Foxtrott
Critique Publié le

Montréal en lumière 2016 | Foxtrott, une main de velours dans un gant de fer

Marie-Hélène Delorme alias Foxtrott, entourée d’une corniste et d’un batteur, a donné hier soir une prestation dans le cadre de Montréal en lumière. L’auteure-compositrice-interprète y a joué les titres de son album A Taller Us sorti l’automne dernier.


Sur fond de basses puissantes et de rythmes efficaces, Foxtrott a fait jaillir sa voix sensuelle d’une scène maintenue dans la pénombre tout au long du show. Une immense toile derrière elle, la même que le collage qui illustre sa pochette d’album, empruntait des nuances de gris faisant écho aux sons électroniques. À d’autres moments, le tableau géant s’illuminait de multiples couleurs chaudes rappelant cette fois les sons plus mélodiques et pop. À son image, Foxtrott dévoile avec autant de vulnérabilité que d’énergie brute son univers intime.

On aurait presque pu trouver le Club Soda légèrement vide si le public n’avait pas dégagé cette fébrilité palpable. Attentif, il manifestait son excitation à chaque climax.

Rappelons que A Taller Us est son premier album paru sous le label britannique One Little Indian (Björk) et il a été mixé par le canadien reconnu mondialement Damian Taylor (Björk, Arcade Fire, Braids, Austra).

Très habitée par ses chansons, Foxtrott a délivré une prestation authentique. Cependant on est resté sur notre faim, on aurait aimé que ça dure encore plus longtemps.

Artistes
Villes
Salles

Vos commentaires