Backbone
Critique Publié le

Montréal Complètement Cirque 2018 | Backbone à la TOHU : Renversants, les Australiens!

La troupe australienne de cirque contemporain Gravity & Other Myths (GOM) porte bien son nom. Présenté en ouverture du Festival Montréal Complètement Cirque à la TOHU, leur plus récent spectacle Backbone se joue de la force de la gravité, et livre pendant 80 minutes trop vite passées une performance aiguisée absolument renversante.


Fondée à Adélaïde dans le Sud de l’Australie en 2009 par un petit groupe d’artistes rompus aux arts du cirque depuis l’âge de 9 ans, GOM compte encore cinq membres du noyau fondateur. La troupe, sans aucune comparaison possible, a su prendre ses distances avec les disciplines traditionnelles du cirque (main à main, roue Cyr, tissu, etc.) pour amener toujours plus loin l’étonnement à vif du public devant ses exploits acrobatiques.

Backbone, mot qui renvoie à la colonne vertébrale du corps humain, repose donc essentiellement sur l’acrobatie. Ils sont dix sur scène, sept gars et trois filles d’origines diverses, à se mesurer à la force d’attraction, non seulement terrestre, mais aussi à celle qui s’exerce entre chacun d’eux. Il faut d’ailleurs une confiance absolue aux autres interprètes pour composer ainsi des figures à plusieurs qui paraissent faciles et amusantes. Le spectacle est très théâtral, les acrobates-acteurs jouant leurs numéros qui défilent sans aucun temps mort, adeptes qu’ils sont de se marcher littéralement sur la tête à plusieurs reprises pour mieux nous divertir.

Polymorphes à souhait, leurs mouvements complexes et très physiques sont accompagnés à la seconde près par la musique originale de deux musiciens, en retrait sur la gauche de la scène, soit un percussionniste et un violoniste jouant aussi des claviers.

Autre élément théâtralisé, la savante conception des éclairages de Geoff Cobham qui n’hésite pas à balayer la piste de faisceaux lumineux comme on n’en voit jamais au cirque. C’est lui aussi qui a conçu la scénographie de Backbone, riche et diversifiée, avec ses longs bâtons lumineux, ses chaudières métalliques remplies de terre meuble qui seront déversées sur la scène et sur les têtes, ou encore l’utilisation d’accessoires aussi surprenants que de lourdes roches qui feront partie de la chorégraphie d’ensemble.

La mise en scène de Darcy Grant est fluide et très bien organisée malgré son désordre apparent et l’indiscipline calculée de ses interprètes qui ne manqueront pas à divers moments de s’invectiver, comme en toute camaraderie au naturel. Le metteur en scène habilement aura su tirer le meilleur de chacun, avec des scènes étonnantes comme celle où les acrobates tiennent en équilibre à la verticale sur leur front l’une de ces longues perches lumineuses, créant une sorte de forêt colorée en transhumance. On ne peut imaginer tout le travail de répétition et les efforts de réussite à tout prix derrière ce seul numéro.

Le metteur en scène multiplie les éléments inventifs, comme lorsque les acrobates s’échangent leurs vêtements à vue, faisant en sorte que deux athlètes masculins performeront en robe légère par la suite. Ou encore, se déplaceront, rendus aveugles, avec une chaudière renversée sur la tête pour un autre numéro au facteur de risque élevé. Ludique, mais d’une extrême précision, la facture du spectacle est à la fois terreuse et aérienne. Ce qui donne, entre autres, des tours humaines constituées de trois et même de quatre interprètes empilés en se tenant debout sur les épaules du précédent, le tout atteignant sans filet une hauteur qui donne des frissons.

C’est la deuxième visite de la troupe Gravity & Other Myths à Montréal Complètement Cirque depuis A Simple Space en 2014, une performance toute en témérité et en adresse qui a été livrée plus de 500 fois dans 24 pays. Backbone, créée en 2017, paraît vouée au même succès.

Une autre troupe venant d’Australie, Company 2, saura nous étonner à coup sûr au Théâtre Saint-Denis 2 à compter du 10 juillet avec Scotch & Soda. Un spectacle « joyeusement bordélique », nous dit la publicité. Comme pour un vent de fraîcheur en pleine canicule, ils savent y faire en arts du cirque renouvelés, les Australiens.

Vos commentaires