros son de guitare, bassiste et batteur déchaînés : l’artillerie Goatwhore est réglée au millimètre et détruit tout sur son passage. Leur imbattable Baring Teeth For Revolt et son riff rock’n’roll, et la conclusion en force avec F.B.S et le chanteur qui plonge dans le pit en continuant à chanter: un groupe qui mérite plus de monde.

Très bonne affiche au final pour cette tournée Metal Alliance, qui prouve aux punks et aux métalleux fermés d’esprits qu’à part les cheveux longs ou les crêtes, les deux styles ont définitivement un terrain commun musicalement. C’est juste une question d’image, les racines hardcore sont les mêmes. « Au final on est tous des fans de Venom et Motorhead », nous confie Jake des Casualties après le concert.

* Merci à Mihaela Petrescu pour nous avoir permis d’utiliser les photos.

 

Vos commentaires