Mike Shinoda
Critique Publié le

Mike Shinoda au MTELUS | Entre joie et tristesse pour les fans de Linkin Park

Pour la première date de son Outbreak Tour en Amérique du Nord, Mike Shinoda aura livré une performance remarquable lors de son unique passage au Québec. Entre joie et tristesse, le MTELUS de Montréal aura tangué sous diverses formes d’émotions hier soir pour la venue du membre de Linkin Park.


Réanimer les cœurs brisés

À travers la mythique salle du Quartier des Spectacles, des casquettes et chandails à l’effigie de Linkin Park sont fièrement arborés par ces individus forcément touchés par le décès soudain de Chester Bennington, il y a un peu plus d’un an. Pour les personnes présentes hier soir, les presque deux heures passées avec Mike Shinoda s’avèreront être un fantastique hommage au leader vocal du groupe formé à Agoura Hills, en Californie. Elles seront aussi dédiées à cette musique qui réanime les cœurs brisés en étant un médium unifiant chaque voix, chaque souffle, chaque pleur.

Dès l’introduction, les basses sont lourdes mais l’ambiance n’est aucunement pesante. Mike Shinoda, habillé sobrement de vert et de gris, s’invite seul sur scène sous les acclamations nourries d’une foule qui retrouve, avec joie, l’énergie débordante qui anime l’Américain. Virevoltant sur scène, la douleur connue il y a un an s’est semble-t-elle dissipée. Le multi instrumentiste aura en effet rebondi de cette tragédie en réalisant Post Traumatic, un album « thérapie » sorti en juin dernier. Il en jouera quelques chansons, tout comme celles du répertoire de Linkin Park et de Fort Minor. C’est d’ailleurs avec la puissante Petrified, tirée de ce projet parallèle à Linkin Park, que se poursuit le concert avant que les premières voix du public s’élèvent pour When They Come For Me. Tout comme les guitares, la batterie s’est désormais invitée, mettant en scène ce trio devant quatre imposants rectangles blancs reflétant de douces lumières.

 

Un public derrière Chester Bennington

Avec une facilité déconcertante, Mike Shinoda transite déjà entre plusieurs instruments mais c’est probablement derrière son piano que les émotions seront les plus vives. L’atmosphère est apaisante sur Roads Untraveled tandis que Castle Of Glass résonne comme un cri au milieu de ces parois verrées que l’on imagine fort bien. L’interprétation est sublime comme le sera ce medley qui allie Waiting For The End de Linkin Park et Where’d You Go de Fort Minor. Le public se mue en choriste de premier choix et il sera d’autant plus sollicité sur Heavy.

Le titre de Linkin Park s’avère être un moment frissonnant lorsque toute une salle, à l’unisson, s’époumone sur les paroles interprétées par feu Chester. S’affichent dès lors des pancartes « We are #LP Family » tandis que « I’m holding on // Why is everything so heavy? » est chanté par le public.

Il écoutera religieusement un discours de cinq minutes durant lequel Mike Shinoda exprime la difficile perte de son ami mais aussi ce soutien inconditionnel du public lors de ces douze derniers mois. Le rappeur conclura son monologue par un « Don’t stop making music » qui se manifestera par deux interprétations émotives au piano solo de In The End et Numb, où le public reprendra les refrains du défunt chanteur. Des moments indescriptibles où les larmes couleront sur les joues, où les yeux se fermeront un instant.

Sans dénigrer le catalogue solo de Mike Shinoda, c’est à l’évidence les pièces de Linkin Park qui seront les plus acclamées à l’image du medley où Over Again accompagne une Papercut appréciée pour sa puissance sans faille. Il y aura ces nouvelles Make It Up As I Go et Ghosts qui feront évidemment balancer les mains et dessiner des sourires. Mais peu de temps avant le rappel, c’est Bleed It Out de Linkin Park qui aura définitivement animé, de son refrain énergique, ce public réceptif.

Le concert se terminera avec un rappel de quatre chansons, dont l’iconique Remember the Name et Running From My Shadow qui, par un bain de foule, illustre la communion fantastique qui éclata ce soir là entre Mike Shinoda et son public. À la mémoire de Chester sans nul doute…

Un fade Don Broco en ouverture

Avec leur pop/rock efficace, c’est Don Broco qui ouvrit cette soirée émotive. Jouant les titres les plus écoutés de son répertoire dont Come Out To LA, le quatuor britannique aura tout de même difficilement fait lever la foule à défaut d’applaudissements nourris. Car en plus d’une balance sonore peu réussie comparée à celle de la tête d’affiche du soir, les quatre gars originaire de Bedford auront présenté une musique peu émotive et bien moins percutante que sur leur dernier disque Technology. Dommage…

 

Liste des chansons

  1. Introduction (Fort Minor)
  2. Petrified (Fort Minor)
  3. When They Come for Me (Linkin Park)
  4. Roads Untraveled (Linkin Park)
  5. Hold It Together
  6. Castle Of Glass (Linkin Park)
  7. Waiting For The End / Where’d You Go
  8. Sorry For Now (Linkin Park)
  9. Crossing A Line
  10. Heavy (Linkin Park)
  11. In the End (Linkin Park)
  12. Numb (Linkin Park)
  13. About You
  14. Over Again / Papercut
  15. Make It Up As I Go
  16. Good Goodbye / Bleed It Out (Linkin Park)
  17. Ghosts
  18. Welcome (Fort Minor)
  19. I.O.U.
  20. Remember the Name (Fort Minor)
  21. Running From My Shadow

 

Vos commentaires