Motley Crue
Critique Publié le

Motley Crue au Centre Vidéotron | Légère déception pour un dernier concert à Québec…

Mardi soir, le 418 s’était mis sur son 36 pour de la visite de deux groupes légendaires des années 80: Alice Cooper et Motley Crue. Ces derniers malheureusement amputés d’un membre pour le moins important… qui était pourtant présent. N’en déplaise au groupe, voici une critique. (*musique dramatique*)

Ayant lancé la tournée The Final Tour: All Bad Thing Comes to an End il y a plus d’un an, Motley Crue promet de ranger guitares et amplis après le dernier spectacle de la tournée. Les fans avaient donc encore plus soif de rock et ça se sentait avant même que ça commence.

Alice Cooper

alice-cooper-centre-videotron-2015C’est Alice Cooper qui a commencé la soirée en envoyant No More Mr. Nice Guy et I’m Eighteen. Malgré ses 67 ans, on avait l’impression qu’il en avait effectivement 18. Généreux avec le public comme c’est pas permis, il passe la soirée à se promener de gauche à droite en prenant la pose au centre ici et là, vêtu évidemment de cuir et coiffé de son chapeau haut-de-forme.

Il avait évidemment ses jouets qui ont fait sa réputation, dont guillotine, camisole de force et compagnie, qui ont fait leur apparition. C’était comme toujours un excellent spectacle digne de sa réputation. Mention spéciale aussi à sa nouvelle guitariste qui est vraiment excellente sans oublier une attitude et une beauté toute aussi incroyables.

 

Motley Crue gâche la sauce

La soirée s’est gâché quelques minutes plus tard quand Motley Crue est arrivé sur scène.

Après seulement quelques mesures, on s’aperçoit que ce n’est pas Tommy Lee qui est derrière les gros tambours. Le Centre Vidéotron avait pourtant affiché plus tôt dans la journée sur son compte Facebook qu’il serait présent. Du côté des comptes Twitter et Facebook de Motley Crue, il n’y avait aucune annonce. La vie continue…

Chèvre

À défaut d’avoir pu immortaliser la soirée, Motley Crue refusant la présence de photographes à ses concerts, on accueille à nouveau notre adorable chèvre-qui-illustre-les-concerts-pas-de-photographes.

Apres Girls Girls Girls (première chanson), on a attendu un bon 4-5 minutes après je-ne-sais-trop-quoi. Les gars étaient sur la scène, mais il semblait y avoir un problème technique. Vince Neil n’a pas profité de l’occassion pour nous divertir ou nous expliquer ce qui se passait. Ça faisait amateur comme c’est pas permis.

Tommy Lee a finalement fait son apparition entre les 2e et la 3e chansons pour nous dire bonjour, exprimé qu’il était déçu de ne pas jouer (une tendinite apparemment) et qu’il serait au piano sur Home Sweet Home plus tard. Ok.

Si on met tout ca de coté, le spectacle était quand même plutôt cool. Les plus grands hits du groupe y étaient, tout ça accompagné d’effets pyrotechniques plus incroyables les uns que les autres, que ce soit la guitare qui crache du feu jusqu’au plafond, des générateurs de flammes, des sparkles et des nacelles qui passent par-dessus la foule en fin de spectacle.


Pour terminer, ils ont fait Home Sweet Home sur une plate-forme à l’arrière du parterre, qui a fini par monter dans les airs. Un bon spectacle, surtout pour 20$ à 30$ de moins que le spectacle de Montréal, mais tout de même une légère déception pour un dernier passage de Motley Crue.

Fait intéressant, Motley Crue a décidé de refuser l’accès aux journalistes et photographes peu avant d’embarquer sur scene. D’où la présence de notre désormais légendaire chèvre-qui-illustre-les-concerts-pas-de-photographes. La rumeur veut que le groupe n’ait pas apprécié une critique négative la semaine dernière à Buffalo à l’effet que Tommy Lee n’y était pas.

Bizarre et princesse, ce Motley Crue ! Et drôle de dernière impression à laisser…

Vos commentaires