Metric
Critique Publié le

Metric + July Talk au MTELUS | Un plateau double à la hauteur des attentes

Dans un MTELUS affichant complet dimanche soir, July Talk puis Metric ont fait monter la température de la salle avec leur rock énergique à faire sauter le monde. De part et d’autre des coursives, le considérable public montréalais aura vécu une soirée à la hauteur des attentes et bien souvent, il aura repris à plein poumons les hymnes accrocheurs des Torontois. Un plateau double somme toute réussi, qui concluait aussi la tournée canadienne des deux groupes. 


 

July Talk frappe fort d’entrée

Aussi bien sous des effets stroboscopiques qu’entouré d’une mise en scène lunaire, le premier groupes de ce plateau double aura offert à ses invités du soir une heure de concert de forte intensité. Porté notamment par Danny Miles, un batteur à la frappe rageuse, July Talk s’est fait plaisir sur scène pour la dernière d’une longue virée dans le pays.

Le sextet entama son set avec les énergiques Headsick, Guns + Ammunition et l’excellente Now I Know avant de calmer la cadence sur la fascinante Still Sacred Can FallLes lunes, qui se présentent dans le décor sous la forme d’un écran géant ou d’un objet suspendu, s’éclaireront ensuite davantage, dès lors où interviendront des titres tels que la nouvelle Pretender, ou encore The Garden

Devenus plus visibles, les astres s’affirmeront sur scène à l’image de la forte complicité entre Peter Dreimanis et Leah Fay, les deux chanteurs au crâne rasé. Et si malheureusement Fay manquait parfois d’assurance sur des parties solo, sa prestation n’empêcha aucunement les Torontois a installer avec panache une ambiance festive dans tout le MTELUS. Ils termineront leur tour de chauffe par Picturing Love et l’incontournable Push + Pull, leur plus grand succès aujourd’hui.

Un Metric métronomique

Parlant de succès, constatons que ce n’est pas ce qui échappe à Metric depuis près de vingt ans. Le quatuor formé à Toronto à en effet publié pas moins de six albums en carrière, comprenant des hits mondialement connus tels que Breathing Underwater ou Help I’m Alive. Et logiquement, c’est sous des acclamations nourries que Metric fera son entrée sur scène avec Dead Disco, une première chansons coup de poing totalement appropriée pour entamer les deux heures de concert à venir…

L’enchaînement comprenant aussi Twilight Galaxy, Synthetica et Risk est particulièrement réjouissant, dans la mesure où les musiciens sont véritablement capables de maintenir dès le début un rythme soutenu qui fera sautiller ce public motivé. Breathing Underwater offrira par la suite l’un des moment les plus soyeux de ce set, surtout lorsque la chanteuse Emily Haines reprendra, en douceur et avec ses fans, l’iconique refrain au terme d’un discours poignant sur le sens profond des paroles de la chanson.

La forme resplendissante d’Emily Haines

S’en suivront une phase électro-pop baignée de luminaires colorés sur Cascades ou même No Lights On The Horizons, une chanson reposante qui tiendrait peut-être son rang dans le répertoire de Beach House.

Love Is a Place sonnera ensuite le moment le plus solennel du set avec cette splendide voix de Haines qui viendra s’accorder aux notes évasives du guitariste Jimmy Shaw. Tiré du premier album Old World Underground, Where Are You Now? (2003), le titre amorcera de la meilleure des façons une seconde moitié de set aux interprétations sauvages. On pense notamment à Gimme Sympathie ou encore Gold Guns Girls qui auront fait suer le monde avant un rappel généreux de cinq morceaux.

Dark Saturday, Monster Hospital et Black Sheep ne laisseront pas de répit au public qui explosera ensuite à l’écoute de Help I’m Alive, probablement le morceau le plus connu du répertoire de MetricHaines, qui affiche une forme resplendissante, perpétue ici sa prestation sans fausse note. À aucun moment la chanteuse aux habits scintillants n’aura flanché, que ce soit vocalement ou physiquement. Même, elle s’est constamment affirmée comme la véritable âme du groupe, celle derrière qui les musiciens et fans s’unissent pour chanter et danser le moment présent durant lequel résonne, entre les murs du MTELUS, les dernières notes de Now or Never Now. 

 

Liste des chansons (Metric)

  1. Dead Disco
  2. Twilight Galaxy
  3. Synthetica
  4. Risk
  5. Breathing Underwater
  6. Art of Doubt
  7. No Lights on the Horizon
  8. Cascades
  9. Dressed to Suppress
  10. Love Is a Place
  11. Underline the Black
  12. Gimme Sympathy
  13. Sick Muse
  14. Gold Guns Girls

Rappel

  1. Dark Saturday
  2. Monster Hospital
  3. Black Sheep
  4. Help I’m Alive
  5. Now or Never Now

Vos commentaires