VRAI/FAUX (Rayez la mention inutile)
Nouvelle Publié le

Montréal Complètement Cirque 2015 | 3 shows un peu extrêmes (pour publics avertis)…

Plaque tournante du cirque moderne, Montréal s’est depuis longtemps débarrassé de cette définition un peu ringarde du cirque vieillot, conventionnel, enfantin. Mais même selon les standards montréalais d’inventivité, force est d’admettre que le festival Montréal Complètement Cirque repousse un peu plus loin les limites, comme en témoignent ces trois spectacles un peu hors-norme, pour ne pas dire parfois extrêmes, présentés dans le cadre de l’édition 2015…


 

Vrai/Faux (Rayez la mention inutile) – Le Phalène (Thierry Collet)

À l’Espace Go, le mardi 7 juillet

Le comédien Thierry Collet s’aventure là où personne n’osait aller en dévoilant les dessous de la magie nouvelle. Hérésie.

Présenté comme un « spectacle-conférence », le spectacle Vrai/Faux (Rayez la mention inutile) démontre de façon ludique que la magie s’apparente à des techniques de manipulation mentale. Le prestidigitateur – qui a étudié la psychologie avant de se tourner vers le théâtre – défend ainsi sa « démarche d’éveil social et politique », et propose, on le devine, bien plus qu’une simple démonstration de magie.

Le spectacle Vrai/Faux (Rayez la mention inutile) est conçu par Collet et son comparse Michel Cerda.


Cherepaka – Nadère Arts Vivants (Andréane Leclerc)

À l’Espace Go du 4 au 6 juillet 2015

Si Vrai/Faux pose un regard différent sur la magie, Cherepaka en fait autant avec la contorsion. Il n’est pas simplement question de prouesse acrobatique ; il s’agit ici d’en faire un langage du corps, une réflexion qui va au-delà de la simple démonstration technique (quoi qu’impressionnante). 

Présenté en octobre 2014 dans le cadre de Phenomena, Cherepaka est le spectacle solo de l’artiste Andréane Leclerc, titulaire d’une maîtrise en Art du département de théâtre de l’UQAM, graduée de l’École nationale de cirque en 2001 et artiste ayant tourné notamment avec le Cirque Éloïze et les Tiger Lillies.

Cherepaka se veut comme un tableau scénique représentant la mort d’une Tortue. L’artiste elle-même prend les traits de l’animal à carapace, par ses expressions corporelles et ses vêtements. Inspiré de tableaux de Francis Bacon et de Logique de la sensation de Gilles Deleuze, le spectacle se pose sur l’idée de la mortalité et de la quête d’infini de l’individu humain, représentées par cette même dualité chez la Tortue, faite de carapace et de chair.

Pour les intéressés, il y aura un rencontre avec l’artiste, le 6 juillet.


WARM – Centre dramatique national de Haute-Normandie

À l’Espace Go du 4 au 7 juillet 2015

Fortement déconseillé à ceux qui ne supportent pas la chaleur !

Les deux courageux acrobates de Warm – Wilmer Marquez et Edward Aleman, le duo d’acrobates colombiens derrière Quien Soy? – tentent une expérience assez singulière en se soumettant à une chaleur extrême causée par deux murs de projecteurs. On raconte que la température de la salle atteint jusqu’à 45 degrés Celsius ! Lourd pour les spectateurs, alors imaginez les acrobates…

Mais dans ce contexte littéralement torride, les acrobaties n’ont plus le même sens, les mouvements s’allongent, se ramollissent, et le public n’a d’autre choix que de subir et donc ressentir l’épuisement progressif des deux interprètes. Le tout est ponctué par un poème de Ronan Chéneau, livré sous forme de monologue par Séverine Ragaigne, soumise aux même conditions que les interprètes acrobates.

Ça va dans le sens du créateur du spectacle et directeur du Centre dramatique national de Haute-Normandie, David Bobée, qui s’intéresse autant aux composantes techniques qu’au jeu et au récit.  C’est à lui que l’on devait également la pièce multi-disciplinaire Cannibales, présentée à l’Espace GO en 2012.

Une fois de plus, il sera possible de rencontrer les artistes, le 5 juillet.


 

* Tous les détails sur le site de Montréal Complètement Cirque.

Artistes
, ,
Villes
Salles

Vos commentaires