Festival Metro Metro
Critique Publié le

Metro Metro 2019 – Jour 2 | Future, Juice WRLD, Tyga et la victoire d’Oli Primeau

Hier, dans une ambiance le fun, sur un site bien organisé, avec une bonne sono, j’ai vu certains des plus gros noms du rap actuel. On peut rire du Beach Club et de son jeune propriétaire autant qu’on veut, j’pense qu’Olivier Primeau vient de tous nous farmer ‘a yeule avec Metro Metro.

Évidemment, tout n’était pas 100% parfait. Genre j’imagine que le long arrêt de service sur la ligne verte en a choqué plus d’un. Mais hey, faut quand même apprécier l’ironie d’un arrêt de métro pendant un festival qui s’appelle Metro Metro.

En tout cas.

Et il y avait encore certains trucs risibles, genre les bouteilles d’Ace of Spades à 6250$ (no joke) servies sur la terrasse VIP. Ou encore le fait qu’il y avait tellement de sortes de bracelets différents pour délimiter les strates sociales (tsé si t’es VVIP, tu veux pas te faire prendre pour un simple VIP comme un cassé) que la sécurité du site ne savait plus qui laisser entrer où.

Mais outre ça, sérieux, c’était une très bonne journée.

Les gens qui étaient présents la veille ont FINALEMENT eu la chance de voir Rich the Kid, qui avait dû annuler et qui a donc sauté sur l’occasion de remplacer Gashi, qui venait de « manquer l’avion ».

On a pu assister au moment de gloire de ce qu’on pourrait appeler l’autre rap québ. Le rap québ qui amasse les millions de streams sur Spotify mais qu’on voit rarement sur scène. Le rap québ un peu plus street que celui de Fouki, mettons.

Fait que chapeau au festival d’avoir inclus White-B, Enima, Tizzo, qui jouaient tous ce dimanche devant une foule compacte de jeunes qui récitaient chacune de leurs paroles.

Les mineurs dans la foule ont pu vivre leurs premiers moments de strip club grâce à Tyga et ses 4 danseuses qui étaient ma foi assez habiles sur les poteaux qui garnissaient la scène.

On a tous pu laisser sortir notre emo intérieur avec Juice WRLD, qui a offert une performance pas loin d’impeccable. Des gros hits, une bonne voix, un beau message d’espoir et surtout, un hypeman VRAIMENT trop hype pour la situation.

I still see the shadows in my room PUT EM UP Y’ALL can’t take back the YEAH THAT’S RIGHT MONTREAL love that I gave you I WANNA SEE A MOSHPIT.

Mais on a surtout eu Future. Future Hendrix, roi du rap, drapé d’un foulard Christian Dior, a foulé les planches de l’esplanade olympique du haut de ses Bapestas couleur chrome.

C’est sûr que quand tu commences un set en hurlant que tu viens de te réveiller dans une nouvelle Bugatti, ça donne le ton tout de suite. On est là pour la luxure, l’over the top, l’excès, et c’est pas mal ce qu’on a eu. Le son était clairement quelques décibels au-dessus de la limite légale, la foule était en délire et n’a que continué à être de plus en plus folle à mesure que s’enchaînaient les Thought It Was a Drought, New Level, Low Life, avant d’atteindre un peak quand le rappeur a invité Juice WRLD à le rejoindre sur scène.

Peak qui a finalement était surpassé dès que les premières notes de Mask Off se sont fait entendre.

Fait que ouais.

Hâte à l’an 2.

Photos en vrac

Vos commentaires