Galaxie
Entrevue Publié le

Mile Ex End Montréal 2019 | 5 minutes avec Olivier Langevin, chanteur et guitariste de Galaxie

Dans le cadre de l’édition 2019 du festival Mile Ex End, le groupe de rock Galaxie fera escale sous le Viaduc Van Horne le samedi 31 août en compagnie des Cowboys Fringants ou encore Elisapie. À quelques jours d’une prestation scénique qui s’annonce – comme d’habitude – enivrante, Sors-tu.ca s’est entretenu avec l’un des membres de la formation montréalaise, le talentueux guitariste Olivier Langevin.

Tout d’abord, comment s’est passé cet été ? On a pu te voir dans plusieurs événements avec Galaxie, et même à Laval pour la Fête nationale du Québec…

Oui, j’étais guitariste engagé sur le house band de la Fête nationale. C’était très trippant à faire d’ailleurs, c’est une gang d’amis qui est là bas. L’organisation, les techniciens : tout le monde se connaît, c’est hyper familial. Tout le monde est heureux de faire ce genre de truc là.

Avec Galaxie, vous jouez sur scène depuis plus d’un an suite à la sortie de Super Lynx Deluxe en 2018. Comment cette alchimie perdure-t-elle, à l’aube de la fin de votre tournée ?

On est sur un bon beat depuis 2011 et Tigre et Diesel, ça roule pas mal. Ces temps-ci, je sens qu’on est un peu émotif, mais on en profite. C’est super le fun de faire les shows, on dirait qu’on se rend compte de ce qui s’est passé depuis une couple d’année. Je pense qu’on vit un super beau trip depuis, et on sent que ça va se terminer. On s’enligne vers d’autre chose par la suite…

J’ai l’impression que c’est une trilogie qui se termine avec ces albums là, qu’on va switcher sur d’autres choses

D’autres choses comme des projets plus personnels, puisque tu collabores déjà avec plusieurs artistes au Québec, ou pour développer, chez les membres de Galaxie, des processus de composition en vue d’un nouveau disque ?

C’est sûr, moi j’aimerai ça repartir sur un nouveau disque mais je ne sais vraiment pas vers où on s’en va. J’ai l’impression que c’est une trilogie qui se termine avec ces albums là, pis qu’on va switcher sur d’autres choses, mais on est vraiment pas avancé. On fait seulement qu’en discuter, de se faire des projets d’aller tripper [et d’enregistrer] dans d’autres villes en fait. C’est pas mal la seule affaire qui est prévue en fait, mais ça prend du temps (rires).

Photo courtoisie par Christian Leduc, prise lors du passage du groupe FME 2018

J’essaie le plus possible d’être en transe, de vivre le moment et d’en profiter parce que chaque spectacle est spécial.

Quand on pense à Galaxie, on pense à des shows hyper énergiques et enthousiasmants pour le public. Comment vit-on sur scène ces moments-là ?

J’essaie le plus possible d’être en transe, de vivre le moment et d’en profiter parce que chaque spectacle est spécial. On est chanceux de vivre ça et, à toutes les fois, j’essaie que ce soit le mess dans ma tête, avec le monde et le band. D’être en transe le plus possible et de profiter de la beauté de la musique.

Si tu devais choisir un souvenir particulier lié à cette tournée, que serait-il ?

Il y a tellement de beaux trucs qui se sont passé, je suis pas capable d’en choisir un… mais je dirais la tournée en général. Cet été, avec le côté émotif de la fin de tournée, c’est le fun d’en profiter en ce moment.

Enfin, comment Galaxie va-t-il aborder son show au Mile Ex End ?

On a un bon set de festival qu’on tourne de cet été, alors je pense qu’on va aller dans ce qu’on est capable de mieux faire, le plus efficace possible. On joue après Les Cowboys Fringants en plus. On sait qu’ils rendent le monde un petit peu fou, alors il va falloir assurer après cette gang là (rires).

Photo par Marie-Emmanuelle Laurin, prise lors du passage du groupe au SP Show 2018

 


Galaxie est à retrouver sur scène le samedi 31 août à 21h30 dans le cadre du festival Mile Ex End Montréal, qui se tient du 30 au 2 avril sous le Viaduc Van Horne. La programmation ainsi que des passes et billets individuels sont disponibles sur le site officiel du festival.

Événements à venir

Vos commentaires