Milk & Bone
Critique Publié le

Milk & Bone au Théâtre Corona | Que le meilleur pour les Montréalais

Le 5 avril est une date qui restera très certainement gravée dans la mémoire du jeune duo québécois Milk & Bone. Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne venaient enfin présenter leur petit dernier intitulé « Deception Bay » en sol montréalais après une ascension fulgurante dans les palmarès et après un mois de tournée américaine. Charmant le public du Théâtre Corona et incroyablement reconnaissantes envers ce dernier, Milk & Bone ont offert une prestation énergique, juste, visuellement plaisante et des plus amusantes.

Charmantes et émerveillées

Dès leurs premiers pas sur les planches du Corona, les deux filles avaient le sourire le plus sincère aux lèvres et ne l’ont jamais perdu. Après quelques chansons, elles ont mentionné qu’elles étaient exceptionnellement contentes d’être enfin à la maison. Elles ont ensuite expliqué qu’elles ont gardé Montréal pour la fin de cette tournée pour donner aux Montréalais le meilleur show possible. Également, le public a grandement contribué à la réussite du spectacle. Ce dernier donnait constamment toute son énergie et était particulièrement loud comme l’a mentionné Laurence, débordante de gratitude.

Vers la fin du spectacle, le duo a eu droit à un tonnerre d’applaudissement. L’ovation a duré un bon moment et, à voir leur réactions, ces dernières étaient sous le choc. Elles ont ensuite remercié la foule de leur générosité à plusieurs reprises en mentionnant que sans public, elles ne seraient rien. Leur amour pour Montréal était palpable et l’amour que Montréal a pour elles l’était également.

Visuellement parlant, leur setup en mettait plein la vue tout en restant plutôt sobre et sombre. Pour la grande majorité du spectacle, Milk & Bone restaient dans l’ombre, derrière leur console miroir. Seul leur visage était éclairé. Derrière elles, des miroirs mobiles et des néons venaient créer des effets très intéressants. Tout autour de la scène, ces mêmes néons venaient amplifier l’effet. Malgré un éclairage donnant du fil à retordre aux photographes, le visuel était réussi et collait bien avec la musique.

Des chansons bien sélectionnées

Les chansons jouées ne cessaient de plaire. Milk & Bone ont débuté sans perdre une seule seconde de leur précieux temps passé sur scène avec Coconut Water tout en lui donnant un twist d’intensité qui était grandement pertinent et intéressant. Tout de suite après, la foule a eu droit à l’un des hits de Deception Bay avec Nevermore.

Quelques chansons plus tard, Camille et Laurence ont créé un effet bien attendu ; elles sont enfin sorties de l’ombre et sont venues dancer à l’avant-scène lors du refrain de KIDS. Plusieurs lumières se sont alors allumées, donnant la chance au public de voir Milk & Bone dans leur entièreté (et non seulement leurs visages faiblement éclairés derrière leur console).

Bien que le spectacle visait à jouer leur dernier album, les classiques de Little Mourning et leurs précédents singles n’ont pas été laissés de côté. Il est ici question des titres comme New York, Poison, Natalie et Pressure. Lors de New York, les deux musiciennes ont demandé à la foule de chanter. Pour ce qui est de Natalie et Pressure, des remix débordants de fraîcheur sont venus les ponctuer. Bien que l’originale soit excellente, une chanson aussi lente que Natalie méritait une telle métamorphose pour cette tournée. Il est rare de voir des artistes jouer des version différentes sur scène, mais Milk & Bone ont su judicieusement les choisir afin de les utiliser à bon escient et l’effet était parfait.

En bref, le retour de Milk & Bone à Montréal était attendu avec impatience et l’attente en a valu la peine. La nouvelle production du duo fonctionnait à merveille, en a mis plein la vue et a su faire danser les fans plus qu’enthousiastes et admiratifs. Les deux voix s’harmonisaient de la plus belle des façons et présentaient des chansons provenant d’un solide deuxième album pour les deux Montréalaises. Pour faire simple, la soirée était un succès.

Dizzy : adorables et relax

En première partie, les Ontariens Dizzy ont offert une performance d’une simplicité assez efficace. Avec un son assez smooth et downtempo, ils ont su capter l’attention des fans de Milk & Bone qui ont un son relativement similaire. La chanteuse du band, Katie Munshaw, captait définitivement l’attention du public avec son aisance et sa joie d’être sur scène. Pour ce qui est des trois autres membres, les frères Spencer, ils semblaient très concentrés sur leur instrument et se faisaient beaucoup plus discrets. Impressionnés par le public, c’est en souriant et en étant chaleureusement acclamés qu’ils ont quitté la scène.

Grille de chansons (Milk & Bone)

  1. Coconut Water
  2. Nevermore
  3. Sad Eyes
  4. Set In Stone
  5. KIDS
  6. THE FLOOD
  7. Poison
  8. New York
  9. Deception Bay
  10. Faded
  11. Natalie (remix)
  12. Care
  13. Pressure (remix)
  14. BBBLUE
  15. Daydream (remix)
Artistes
,
Villes
Salles

Événements à venir

Vos commentaires